Netanyahu après la réunion du cabinet de sécurité sur l’Iran : l’accord nucléaire n’a aucune valeur

Israël ne fera pas confiance aux efforts pour revenir à un accord nucléaire avec l’Iran, a déclaré mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«Israël ne met pas ses espoirs dans un accord avec un régime extrémiste comme [l’Iran]. Nous avons déjà vu ce que valent ces accords… avec la Corée du Nord », a déclaré Netanyahu lors d’un service commémoratif pour la bataille de Tel Hai en 1920.

« Avec ou sans accord », a-t-il ajouté, « nous ferons tout notre possible pour que [l’Iran] ne s’arme pas d’armes nucléaires ».

Netanyahu a évoqué l’histoire de Pourim, qui commence jeudi soir : «Il y a 2500 ans, un oppresseur persan a tenté de détruire le peuple juif, et tout comme il a échoué à l’époque, vous échouerez aujourd’hui… Nous n’avons pas fait un voyage de milliers d’années pour le retour en Terre d’Israël pour permettre au régime délirant des ayatollahs de mettre fin à l’histoire de la renaissance du peuple juif.

Les remarques de Netanyahu sont intervenues un jour après avoir rencontré le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, le chef d’état-major des Forces de défense israéliennes Aviv Kochavi, le chef du Mossad, Yossi Cohen, le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat, l’ambassadeur aux États-Unis. Gilad Erdan et d’autres pour discuter de la stratégie et de la réponse d’Israël à la tentative de rapprochement de l’administration Biden avec l’Iran.

Publicité 

Ces derniers jours, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré dans un communiqué avec les pays européens parties à l’accord de 2015 sur l’Iran que les États-Unis tentaient d’entamer un dialogue avec l’Iran et d’aller de l’avant vers un retour à cet accord. Les responsables de Washington ont appelé l’Iran à se conformer à nouveau à l’accord avant que les États-Unis ne retirent les sanctions.

Les responsables présents à la réunion étaient divisés sur le point de savoir si Israël devrait préconiser que les États-Unis restent en dehors de l’Accord sur l’Iran jusqu’à ce qu’ils puissent obtenir un accord meilleur et plus sûr, ou soient plus favorables à ce qu’est le plan déclaré par le gouvernement iranien. Le président américain Joe Biden à rejoindre le plan d’action global conjoint, comme on l’appelle l’accord de 2015, puis négocier des conditions plus dures. Netanyahu semble avoir adopté la ligne de front la plus dure, tandis que Gantz et Ashkenazi ont soutenu une approche moins conflictuelle.

Comme l’indiquent les déclarations de Netanyahu, l’opposition ouverte à un retour au JCPOA reste sur la table.

Erdan a déclaré mardi à KAN Bet que revenir à « l’ancien accord nucléaire de 2015, qui ouvre la voie à l’Iran vers un arsenal de bombes nucléaires, sera une erreur ».

Si les États-Unis reviennent au JCPOA, levant les sanctions, ils n’auront aucune influence pour convaincre l’Iran de rouvrir les négociations pour un accord plus strict, a expliqué l’ambassadeur.

Pourtant, Erdan a déclaré qu’en général, « une solution diplomatique est toujours préférable à une solution militaire ».

« La question est de savoir s’il y aura un accord qui bloque toute voie permettant à l’Iran de se doter d’une arme nucléaire », a-t-il déclaré.

Les responsables présents à la réunion de lundi ont convenu qu’Israël devrait poursuivre son dialogue avec l’administration Biden plutôt que d’opter pour une confrontation ouverte, comme il l’a fait lors du deuxième mandat de l’ancien président américain Barack Obama.

Erdan a souligné l’importance du dialogue dans une interview avec Kan Bet mardi.

« La nouvelle administration [américaine] a montré une volonté très honnête et profonde de tenir des consultations organisées [avec Israël], dirigées par [le conseiller américain à la sécurité nationale Jake] Sullivan », a déclaré Erdan. « Israël est dans un processus de dialogue complet [avec l’administration Biden] et ils écoutent notre position : le gouvernement américain et aussi les pays centraux de l’Europe. »

Israël estime que l’E3, ou les pays européens qui font partie de l’accord avec l’Iran – la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni – sont plus ouverts à la position israélienne ces derniers mois, selon KAN, en raison de violations répétées des limites de l’accord. par l’Iran. Ces dernières semaines, l’Iran a annoncé qu’il enrichirait jusqu’à 20% d’uranium et produirait de l’uranium métallique, qui, selon E3, n’a aucune utilisation civile crédible.

En conséquence, Israël a accru la pression sur l’E3 pour essayer de les convaincre de rejoindre l’ancien accord avec l’Iran, avec beaucoup plus de discussions sur l’Iran que d’habitude, a rapporté KAN.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦