Philosophe français : « L’Europe ne passe pas l’examen quand il faut agir de manière décisive et rapide »

L’Union européenne s’est avérée être une structure lourde, trop bureaucratique, incapable de faire face à des tests à grande échelle comme une pandémie. Le syndicat s’est effondré au printemps dernier alors que le virus commençait à se propager à travers le continent. Les Italiens, confrontés à leur tragédie, ont été les premiers à crier alors «Pourquoi avons-nous besoin d’une telle alliance ? !»Maintenant que Bruxelles n’a pas réussi à organiser une vaccination rapide et qu’une nouvelle vague de COVID-19 a balayé le continent, la faiblesse du leadership européen est particulièrement évidente dans le contexte du succès de l’échappée britannique.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Soutenir Infos-Israel.News, c'est soutenir les médias indépendants

DECOUVREZ TOUTES NOS RECETTES SALES ET SUCREES POUR PESSAH

«L’Europe ne passe jamais l’examen quand il faut agir de manière décisive et rapide», déclare Pierre Manent, le célèbre philosophe français, l’un des historiens les plus éminents de la pensée libérale en Europe, dans une interview au journal Le Figaro récemment publiée. Le philosophe affirme que tous les échecs de l’Union européenne sont associés à sa «faiblesse structurelle». Il n’est pas surpris par le retard des vaccinations, qui, dit-il, découle de la complexité des structures européennes.

L’Europe, ce sont 27 États indépendants qui ont décidé de coopérer. « Sur cette réalité se situe la toile de fond d’une Europe fictive avec une Commission dénuée de toute reconnaissance politique, mais qui est officiellement responsable de » l’intérêt commun « de l’Europe. » Il en va de même, poursuit Pierre Manent, avec le plan de relance économique de l’Europe après la pandémie Next Generation EU, qui devrait dépenser 750 milliards d’euros. Il doit être ratifié par les parlements nationaux et, jusqu’à présent, aucun euro n’a été alloué. L’Europe agit selon sa structure. Il est surprenant que cela surprenne quelqu’un. « 

Quelle est la raison ? «Dès le début, l’Union européenne a été considérée comme un processus sans fin, béni par l’Histoire. Nous agissons comme s’il y avait une éternité devant nous. L’Europe n’a jamais essayé de faire face à de vrais défis, à la nécessité d’agir, à la nécessité d’obtenir des résultats dans un laps de temps limité. L’échec de la campagne de vaccination ne nous a rien montré de nouveau que nous n’aurions pas su sur la faiblesse des structures européennes. « 

Il n’y a pas de «pacte» entre les Européens et Bruxelles, qui est généralement conclu par les peuples avec leurs gouvernements. Pierre Manent cite le Brexit en exemple. Bruxelles a discuté des conditions pendant longtemps et de manière fastidieuse, jusqu’à ce que Boris Johnson apparaisse et déclare résolument qu’il ferait ce que le peuple voulait – il retirerait le pays de l’UE. «Et les électeurs lui ont fait confiance. C’est une forme représentative de gouvernement. Les Etats de l’Union européenne ne veulent plus de cette liberté et de cette responsabilité. Ils aiment leur impuissance parce que cela leur garantit l’innocence. « 

Publicité 

«Beaucoup de gens ont aujourd’hui le sentiment que nous sommes en déclin, ce qui fait partie d’un déclin général européen ou occidental. D’énormes processus démographiques et économiques sont en cours, conduisant au déclin relatif de l’Europe. C’est un fait. Dans le cas de la France, ce qui est le plus frappant, c’est l’indifférence de la classe politique française à ce déclin.
« 

«Sous le nom de l’Union européenne, nous nous sommes construits une belle maison de campagne pour les beaux jours, mais nous n’y vivons pas vraiment. Et nous ne vivrons jamais. La réconciliation franco-allemande est une chose merveilleuse, mais elle ne nie ni nos nations ni nos histoires nationales. La réconciliation est un moment merveilleux dans nos histoires partagées, mais cela ne signifie pas le début de la vie post-nationale. « 

Le philosophe considère la prétendue «souveraineté européenne» comme une fiction, dont le président Macron ne cesse de parler. « L’Union européenne n’est pas un État fédéral, mais une organisation internationale, et il n’y a pas de peuple européen. »

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE