Nouvelle étude : Les capacités nucléaires attribuées à Israël ont influencé les décisions des dirigeants des pays arabes

Une nouvelle étude du Dr Dan Sagir, chercheur à l’Institut Leonard Davis pour les relations internationales de l’Université hébraïque, révèle les effets de la dissuasion nucléaire attribuée à Israël sur la prise de décision dans les pays arabes au fil des ans.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Au cours des cinq dernières décennies, Israël a adopté un modèle unique de dissuasion à plusieurs niveaux dans le conflit au Moyen-Orient, une dissuasion conventionnelle ouverte et une dissuasion nucléaire vague. Le premier vise à dissuader de nuire aux intérêts stratégiques d’Israël et le second est destiné à dissuader de nuire à ses intérêts vitaux et existentiels.

Une nouvelle étude sur le sujet a été publiée dans la revue « The International History Review » par le Dr Dan Sagir, chercheur à l’Institut Leonard Davis des relations internationales de l’Université hébraïque et chercheur sur la dissuasion nucléaire en Israël. Le Dr Sagir a examiné comment la dissuasion nucléaire d’Israël a affecté le développement du conflit interétatique arabo-israélien ? Il s’agit de la première tentative du genre d’enquêter sur l’impact de « Dimona » sur le développement du conflit des côtés israéliens et arabes.

🟦 ANNONCE 🟦

Les questions étudiées étaient la justification israélienne du développement d’armes nucléaires, les perceptions d’Israël de la menace et des objectifs de la dissuasion nucléaire au fil des ans, les relations avec les États-Unis sur la question nucléaire, la politique « d’ambiguïté », la « doctrine Begin », le développement d’une seconde capacité de frappe et l’impact du nucléaire sur le conflit arabe Un Israélien a compris mon pays. Les questions examinées comprenaient : le moment de la crise de mai 1967 est-il lié à l’avancement du programme nucléaire israélien ? « Dimona » a-t-il affecté les plans de guerre de l’Égypte et de la Syrie à la veille de la guerre de Yom Kippour ?

Et le lien entre le noyau israélien et la décision du président égyptien Sadate d’abandonner le conflit militaire et de signer un accord de paix avec Israël. Selon l’étude, les dirigeants arabes dans les divers conflits entre l’Égypte et la Syrie dans les années 1970, la Syrie et l’Irak dans les années 1980 et 1990 ont été affectés par les capacités nucléaires « cachées » d’Israël dans la prise de décision et les stratégies adoptées au fil des ans.

Publicité 

Un cas test majeur est la dissuasion nucléaire contre Saddam Hussein dans les années 1980 et pendant la crise de la guerre du Golfe de 1991.

À la suite de l’accord de paix que l’Égypte a signé avec Israël, Hussein a annoncé que l’Irak le remplacerait et conduirait le monde arabe à poursuivre la guerre en Israël, mais s’est finalement abstenu d’attaquer Israël dans les années 1980. Dans les débats à huis clos du régime irakien, Saddam a affirmé que le principal obstacle à la poursuite de la guerre contre Israël était ses armes nucléaires, et que seule une « bombe arabe » pour équilibrer les capacités israéliennes permettrait une guerre d’usure contre « l’entité sioniste ». « 

Une décennie plus tard, pendant la guerre du Golfe de 1991, Saddam a été dissuadé de mettre à exécution ses menaces de lancer des ogives chimiques sur les villes israéliennes, et les missiles tirés ont été tirés avec des ogives conventionnelles. Pendant la crise et la guerre, les États-Unis et Israël ont envoyé des messages d’avertissement concernant une « réaction brutale » à Bagdad en cas d’utilisation d’armes chimiques, messages implicitement basés sur les capacités nucléaires d’Israël.

En outre, l’étude a examiné pour la première fois les divers efforts déployés dans le monde arabe pour trouver une solution à l’avantage stratégique décisif d’Israël et a identifié deux stratégies principales adoptées par les pays arabes au fil des ans. La première stratégie est l’effort de développer des armes nucléaires arabes / étatiques afin d’équilibrer avec le nucléaire israélien et la seconde est une campagne diplomatique pour tenter de priver le Moyen-Orient d’armes nucléaires qui conduira au démantèlement d’Israël de ses capacités.

La première stratégie a échoué à la suite d’un effort conjoint d’Israël et des États-Unis pour empêcher une nouvelle prolifération nucléaire dans la région, tandis que les États-Unis ont aidé Israël à repousser les pressions diplomatiques des pays arabes sur la question nucléaire.

Selon le Dr Sagir : « La stratégie de dissuasion nucléaire et conventionnelle à plusieurs niveaux présentée dans mes recherches peut être pertinente pour traiter avec l’Iran en cas d’échec de la campagne internationale visant à stopper son développement nucléaire. « L’Iran nucléaire posera un double défi à Israël : une situation de « terreur » nucléaire régionale d’une part, qui d’autre part posera une menace conventionnelle d’attaques de missiles sur des concentrations de populations en Israël de la part du Hezbollah et d’autres sponsors de Téhéran. « 

Dr. Sagir écrit actuellement le livre « Dimona » basé sur son doctorat, qui sera publié en hébreu et en anglais. Le livre comprendra une discussion sur la menace nucléaire iranienne et ses implications stratégiques pour Israël.

Un conseil, une info, une question ? Contactez nous !

Connaissez vous nos autres sites ? Répondez à ce questionnaire 

Abonnez vous à notre nouvelle Newsletter 

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

 

🟦 ANNONCE 🟦