Le Liban commence à chercher du gaz et du pétrole à la frontière maritime avec Israël

Le ministère libanais de l’Energie a annoncé la vente réussie de deux licences pour la recherche de gaz dans la zone économique exclusive libanaise sur le plateau méditerranéen.
Il n’y avait qu’un seul participant au concours – un consortium de trois sociétés énergétiques: Total français, italien ENI et le russe Novatek. Ce dernier est le deuxième producteur de gaz naturel en Russie et les deux premiers sont les principales sociétés pétrolières et gazières européennes.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les publications économiques notent que 10 blocs ont été mis en place pour la compétition, mais le consortium a acheté des licences pour seulement deux d’entre elles. Ceci est considéré comme un échec partiel du gouvernement libanais.

Le consortium a obtenu les droits d’exploration et de production de gaz et de pétrole dans le bloc 4 près de la côte libanaise et dans le bloc 9, en bordure de la zone économique israélienne.
Le différend qui a éclaté entre le Liban et Israël après la découverte du gaz dans la Méditerranée orientale, n’est toujours pas résolu. La raison en est l’attitude hostile du Liban vis-à-vis de l’Etat juif.

Il y a plus de 10 ans, Beyrouth a refusé de participer à la délimitation des zones économiques exclusives, tandis qu’Israël et Chypre ont établi une frontière maritime. À partir de l’accord avec Chypre, Israël a lui-même établi le point de convergence nord des zones économiques des trois pays. Le Liban affirme que ce point est au sud. Ainsi, entre le Liban et Israël formé un triangle controversé avec un angle à Rosh Hanikra et les deux points, le nord et le sud (qui insiste sur Beyrouth) à quelques centaines de kilomètres de la côte.

Tout d’abord, les Nations Unies, puis les États-Unis, ont tenté d’aider à résoudre le différend entre les deux États en état de guerre, malgré le retrait des Forces de défense israéliennes du Sud-Liban en 2000. Israël affirme qu’il y a quatre ans, Beyrouth a rejeté une solution de compromis.

Publicité 

Craignant l’escalade du conflit, Israël s’est abstenu de poursuivre la recherche de gaz dans le permis d’Alon, qui est proche de la zone contestée. Cependant, selon Globes, à la fin de l’été, le ministre de l’Energie Steinitz, a prolongé la licence d’Alon à la société israélienne Delek et American Noble Energy pour 32 mois.

La recherche de gaz au Liban commence dans le contexte de l’expansion chiite dans la région et le renforcement de l’influence de l’Iran dans les pays arabes du Levant.
L’étude sismique des deux blocs libanais n’a pas encore été réalisée, de sorte que l’on ne sait pas encore quel est leur potentiel. Selon des évaluations préliminaires, le 9ème bloc frontalier avec Israël n’est pas inférieur au champ israélien Tamar.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦