L’Iran à ses athlètes aux JO de Tokyo 2020: « Un athlète ne peut pas, pour une médaille, légitimer les représentants sionistes »

« Dans le passé, le régime d’apartheid en Afrique du Sud était comme le régime sioniste, et de nombreux athlètes du monde entier ne l’ont pas affronté. De même que ce régime a disparu, il disparaîtra aussi », a déclaré l’ayatollah Ali Khamenei, dans le cadre de la rencontre des champions olympiques et paralympiques d’Iran aux JO de Tokyo 2020.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Par ailleurs, le chef spirituel persan a profité du discours sur l’événement sportif pour décharger des éclats d’obus verbaux contre l’État d’Israël : « Le régime sioniste illégitime et génocidaire tente, avec sa participation aux compétitions sportives internationales, de se procurer une légitimité. L’arrogance mondiale et ses subordonnés lui prêtent leur aide et leur soutien. »

« Un athlète à l’esprit libre ne peut pas, pour une médaille, récompenser un représentant du régime sioniste. Le gouvernement doit défendre les droits des athlètes iraniens et non iraniens marginalisés en ne se plaçant pas devant le régime sioniste, comme l’athlète algérien », a-t-il déclaré à propos de ceux qui décident de se retirer et de ne pas rivaliser avec des rivaux israéliens.

🟦 ANNONCE 🟦

Dans ce contexte, il a ajouté que « le message qui est transmis lors de la victoire du championnat dans une compétition sportive, notamment au niveau international, est un message de puissance, d’enthousiasme, d’empressement et de volonté. Les champions sont des maîtres d’endurance, d’espoir et d’enthousiasme ».

«Devenir champion ne vaut parfois rien. Les exemples sont nombreux dans le monde, qu’ils soient dus à de mauvais arbitrages, à des compromis politiques, à des pots-de-vin ou encore à la consommation d’énergie ; et aussi quand un athlète remporte une médaille en trahissant son pays ou en se vendant : des anti-valeurs ».

Publicité 

Khamenei a également évoqué la participation des participantes représentant l’Iran. « Le comportement affiché par les athlètes iraniennes a été très précieux », a-t-il déclaré, expliquant que cela était dû au « port de la kufiya, symbole d’abnégation et de résistance, en priant pour cela ».

« Le hijab des dames en compétition et que les femmes musulmanes en tchador agitent le drapeau. Des scènes de prière et des câlins aux rivaux vaincus » étaient d’autres exemples donnés.

« Nos athlètes ont montré que le hijab islamique n’est pas un obstacle pour briller, comme cela a été prouvé auparavant dans le domaine de la politique, de la science et de la gestion », a-t-il déclaré.

« Le fait que nos athlètes portaient le hijab a encouragé d’autres femmes musulmanes, et après cela, des athlètes de plus de dix autres pays musulmans sont venus concourir avec le hijab. C’était inhabituel. Cette voie a été ouverte par vous, les championnes iraniennes », a-t-il déclaré.

 

 

🟦 ANNONCE 🟦