Oren Hazan a fait les manchettes en volant un selfie avec le président américain Donald Trump sur le tapis rouge à l’aéroport Ben Gurion, mais le député controversé se fait de plus en plus l’invité des plateaux de télévision avec ces provocations.

Dernièrement il s’est lui-même photographié, ce jeudi, le lendemain de la journée de Jérusalem , semblant soulever le toit de la mosquée Al Aksa construite au dessus du Saint des saints sur le Mont du Temple.

Cet endroit est l’un des sites les plus emblématiques de Jérusalem et un endroit vénéré par les musulmans comme le début du voyage nocturne de Mahomet au ciel et par les Juifs comme le lieu où Abraham a essayé de sacrifier son fils Isaac mais surtout comme l’emplacement du Temple Juif.

Dans la dernière photo, téléchargée sur sa page Facebook, Hazan prend une pose généralement par des touristes pour créer l’illusion d’optique, où il tient le dôme entre ses doigts.

Les réactions sur Facebook au post variait des encouragements, des rires, aux critiques comme  : « Vous avez raison, il est temps de l’enlever de là », ou que Hazan tente de provoquer afin de gagner plus de likes.

Le selfi avec Donald Trump à son arrivée lundi à Israël, et dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu a essayé de déplacer le bras de Hazan, mais en vain. Un comportement qui a été ouvertement critiqué par les responsables israéliens qui ont dit que ce député du Likoud, Hazan avait mal agi.

Cette nouvelle pose au Mont du Temple , risque t’elle d’enflammer les plus incendiaires d’Israël, ou provoquer des attentats contre les civils habitants Jérusalem ou contre les soldats  ?

Pour rappel, l’emplacement du temple juif, le Mont du Temple est le site le plus important dans le judaïsme (contrairement aux musulmans). Il est également l’emplacement du troisième lieu saint de l’Islam sanctuaire, la mosquée Al-Aqsa, qui se trouve à proximité du Dôme du Rocher.

Israël a capturé le Mont du Temple et le reste de la vieille ville et Jérusalem-Est sous l’emprise de la Jordanie en 1967, et la souveraineté s’est étendue, mais Israel a quitté l’autorité administrative aux mains du Waqf jordanien (trust musulman), et mis en place un statu quo et un accord qui interdit les Juifs d’y prier, mais autorisés à visiter.

Les Palestiniens ont accusé Israël de tenter de changer le statu quo sur le site saint, indiquant le nombre croissant de visiteurs juifs. Israël nie fermement de telles allégations. Les nombreux attaquants palestiniens ont cité leur motivation de défendre ce site au cours d’une vague d’attaques de violence et de terreur contre les Israéliens qui a commencé à l’automne 2015.

 

Connaissez vous notre compte Instagram avec des vidéos et images en l'honneur de notre beau pays Israel ?

Pas encore ?

Venez nous rejoindre sur INSTAGRAM : https://www.instagram.com/infosisraelnews/

Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/  

1 COMMENTAIRE

  1. Où est la provocation ? Quand les arabes arrive au mont du temple par millier et les juifs sont interdits ou seulement quelques heures avec la police arabe sur leur dos a les insultes et crachent dessus sans que notre police n`intervienne, mais au contraire font sortir les juifs c`est ca la plus grande provocation a laquelle il faut mettre fin une bonne fois pour toute. il serait nécessaire d`organiser les visites comme elles le son à Hébron, des heures pour les uns et des heures pour les autres. Cela mettrait fin à la discorde