Mahmoud Ahmadinejad affirme que des agents israéliens ont infiltré le système de contre-espionnage de son pays

L’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé que des agents israéliens ont infiltré le système de contre-espionnage de son pays, en particulier le département d’espionnage israélien.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon un rapport publié sur le site Internet Israel Hayom, Ahmadinejad a même affirmé que des éléments des services de renseignement de Téhéran étaient en train de dissimuler et de brouiller la piste des tueurs de scientifiques nucléaires iraniens, dont le chef du programme nucléaire iranien, Muhsin Fahrizadeh.

Dans une interview accordée aux médias locaux en Iran, l’ancien président a déclaré qu’« il y avait eu une énorme opération israélienne qui a utilisé un gang corrompu de membres du personnel de sécurité au sommet du système de renseignement national ».

Ahmadinejad a également ajouté que le « gang » était dirigé par le chef du département de renseignement israélien au sein du service de renseignement iranien, « Ce gang corrompu devrait exposer ses crimes et poursuivre pour sa part dans l’élimination de nos scientifiques nucléaires et les explosions à la centrale nucléaire installation à Natanz.

Ils ont également volé des documents importants à Turkuzbad, près de la capitale de Téhéran, et à nos services de renseignement. »

Publicité 

« Ils ont mené une opération très importante à Turkuzbad.

Ils ont remis plusieurs véhicules commerciaux remplis de documents à Israël. Ce n’est pas un seul morceau de papier. Il y avait plusieurs véhicules utilitaires de documents.

Comment ont-ils réussi à franchir tous les nombreux postes de contrôle du pays ? », s’est interrogé l’ancien président.

Il a attribué le succès du Mossad dans la conduite d’opérations à grande échelle à Téhéran et la saisie des documents nucléaires et spatiaux les plus importants dans des centres sensibles au fait que le plus haut responsable en charge des opérations d’espionnage israélien au sein du ministère iranien du renseignement a lui-même espionné pour Israël.

Il pense également qu’il existe un « gang de sécurité » de haut rang en Iran, déclarant : « Les documents de sécurité d’État, ils sont venus et les ont pris. « Comment sont sortis des camions chargés de documents confidentiels ? Il a demandé : « Était-ce un papier mis dans vos poches et vous êtes enfui, non pas du tout, c’était des camions chargés de documents, comment ont-ils fui le pays avec tous les points de contrôle là-bas, comment autant de camions chargés de documents ont-ils quitté le pays ?

De plus, il a confirmé que cette information était cachée à la population et a ajouté : « Personne n’était au courant jusqu’à ce que les documents nucléaires soient arrivés en Israël et qu’ils aient été exposés. Il a dénoncé : « Les documents de l’organisation spatiale étaient dans le coffre-fort du bureau du chef de cette organisation, alors comment ont-ils percé le plafond, entré, ouvert le coffre-fort et pris tous les documents ? »

En réponse à la question de savoir si quelqu’un a été poursuivi pour sa responsabilité dans le vol de documents sur les questions nucléaires et spatiales, le meurtre de scientifiques nucléaires et deux explosions majeures sur le site d’enrichissement de Bentz ? Il a déclaré : « Personne n’a assumé la responsabilité, et les services de renseignement iraniens, qui devaient empêcher de tels incidents avant qu’ils ne se produisent, se tournent vers la caméra et disent que nous avons pris les opérations trop tôt, ou déclarent un nom faux ou inconnu, et disent que nous l’a tué ou il a quitté le pays. Et ils clôturent l’affaire.  »

20 agents et diffusion numérique de l’archive
Les déclarations de l’ancien président sont intervenues après que le chef du contre-espionnage israélien (Mossad) Yossi Cohen a révélé vendredi dans une longue interview télévisée les détails du vol des archives nucléaires de Téhéran. Dans une interview accordée à l’émission d’enquête  » Ouvdah » (des faits avérés ) de la Douzième chaîne, il a noté que cette action avait été menée en secret le 31 janvier 2018.

Il a ajouté qu’une vingtaine d’agents y ont participé, mais il a noté qu’il n’est pas en mesure de révéler leur identité ou s’ils sont tous Israéliens.

En outre, il a expliqué que les archives sont arrivées numériquement à Tel-Aviv, immédiatement après le cambriolage du bâtiment en question à Téhéran, et avant même que les agents ne quittent le siège de l’opération, en Iran même.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦