Selon la loi religieuse chiite en république islamique, les relations sexuelles hors mariage sont interdites. La technologie « moderne » iranienne permet à de nombreux hommes du monde arabe de contourner l’interdiction à cause du phénomène du mariage temporaire connu et répandu dans le monde chiite, mais il semble qu’en Iran il soit récemment devenu un fléau d’État : la république islamique est devenue la capitale du monde chiite en termes de mariage temporaire pendant que les homosexuels et les femmes violées ou adultères sont voués à une mort certaine.

Le nom persan est Sia, en arabe : « mata’a » et en fait c’est un mariage à durée déterminée en échange d’un mohar, c’est-à-dire de l’argent. En fait, cette version est blanchie et autorise la prostitution sous le couvert de la loi islamique.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

En Iran, selon la loi religieuse chiite, les relations sexuelles sont interdites hors mariage, mais si un homme le souhaite, il peut épouser une femme pour de l’argent pendant deux heures, puis avoir des rapports sexuels avec elle. Après deux heures, le mariage est automatiquement annulé.

La technologie moderne a conduit à la propagation de ce phénomène. Le mariage temporaire n’est plus dans la rue, à la vue de tous, mais via l’application Telegram. De nombreux groupes en langue persane pouvant être contactés par l’intermédiaire de la société de médias « Vokativ » de Matthew Kochavi . Il y a des centaines de milliers d’Iraniens et de Chiites cherchant des services sexuels rémunérés sous le nom de mariage temporaire.

Dans les groupes, les femmes offrent des services sexuels dans le cadre du même mariage temporaire, en indiquant le montant demandé. La propagation de ce phénomène en Iran a entraîné de nombreux touristes chiites, en particulier du Liban et de l’Irak voisin, qui viennent en Iran pour visiter les lieux saints des chiites mais aussi les prostituées « légales ».

En chemin, ils sont mariés temporairement dans le cadre de la violation de la loi islamique afin de pouvoir avoir des relations sexuelles non contraignantes avec des femmes iraniennes. La ville sainte de Mashhad a même été surnommée le « Bangkok chiite » en raison de sa transformation en un centre de tourisme sexuel pour les chiites.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !