Que signifie pour Israël le différend entre les États-Unis, la France et l’Australie sur les sous-marins ?

Comme le personnage du film Forrest Gump, Philippe Étienne s’est retrouvé à plusieurs reprises au centre d’événements dramatiques de l’histoire.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le maître français des six langues a commencé sa carrière diplomatique de 40 ans à Belgrade, où il a débarqué l’année suivant la mort du légendaire Josip Broz Tito, assistant ainsi au début de la disparition de son héritage.

Étienne assiste alors à la fin de la guerre froide depuis ses trois foyers : Moscou, où il sert lors de l’effondrement de l’URSS ; Bruxelles, où il a servi lorsque le mur de Berlin s’est effondré ; et Bonn, où il a servi lorsque les dirigeants est-allemands et ouest-allemands se sont rencontrés pour la première et la dernière fois.

🟦 ANNONCE 🟦

C’est donc tout naturellement qu’Étienne était là en tant qu’ambassadeur à Washington appelé par son gouvernement, la première fois qu’une telle chose se produisait depuis que Louis XVI a installé le premier émissaire étranger dans les États-Unis naissants.

Alors que son avion traversait l’Atlantique vers l’est, le diplomate de 65 ans a dû se demander comment la querelle franco-américaine se compare aux nombreux drames qui ont jalonné son illustre carrière depuis ses débuts au début de la vingtaine.

Publicité 

Eh bien, l’ambassadeur Étienne reviendra à Washington la semaine prochaine, mais la signification du différend qu’il vient de vivre est profonde, non seulement pour ses protagonistes, mais aussi pour l’État juif.

Comme s’il était écrit pour un drame politique Netflix, le conflit impliquant l’argent, l’honneur, l’histoire et quatre continents est né d’un contrat d’armement de 66 milliards de dollars, pour lequel la France devait fournir à l’Australie 12 sous-marins.

C’était en 2014. Le complot s’est compliqué le mois dernier avec l’annulation de l’accord par Canberra, et il a atteint son paroxysme lorsqu’il est apparu qu’un accord alternatif avait été conclu avec Washington.

Techniquement, la décision de l’Australie reflétait son évaluation selon laquelle l’agressivité croissante de la Chine appelle des navires nucléaires plutôt que les moteurs diesel de l’accord français, et une échéance plus courte que 2035 de l’accord français.

Cependant, stratégiquement, le revirement technique a reflété un changement d’opinion diplomatique. C’est ce que la France a compris lorsqu’il s’est avéré que l’appel de l’Australie s’inspirait de l’alliance indo-pacifique dévoilée le mois dernier par les dirigeants de la Grande-Bretagne, de l’Australie et des États-Unis (AUKUS).

L’accusation du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, de « coup de poignard dans le dos » est donc compréhensible. En effet, la France a été trahie. Cependant, cette question n’a pas à voir avec la fidélité, mais avec les intérêts. Il s’agit du nouvel ordre géopolitique qui remplacera effectivement l’OTAN et définira le système international pour les années à venir.

L’Australie se dirige de la France vers les États-Unis car sa principale préoccupation géopolitique est la Chine. La Chine est également la principale préoccupation étrangère des États-Unis. La principale préoccupation géopolitique de la France n’est pas la Chine. C’est la Russie. Non pas parce que la Russie peut envahir la France, mais parce qu’elle peut envahir d’autres membres de l’Union européenne.

Cet écrivain a ressenti la peur de la Russie de l’Europe lors d’une visite en 2019 de l’armée lituanienne en pleine croissance et d’une rencontre avec le ministre de la Défense de l’époque, Raimundas Karoblis. Après l’invasion russe de la Crimée, a-t-il déclaré, Vilnius a conclu que la Russie voulait restaurer sa domination régionale, « nous serons donc à nouveau ses marionnettes ».

De telles craintes abondent le long du flanc oriental de l’UE, de l’Estonie à la Bulgarie, où les anciens pays communistes craignent la menace terrestre de l’Empire russe historiquement basé sur la terre. Ce n’est pas là que résident les craintes des États-Unis et de l’Australie. Sa préoccupation n’est pas la Russie terrestre, mais la Chine maritime.

En d’autres termes, l’Occident se divise entre ceux qui se sentent le plus menacés par la Russie et ceux qui se sentent le plus menacés par la Chine.

Dans le même temps, la Chine et la Russie ne sont plus engagées dans l’exportation de la révolution, comme elles l’ont fait pendant la guerre froide. C’est pourquoi l’OTAN est devenue un anachronisme.

Vu à travers ce prisme, la place de la Grande-Bretagne est à côté des États-Unis et de l’Australie, non seulement à cause de l’histoire et de la culture que les trois partagent, et pas seulement à cause de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, mais parce que la Grande-Bretagne Malgré son déclin impérial, elle reste un puissance maritime, pour laquelle les tensions historiques de la Russie avec la Pologne et l’Ukraine sont moins pertinentes que l’ombre que la Chine projette de Tokyo à Perth.

L’essentiel de tout cela est que les trois membres anglophones de l’OTAN, les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada, laisseront dans les années à venir leurs membres européens se concentrer sur le confinement de la Russie tandis qu’avec l’Inde, le Japon, l’Indonésie et Singapour, se concentrer sur le confinement de la Chine.

À Jérusalem, cette nouvelle évolution amènera beaucoup de personnes à s’identifier de manière réfléchie à la nouvelle alliance dirigée par les États-Unis , en raison de la dépendance historique d’Israël et de son endettement envers ce pays.

Certains pourraient également ressentir un sentiment de schadenfreude face à la situation en France, rappelant l’embargo sur les armes qu’il a imposé à Israël alors qu’il était assiégé en 1967. Pour ces Israéliens myopes, les sous-marins invendus de la France apparaissent désormais comme une justice poétique pour le pays qui, en 1969, a refusé à Israël les navires Cherbourg, une flottille de navires d’attaque pour laquelle Israël avait payé intégralement avant l’embargo français.

Ce n’est pas ainsi qu’Israël devrait aborder la situation actuelle.

Peu importe que les dirigeants français de 1967 soient morts depuis longtemps, qu’Étienne soit un enfant à l’époque, et que le président Emmanuel Macron ne soit même pas né. Ce qui compte, c’est qu’Israël n’a rien à gagner, et beaucoup à perdre, en s’engageant dans les luttes des superpuissances.

Oui, pendant la guerre froide, nous avons pris parti, mais c’était différent. L’URSS et la Chine maoïste étaient activement anti-israéliennes, et la première était également antisémite. Aujourd’hui, Israël entretient des relations formelles, des échanges commerciaux animés et un respect mutuel avec toutes les superpuissances. Il s’agit d’une grande réussite, dont la préservation devrait être un objectif primordial de la diplomatie israélienne.

Israël a déjà mis en œuvre une politique de neutralité, lorsqu’il a refusé de se joindre aux sanctions anti-russes, malgré les pressions de l’administration Obama après l’invasion de la Crimée. C’était une politique prudente qui a porté ses fruits lorsque l’armée de l’air russe est arrivée en Syrie.

Cela devrait également être l’attitude d’Israël envers la Chine et la nouvelle alliance qui vient maintenant l’affronter, même si elle inclut nos meilleurs amis.

 

 

🟦 ANNONCE 🟦