L’inflation dans le monde va entrainer 53 pays en faillite !

Alors que les yeux du monde sont tournés vers l’inflation dans les pays occidentaux, un véritable drame économique se déroule déjà dans la partie la plus pauvre du monde, où les signes d’une vague de faillites parmi les économies en développement se multiplient.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Le Sri Lanka, le Pakistan, le Ghana, le Liban et l’Ukraine sont déjà à divers stades de pourparlers avec le Fonds monétaire international concernant des plans de sauvetage. D’autres pays, comme l’Égypte ou l’Argentine, sont désignés pour les rejoindre dans ce qui n’est pas sans rappeler les grandes crises de la dette des années 80 et 90. Au total, 53 pays sont dans une situation vulnérable : le FMI a déterminé que leur dette est insoutenable, ils ont déjà fait défaut sur le paiement de leur dette ou leurs obligations se négocient à un rendement qui indique une détresse.

La cause de la crise est une combinaison mortelle du renforcement du dollar, de la hausse des taux d’intérêt et de la hausse des prix. Ces facteurs s’alimentent mutuellement et laissent présager de mauvaises nouvelles pour les économies en développement, qui ne savent pas si elles seront en mesure de rembourser leur dette.

Coût de la vie? Dans les politiques de lutte contre la pauvreté, la famine de masse est redoutée

Le Sri Lanka a fait la une des journaux ces dernières semaines après avoir perdu sa capacité à rembourser sa dette en devises étrangères, ainsi qu’à acheter des produits importés de base tels que des médicaments ou des produits alimentaires. Les Nations Unies ont prévenu que 30% de la population sri-lankaise tomberaient dans l’insécurité alimentaire. Le nouveau président a annoncé que les négociations avec le FMI concernant le prêt étaient à un stade avancé.

Le Pakistan connaît également une instabilité politique accompagnée d’une crise de la dette. Rien qu’en 2019, le Fonds monétaire international a prêté au Pakistan plus d’un milliard de dollars, et maintenant un prêt supplémentaire d’environ 6 milliards de dollars a été convenu.

Un autre pays qui devrait rencontrer des difficultés pour payer ses dettes est le Kenya , qui est sous un programme du FMI pour un total de plus de 2 milliards de dollars. Malgré le programme qui a débuté en avril de l’année dernière, et au-delà du fait qu’environ 30% de son revenu national est utilisé pour payer des dettes, le marché des capitaux refuse actuellement d’acheter des obligations kenyanes.

La liste des pays est longue. L’ Ukraine a annoncé son intention de reporter le paiement de la dette aux investisseurs privés afin de financer la poursuite de la guerre. Le FMI a annoncé qu’il s’attend à ce que l’Ukraine respecte ses paiements de dette, avec un paiement de 1,2 milliard de dollars dû en septembre. Sur une dette de 65 milliards de dollars, l’Ukraine doit près de 30 milliards de dollars en devises étrangères, principalement des dollars. Le ministre des Finances, Serhiy Marchenko, a déclaré que l’Ukraine était prête à entamer des pourparlers avec le FMI concernant un programme d’aide.

Le Ghana et l’Argentine enregistrent des taux d’inflation particulièrement élevés, respectivement de 29,8% et 64%. Le taux de change du peso argentin a chuté par rapport au dollar ces derniers mois, ce qui augmente les coûts d’importation et contribue ainsi à une inflation galopante. De plus, la banque centrale argentine se vide de ses réserves de devises, tandis que les pesos sont échangés contre des dollars afin de préserver la valeur du capital. L’Argentine a une énorme dette nationale de 318 milliards de dollars, dont seulement 30% en pesos.

Comme l’Argentine, le Ghana souffre également d’une baisse de la valeur de sa monnaie, et un nouveau programme d’aide du FMI devrait remplacer un programme existant qui s’achève. Le prix en dollars du cedi ghanéen a augmenté de 39% depuis juillet il y a un an, portant ses engagements en dollars à 13,5 milliards de dollars. La dette en dollars représente la moitié de la dette nationale du Ghana, et son remboursement est supérieur à ses capacités.

La situation du Ghana montre comment fonctionne le piège de la dette : le marché des capitaux craint de ne pas pouvoir faire face à ses dettes et sa prime de risque augmente. Afin de contracter de nouvelles dettes, le Ghana devra payer des taux d’intérêt extrêmement élevés. En avril, l’État a émis une obligation à 10 ans avec un taux d’intérêt de 22 %, un taux élevé à tous points de vue. Mais maintenant, il devra payer 31,5 % pour de nouvelles obligations du même type, soit une augmentation de près de 50 %. en trois mois.

L’Égypte, l’Éthiopie, la Tunisie, le Nigéria, le Laos, le Salvador, l’Équateur et la Biélorussie sont dans le même bateau, et bien d’autres pays.

Placement du dollar et inflation

La crise de la dette émergente dans les pays en développement est le résultat d’un fatal concours de circonstances ; Les trois principaux processus économiques qui se déroulent aujourd’hui : la hausse des taux d’intérêt, l’inflation et le renforcement du dollar, signifient qu’il sera de plus en plus difficile pour les pays faibles de payer leurs dettes.

Les sombres prévisions économiques poussent les investisseurs à transférer leurs capitaux vers des actifs moins risqués, et les pays pauvres ont plus de mal à attirer les investisseurs et à vendre des obligations. Ainsi, les intérêts qu’ils doivent payer pour emprunter de l’argent augmentent, et la difficulté de les rembourser s’intensifie.

Dans le même temps, la « migration » des capitaux vers des actifs sûrs, conjuguée à la hausse des taux d’intérêt menée par la banque centrale des États-Unis, renforce considérablement le dollar et entraîne une baisse de la valeur de la monnaie locale. L’affaiblissement de la monnaie locale alimente davantage le feu de l’inflation et rend les produits importés plus chers. Dans de nombreux pays, l’inflation locale atteint un nombre à deux chiffres.

Le raffermissement du dollar exerce des pressions supplémentaires sur la capacité des gouvernements à faire face à leurs dettes. Les investisseurs s’attendent à une baisse de la valeur de la monnaie locale et s’attendront donc à une compensation sous la forme de taux d’intérêt plus élevés. Comme alternative, un pays peut émettre des obligations en dollars et ainsi réduire le taux d’intérêt, mais dans ce cas, il prend le risque d’une baisse de la valeur de la devise.Les dettes en dollars du secteur privé deviennent également plus chères, ce qui pèse sur l’économie du pays.

La capacité des pays en développement à influencer leur taux de change est également effacée. Lorsque la monnaie locale est échangée contre des dollars, les réserves en dollars de la banque centrale sont faibles et sa capacité à intervenir sur le marché des devises étrangères pour renforcer la monnaie locale est limitée. Le montant des réserves, et surtout le taux de réserves par rapport à la dette publique, est un indicateur essentiel pour les investisseurs dans l’évaluation du risque des obligations d’État. En réponse à l’épuisement de la réserve, les inquiétudes des investisseurs augmentent, le coût de la levée la dette augmente et le capital supplémentaire est transféré en dollars.

Ainsi, l’inflation, la fuite des capitaux, la dévaluation de la monnaie et l’augmentation du coût de la dette s’alimentent dans un cercle vicieux.

L’austérité en échange de dollars

Les pays ne peuvent pas faire face seuls à des crises de la dette d’une telle ampleur, surtout lorsque la majeure partie de la dette est contractée auprès d’étrangers. Pour payer leurs dettes, ils ont besoin d’un afflux de dollars de l’extérieur. Les exportateurs de matières premières peuvent faire face à C’est à ce moment que les instances internationales entrent en scène, le FMI en tête.

Les programmes d’aide du FMI ont reçu de nombreuses critiques au fil des ans ; L’un des critiques les plus sévères est l’économiste lauréat du prix Nobel Joseph Stieglitz. En tant qu’ancien économiste principal à la Banque mondiale, Stieglitz a vu de près ce qui se passe dans la mise en œuvre de ces types de plans de sauvetage.

Selon lui, le FMI et les conditions politiques accompagnant ses programmes d’aide sont les principaux responsables du manque de développement des pays en développement. Les politiques comprennent l’austérité budgétaire exprimée dans les réductions de dépenses et les augmentations d’impôts, les taux d’intérêt élevés, les privatisations et la libéralisation du commerce et des mouvements de capitaux.

Selon Stieglitz, la politique impliquant un prêt du fonds conduit à une stagnation qui détruit la capacité des pays à faire face au paiement de la dette, les condamnant ainsi à d’éternels cycles de prêts et de renflouements. Les principaux bénéficiaires de cette situation sont les prêteurs et les grands investisseurs privés, qui bénéficient des énormes rendements de la dette et des privatisations qui accompagnent les programmes d’aide.

La libéralisation des échanges complique le développement de l’industrie locale et la libéralisation des marchés de capitaux expose les économies aux chocs extérieurs, aux attaques spéculatives et à la fuite des capitaux. Yilmaz Akyuz et Jose Ocampo, anciens économistes seniors aux Nations Unies, partagent la critique de Stieglitz et ajoutent que l’ouverture des pays aux mouvements de capitaux nuit à leur souveraineté économique et les oblige à mener des politiques visant à affluer et à empêcher la fuite des capitaux. des mesures économiques modérées telles que la hausse des taux d’intérêt et la réduction des dépenses publiques ciblées Pour apaiser les craintes des investisseurs, sont activées en période de ralentissement économique contrairement à la logique qui dicte de stimuler l’économie en période de ralentissement.

Réparer la mondialisation ?

Il est important de noter qu’au cours de la dernière décennie, les représentants du fonds ont pris d’autres positions, comme une proposition d’annulation et de redistribution de la dette grecque en 2015, ou diverses publications du département de recherche du fonds qui critiquent la réduction budgétaire. Mais dans la pratique, les mesures d’austérité apparaissent comme une condition obligatoire dans presque tous les accords du FMI, selon des études analysant les activités du fonds entre 2008 et 2018 et pendant la crise de Corona.

Dans une perspective à long terme, il existe plusieurs options pour prévenir la récurrence de tels cas. Une option consiste à freiner la libéralisation des mouvements de capitaux et à mettre en place une réglementation et une gestion de ces mouvements. Par exemple, le Chili et la Corée du Sud, qui ont inversé les étapes de la libéralisation après leur expérience amère des crises de la dette dans les années 1980 et 1990, respectivement, et ont connu une croissance et une stabilité économiques au cours des dernières décennies.

De plus, il y a des voix qui réclament des mouvements au niveau mondial. Stieglitz et de nombreux autres économistes appellent à une réforme de la politique économique des organismes internationaux, l’Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, afin qu’elle profite au développement des économies en développement au lieu de leur nuire.

Une autre idée est l’annulation de la dette, en 2005, Gordon Brown, alors ministre des Finances britannique, a tenté de mener une action d’annulation de la dette des pays africains dans le cadre du G7. En tout cas, pour l’instant, il semble que les pays en développement devraient rester dans le cycle de la dette.

Nouvelles brèves en temps réel !

Rejoignez nous sur Telegram en cliquant sur ce lien :

https://t.me/infoisraelnews

Telegram  


Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !
 
🟦 ANNONCE 🟦