L’évêque qui est passé d’Israël au Liban, avec une valise contenant des centaines de milliers de dollars

Juste à minuit traversant Rosh Hanikra depuis Haifa vers le Liban, l’évêque Musa Al-Haj a été appelé par la sécurité. Il s’est vu présenter un mandat d’interrogatoire délivré par un juge militaire à Beyrouth. Pendant de nombreuses heures, il a été interrogé sur les buts de sa visite cette fois et sur la somme considérable d’argent et de médicaments qu’il transportait . Pendant des années, al-Hajj a traversé ce passage sans interruption. C’est un citoyen libanais, membre du Patriarcat maronite avec son centre au Liban, qui lui sert de représentant en Israël, ou comme il est appelé par eux, le « District de Haïfa et la Terre Sainte ». Toutes les quelques semaines, il quitte Haïfa et retourne au nord de sa patrie. Il rend visite aux membres de sa famille à Beyrouth et participe à la réunion régionale des évêques de l’église.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Cette fois aussi, il partit à ces fins, mais dans sa valise il emportait 460 000 dollars, argent de donation pour les nécessiteux, collectés à parts égales par les Druzes et les Maronites en Israël pour leurs frères à travers le Liban. L’évêque a même emporté avec lui des médicaments d’Israël contre le cancer, le diabète et des maladies graves. Ils sont destinés à certains patients selon une liste.
Pendant au moins huit heures, le haut dignitaire religieux a été détenu au point de passage frontalier du côté libanais. Il a été interrogé sur les sources de l’argent, ses plans pour cette visite et ses relations avec des officiers de Tsahal qui sont membres de sa communauté maronite. La grande quantité d’argent et de médicaments a été confisquée et confiée au tribunal militaire. Il a également été privé de son téléphone et de son passeport libanais.

Bientôt, Musa al-Haj voudra retourner à Haïfa, puis le tribunal de Beyrouth et devra décider comment traiter pour récupérer l’argent et les médicaments confisqués. Cette affaire a des aspects politiques, sectaires, humanitaires et juridiques, et elle bénéficie d’une large couverture dans la presse libanaise. L’Église maronite opère sous les auspices du Vatican et l’évêque est porteur d’un passeport diplomatique au nom du Saint-Siège. Ce fait en soi peut le protéger des forces de l’ordre à Beyrouth, mais il est douteux que quiconque veuille vraiment le poursuivre. Le but principal de son arrestation était de le discréditer et de délivrer un message dur à ses expéditeurs.

Cet objectif a été représenté dans leurs paroles par deux dirigeants libanais. L’un est le chef du conseil religieux de la communauté druze, le cheikh Sami Abi al-Muna. Il a attaqué la tentative de l’évêque de faire venir de l’argent « de la Palestine occupée », affirmant qu’il s’agissait de l’expression d’un contact avec un pays ennemi. Après lui, Hassan Nasrallah a également commenté l’affaire. « Le Hezbollah et moi avons entendu parler de l’affaire comme tous les Libanais, nous n’y sommes pour rien », a déclaré Nasrallah cette semaine dans une interview télévisée, reprenant les propos de son prédécesseur – « transférer de l’argent de la Palestine occupée au Liban est un acte contre la loi, quelle qu’en soit la raison. »

Tous deux ensemble et chacun séparément ont tenté de jeter les soupçons sur l’évêque. L’un a laissé entendre qu’il devrait être poursuivi pour utilisation illégale de sommes d’argent, et l’autre – que sa place dans le banc des accusés est due à ses contacts avec Israël. Pour le Hezbollah, cette affaire est particulièrement opportune. Le capital que l’évêque emportait avec lui et son arrivée même d’Israël sont de bons moyens pour le faire passer comme un ennemi de l’État.

La politique sous les auspices de la croix

L’Église maronite n’est pas seulement une institution spirituelle, mais aussi une direction politique au sens plein du terme. Parrainé par la croix. Son chef, le patriarche Bashara al-Ra’i, critique souvent le Hezbollah et son indépendance militaire, et affirme que l’influence iranienne nuit au Liban. Rai est bien un maronite, mais il sert de bouche et de mur à tous les chrétiens du Liban, et est en fait considéré comme la personnalité chrétienne la plus ancienne du Moyen-Orient. Il y a huit ans, il a même rendu visite à ses partisans en Israël. Ce fut une visite très médiatisée et une étape courageuse et de grande envergure pour une haute personnalité libanaise.

Rai a visité toutes les églises maronites ici et est retourné au Liban satisfait et respecté, alors qu’il méprisait la protestation de Nasrallah et de ses fonctionnaires. Il y a trois mois, son haut représentant, Mgr Salim Mazloum, participait à une conférence sur l’avenir du Liban, initiée par des personnalités de toutes confessions, animées par des militants politiques de la communauté chrétienne. Lors de la conférence, des voix voyaient d’un bon œil le renouveau des relations avec Israël.

On ne sait pas si Nasrallah était au courant à l’avance de l’enquête du représentant du patriarche, l’évêque Haifai Al-Haj. Il est possible qu’il ait non seulement su, mais qu’il ait également exigé de l’exécuter, même s’il a affirmé en avoir entendu parler pour la première fois dans les médias. Après tout, le mandat d’arrêt a été émis par un juge militaire à Beyrouth. Nasrallah, contrairement à l’image qu’on lui crée dans les pays de la région, sait mentir même sans sourciller et trompe souvent ses auditeurs sans même qu’ils s’en aperçoivent.

Son public n’est pas seulement ses ennemis de l’extérieur ou ses rivaux à la maison, mais parfois même ses partisans. Ce n’est pas un mensonge pathologique, mais un moyen de survie. Il ne pratique pas de cette manière parce que les règles de la Halacha permettent au croyant chiite de faire semblant ou de cacher la vérité afin d’éloigner le danger de lui (la permission bien connue de « taqiyya »). Il ment parce qu’il est politicien, pour réaliser quelque chose, ou pour préserver l’existant.

Les anciens du Mont Liban
Au Liban, un discours nouveau-ancien sur la politique à adopter vis-à-vis d’Israël a récemment été renouvelé. Il a été réveillé par la faillite que traverse le pays, ce qui a forcé beaucoup de gens à sortir des sentiers battus et à enquêter sur la façon dont ils en sont arrivés là. Rares sont ceux qui appellent l’enfant par son nom, ses contacts avec Israël, et préfèrent l’ancien mot de code « Hiyad », qui signifie neutralité en arabe. Cette idée était très populaire au Liban au début de la guerre froide. En hébreu, il était d’usage d’appeler les pays qui adoptaient cette ligne « non identifiants ».

Les anciens du Mont-Liban se souviennent encore que dans ses premières années, après la fin du mandat français, Beyrouth fut le premier des États arabes à prêcher la neutralité dans la lutte acharnée entre l’Union soviétique et l’Occident. Cette neutralité, à ses débuts, n’appelait pas une position passive. Ils espéraient avec son aide agir comme médiateurs et conciliateurs entre les autres.

L’expression prend alors un sens nouveau, plus récent. La place de l’Occident est occupée par Israël et ses amis, et le camp adverse est Téhéran. L’ours russe a été remplacé par l’influence iranienne. Les partisans de la neutralité se demandent, n’est-il pas temps pour le Liban de cesser de faire partie de l’axe irano-syrien et d’adopter une position plus neutre. Ou en d’autres termes, moins anti-Israël et plus occidental. L’objectif n’est pas de se rapprocher d’Israël. Ce n’est qu’un des moyens.

Le but ultime est de sortir le Liban de la boue, et cela fait partie du discours sur les solutions possibles à la disgrâce économique. « La neutralité », a expliqué Mgr Mazloum lors de la même conférence, « est le début d’une vaste et complète opération de sauvetage du Liban ». Il a laissé entendre que si le Liban continue de se ranger du côté de l’Iran, il ne recevra pas d’aide internationale dans sa crise aiguë. « Chaque fois que les Libanais s’éloignent de l’idée de neutralité, ils mettent leur patrie en danger. »

Nasrallah sait que ces idées doivent être tuées même si elles sont petites. Sous les auspices de la situation économique précaire, des opposants peuvent surgir qui proposeront des idées différentes, comme adopter une ligne neutre dans la lutte régionale. L’un d’eux, Nasrallah le sait bien, est le patriarche maronite à part entière.

L’écrivain est le commentateur des affaires arabes de Gali Tsahal

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !