Les femmes qui ont pris de l’acide folique et des multi-vitamines avant et pendant leur grossesse semblent réduire le risque d’autisme chez leur bébé, selon les résultats d’une nouvelle étude menée par Stephen Z. Levine, Ph.D. à l’Université de Haïfa.

Les chercheurs ont suivi 45 300 enfants israéliens nés entre 2003 et 2007, jusqu’en 2015 ; 1,3% ont reçu un diagnostic de trouble du spectre autistique (TSA).

Les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) ont été comparés à ceux qui ne l’ont pas, pour voir si l’utilisation maternelle des suppléments pourrait jouer un rôle. Les données sur l’organisation de l’entretien de la santé (HMO / kupat holim) ont été examinées, y compris la dispensation par la pharmacie de prescriptions d’acide folique et de multi-vitamines aux femmes enceintes.

L’étude, publiée en ligne dans JAMA Psychiatry le 3 janvier, a constaté que, comparativement aux femmes qui n’avaient pas été exposées à des suppléments durant la grossesse, les femmes qui prenaient de l’acide folique et / ou des multi-vitamines présentaient un risque réduit de 0,27%. (Un risque relatif inférieur à 1% suggère un risque moindre.) Les mères qui prenaient de l’acide folique et des multi-vitamines avant la grossesse présentaient un risque relatif réduit de 0,41%, comparativement aux mères qui n’en prenaient pas.

L’exposition maternelle à des suppléments d’acide folique et de multi-vitamines deux ans avant la grossesse était associée à un risque réduit de TSA chez la progéniture. Le risque de TSA associé à l’exposition aux vitamines maternelles était similaire avant et pendant la grossesse. L’étude n’a pas pu déterminer si cette différence était due à la vitamine, ou à la confusion confondue par d’autres conditions telles qu’une naissance prématurée selon les chercheurs.

L’association entre l’utilisation de suppléments de multi-vitamines et le risque de TSA était similaire chez les descendants mâles et femelles. Cependant, l’analyse pour la progéniture femelle avait une faible puissance en raison de la petite taille de l’échantillon. De plus, chez les enfants dont les parents ont reçu un diagnostic de trouble psychiatrique, la supplémentation en acide folique à la mère n’a pas fourni la même protection contre le TSA au fœtus en développement, selon l’étude.

Les chercheurs ont dit qu’il y avait plusieurs mises en garde qui devaient être faites en tirant des conclusions de cette étude : «Notre étude avait une taille d’échantillon limitée et n’avait pas la capacité de mener une analyse de contrôle frère.» En outre, la raison sous-jacente de la dispense de supplément était inconnu aussi, et certaines mères ont peut-être utilisé des suppléments en vente libre qui n’étaient pas prescrits par le professionnel de la santé, ce qui a mené à des données faussées possibles dans l’étude.

Néanmoins, tout ce qui a été dit, les chercheurs maintiennent toujours, “Réduction du risque de TSA chez les enfants est une considération pour la politique de santé publique qui peut être réalisée par l’utilisation prolongée de suppléments d’acide folique et de multi-vitamines pendant la grossesse.”

L’étude est intitulée: “Association de l’utilisation maternelle de l’acide folique et des suppléments de multi-vitamines dans les périodes avant et pendant la grossesse avec le risque de trouble du spectre de l’autisme chez les descendants”.

Ce site Infos-Israel.News est le travail de bénévoles qui aiment Israel et combat les mensonges sur l'Etat Juif. Cela demande beaucoup d'efforts, de temps et d'argent. Depuis plus de 7 ans et plus de 25 000 articles, nous tentons de fournir des informations précises et originales qui seraient passées inaperçues dans d'autres médias. Nous avons publiés des centaines de scoops et parfois nos articles finissent par faire une réelle différence. Notre équipe appréciera votre soutien, même le plus minime.