Un rapport de l’UNICEF sur les mauvais traitements infligés aux enfants palestiniens a critiqué le Hamas d’une certaine manière, mais a ignoré les preuves contre l’Autorité palestinienne.

Le rapport publié le week-end de l’année 2019 n’abordait pas les preuves d’un rapport de février d’une ONG affirmant que l’utilisation par l’Autorité palestinienne de manuels scolaires, d’émissions de télévision, de recrutement actif et de paiement les terroristes après le crime servent à inciter et à armer systématiquement leur population d’enfants en tant que soldats.

Alors que d’autres groupes israéliens ont travaillé sur cette question, les rapports de février 2019 et février 2020 de Palestine Media Watch (PMW) sont uniques en ce qu’ils retracent étape par étape le recrutement de l’Autorité palestinienne pour expliquer pourquoi un volume important de mineurs palestiniens finissent par être arrêtés par Israël.

Contrairement à la croyance conventionnelle des médias mondiaux selon laquelle Israël pousse des mineurs palestiniens innocents à devenir violents, le rapport PMW, couvrant 2019, affirme que l’incitation par l’Autorité palestinienne est la cause principale.

En outre, l’auteur du rapport, Maurice Hirsch, qui était également un ancien procureur en chef de Tsahal pour la Judée Samarie, a envoyé une lettre à l’UNICEF lui demandant de nommer les violations de l’Autorité palestinienne et de consacrer au moins autant de temps à documenter ces violations que dans les prétendues violations israéliennes des droits des mineurs palestiniens.

Publicité 

L’UNICEF n’a pas répondu mardi au sujet de l’omission d’un comportement problématique présumé de la part de l’Autorité palestinienne.

«Les bébés et les enfants» palestiniens meurent pour des «problèmes politiques», car leurs dirigeants ne les laissent pas «recevoir le traitement qu’ils devraient» en Israël, a dénoncé l’année dernière Raz Somech, directeur de la pédiatrie générale au centre médical Sheba à Ramat Gan.

«Je reçois continuellement des notifications concernant les enfants que nous avons sauvés, et même ceux qui ont commencé leur prise en charge ici trouvent qu’il est presque impossible de rentrer ou ont déjà subi une grave détérioration de leur santé ; C’est une tragédie pour laquelle il ne semble pas y avoir de solution », s’est-il plaint.

«De nombreux patients sont envoyés en Jordanie ou en Égypte», mais parfois «ils ne se rendent même pas dans ces endroits», a déploré le médecin israélien.

Le porte-parole du ministre de la Santé de l’Autorité palestinienne, Oussama al-Najjar, a fait valoir qu’il s’agissait d’une « décision politique par excellence, en réponse à la réduction » des transferts de fonds qu’ils reçoivent d’Israël.

En outre, un journaliste palestinien, dont le visage et la voix ont été déformés pour des raisons de sécurité, a révélé en détail comment les terroristes du Hamas emmènent collectivement des enfants pour participer à des manifestations contre Israël le long de la clôture qui le sépare de la bande de Gaza, en un nouveau documentaire publié par TPS.

« Ils les emmènent sur les terrains de jeux, les laissent jouer là-bas et les encouragent à faire ce qu’ils peuvent pour se rapprocher de la clôture », a-t-il déclaré.

Le journaliste a également affirmé les avoir vus prendre des chaises pour s’asseoir pour manger des graines et regarder leur peuple mourir.

«Le but est de biaiser l’opinion publique en général ; Ils exploitent cela pour prétendre qu’Israël tue nos enfants », a-t-il dénoncé les manifestations qui ont eu lieu presque tous les vendredis depuis mars de l’année dernière et qui ont provoqué quelque 2 200 incidents, avec des tirs, des lancements d’engins explosifs et des tentatives d’infiltration, entre autres. autres modalités terroristes.

Pendant ce temps, Ravid Alfasi n’a eu qu’une minute et demie pour présenter la position de son ONG au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Dans ce court laps de temps, il a évoqué l’utilisation d’enfants comme boucliers humains par l’organisation terroriste Hamas.

« En 2007, j’ai été envoyé en mission à Gaza pour rechercher des escouades du Hamas tirant des roquettes sur des villes israéliennes », a déclaré Alfasi. «De mes propres yeux, j’ai vu des hommes du Hamas envoyer des enfants âgés de 6 à 7 ans me chercher, moi et mon peuple. Les enfants nous ont trouvés, le Hamas a ouvert un feu nourri avec un RPG, alors que les enfants étaient toujours parmi nous », a déclaré le soldat.

Le réserviste a expliqué que la leçon la plus difficile qu’il a apprise au cours de son service militaire était que «tandis que les soldats israéliens se positionnent comme un front pour protéger leurs familles et leurs enfants, le Hamas et les autres organisations terroristes envoient leurs enfants au front, comme la viande de Canyon ».

Alfasi a souligné qu’il ne s’agissait pas d’un incident unique, mais d’une routine. Il a également fait valoir que si l’ONU souhaite enquêter sur le terrorisme et protéger les droits de l’homme, elle doit prendre le risque de connaître le rapport «Ma vérité», qui détaille l’utilisation de civils par des organisations terroristes comme boucliers humains. « Peut-être qu’ainsi ils comprendront mieux la réalité à laquelle nous, soldats israéliens, sommes confrontés et qui est souvent négligée dans ce forum. »

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE