Lors de deux réunions «non programmées» ce mois-ci, le cabinet de sécurité israélien a discuté de la proposition du Premier ministre Netanyahu de réaliser un projet de 1 000 millions de NIS (290 millions de dollars) visant à renforcer les défenses anti-israéliennes, notamment contre les missiles de croisière et les drones de l’Iran.

Les divers systèmes de défense antimissile d’Israël, du Dôme de Fer à la flèche de David , sont principalement conçus pour intercepter les roquettes à grande trajectoire et les missiles balistiques. Mais la récente attaque iranienne contre les installations pétrolières saoudiennes a démontré la capacité remarquable de l’IRGC à utiliser des drones et des missiles de croisière à basse altitude, à grande échelle.

Le fondateur et responsable du développement du projet de missile Arrow, M. Uzi Rubin, a présenté la précision et le professionnalisme de cette attaque dans une analyse détaillée intitulée « Le mois noir de l’Arabie saoudite », publiée cette semaine par JISS: The Institute of Stratégie de Jérusalem et sécurité.

La nouvelle menace pour Israël est claire. L’Iran pourrait réagir aux nombreuses attaques récentes d’Israël contre des mandataires régionaux iraniens et leurs entrepôts d’armes, en volant à basse altitude et en s’attaquant aux infrastructures israéliennes clés situées au centre du pays.

En fait, Israël doit simultanément se préparer à un large éventail de scénarios de guerre. Cela inclut le développement d’une capacité crédible d’Israël à attaquer des cibles nucléaires iraniennes; la préparation de la guerre sur trois fronts contre une coalition dirigée par l’Iran; la capacité de « tondre le gazon » dans les deux arènes palestiniennes (c’est-à-dire de dégrader les capacités offensives de l’ennemi); et la capacité de résister aux guerres de missiles intenses.

Dans chacun de ces scénarios, il sera vital de forcer rapidement la fin du tir ennemi contre les centres de population d’Israël; nier le Hezbollah et ses maîtres iraniens, ainsi que le Hamas et le Jihad islamique palestinien , attaquer dans les territoires sous son contrôle.

Aucun système de défense ne suffira. Israël doit disposer de forces terrestres capables de manœuvrer rapidement et de manière décisive pour obtenir des résultats décisifs en poussant le combat au plus profond du territoire ennemi et en brisant sa volonté de combattre. En d’autres termes, Israël doit ramener la doctrine connue sous le nom de hachra’ah (résultat décisif). C’est le résultat du chapitre militaire du récent plan de sécurité nationale mis en place par JISS pour Israël.

Le plan s’oppose à la dépendance exclusive vis-à-vis du lien «Intel-Firepower» – renseignement, opérations spéciales et puissance de feu exacte – qui constitue la doctrine opérationnelle de Tsahal depuis la fin de la première guerre du Liban en 1982. Cette approche est un complément important, pas une alternative, à un combat terrestre important, disent les experts JISS.

L’équation:  » L’intelligence exacte multipliée par la puissance de feu guidée avec précision est égale à la destruction et à l’effondrement de l’ennemi  » a donné des résultats non optimaux car elle n’a pas suffisamment pris en compte un élément essentiel: l’ennemi.

L’ennemi a appris les leçons de chaque confrontation; Il est devenu habile à nier aux renseignements précis des FDI et / ou à minimiser l’efficacité de la puissance de feu israélienne. Les techniques ennemies visant à saper l’utilité de l’approche «Intel-Firepower» comprennent le renforcement des installations, l’entrée dans la clandestinité, la dispersion et la dissimulation d’actifs, l’utilisation de boucliers humains, etc.

Dans la plupart des confrontations, une dynamique délétère a été répétée. Au début, Israël lance avec succès une sauvegarde de la puissance de feu basée sur des informations précises recueillies sur une longue période. Ensuite, il y a une baisse de la qualité des services de renseignement, avec pour conséquence une réduction du nombre de cibles justifiant une attaque, une récupération par l’ennemi et la poursuite de ses attaques contre Israël.

La frustration subséquente d’Israël entraîne des attaques contre des cibles présentant des dommages collatéraux importants ou des cibles inutiles, ainsi qu’un effort immense pour acquérir de nouvelles cibles de qualité, ce qui peut entraîner des succès occasionnels (mais cela ne modifie pas le tableau général). Ce qui suit est une campagne de guerre prolongée, qui mène à la colère et à la frustration du public et une manœuvre limitée des forces terrestres, qui n’est pas assez efficace pour amener l’ennemi au point de s’effondrer.

Par conséquent, dans de nombreux cas, il est inévitable de se battre de manière plus traditionnelle. Cela signifie manœuvrer en territoire ennemi, localiser et détruire les forces ennemies (ou les capturer, sapant ainsi le mythe de la « résistance » jihadiste qui se sacrifie elle-même). Alors seulement l’esprit de l’ennemi sera brisé.

JISS affirme que les dirigeants israéliens craignent exagérément qu’une telle approche militaire entraîne de lourdes pertes. Les pertes peuvent être réduites, disent-ils, par des incursions rapides et énergiques qui entraînent rapidement l’effondrement de l’ennemi. Cela réduira également le temps pendant lequel le front intérieur est exposé aux tirs de missiles ennemis.

En fait, certains des ennemis d’Israël aujourd’hui croient que la crainte d’Israël de la guerre terrestre et son refus de subir des pertes suggèrent une faiblesse fondamentale de la société israélienne. Pour rétablir la dissuasion, Israël ne doit pas hésiter à démontrer de manière convaincante sa capacité à mener des offensives sans merci.

La manœuvre sur le terrain a aussi une dimension morale. Le gouvernement et l’armée ont le devoir d’éliminer le plus rapidement possible toute menace pour le front intérieur. Il est inacceptable que des civils deviennent le bouclier de l’armée israélienne (c’est-à-dire que le front national subisse des pertes afin que l’armée israélienne puisse éviter les manœuvres au sol). Cela revient à abandonner la population civile. Voir la souffrance des villes israéliennes en bordure de Gaza.

Il convient de rappeler qu’au début de la campagne de terreur palestinienne de 2000-2001, le gouvernement n’était pas disposé à manœuvrer avec les forces terrestres vers les villes palestiniennes et, même au sein de l’armée israélienne, il était généralement admis que la prise d’un territoire importante était inutile. Des centaines de vies ont été perdues jusqu’à ce que les FDI soient envoyées dans les villes de Judée-Samarie. En fait, les FDI ont pu obtenir de solides résultats en matière de sécurité grâce à des manœuvres au sol.

Considérez ceci également: bien qu’il n’y ait actuellement aucune grande armée conventionnelle qui menace Israël, la situation pourrait changer. Si un régime radical des Frères musulmans se lève dans un pays comme l’Égypte ou si l’armée syrienne est reconstruite après la guerre civile dans ce pays, l’armée doit être préparée. Gardez à l’esprit que la création de forces terrestres est un processus complexe qui prend du temps. Par conséquent, négliger les capacités au sol de Tsahal est un pari dangereux.

Malheureusement, dans le document de doctrine de sécurité nationale récemment publié [5] (par le biais de l’Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient) du Lieutenant-général (res.) Gadi Eisencott, chef d’état-major de l’armée israélienne dans le passé immédiat, il y a peu de mention de l’attention renouvelée portée aux capacités des forces terrestres. On dit que le nouveau chef des FDI, le lieutenant général Aviv Kochavi, est plus attentif à la nécessité de se préparer à un combat au sol intensif et attend l’approbation du budget du prochain gouvernement israélien pour investir dans sa direction, quand un gouvernement stable se forme enfin!

Par: David Weinberg

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils ✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes

Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr