Quelles armes nucléaires la Russie possède-t-elle dans son arsenal ?

Les menaces récentes du président russe Vladimir Poutine ont mis les puissances mondiales à bout alors qu’elles se demandent si le conflit ukrainien pourrait dégénérer en utilisation d’armes nucléaires par la Russie. Au cours du week-end, la société de renseignement israélienne ImageSat International (ISI) a déclaré avoir détecté une « présence irrégulière » de bombardiers stratégiques russes TU-160 et TU-95 déployés sur la base aérienne d’Olenya près de la Finlande.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Selon les images satellites, quatre TU-160 ont été détectés le 21 août et trois TU-95 ont été détectés le 25 septembre. Ces deux avions ont la capacité de transporter des armes nucléaires.

Selon un article publié par la Fédération des scientifiques américains « le TU-160 est un bombardier stratégique multi-missions conçu pour des opérations allant de vitesses subsoniques et basses altitudes à des vitesses supérieures à Mach 1 à haute altitude. Les deux baies d’armes peuvent accueillir différentes charges spécifiques à la mission, y compris des missiles de croisière stratégiques, des missiles guidés à courte portée, des bombes nucléaires et conventionnelles et des mines. »

Dans le même temps, la Russie a accès à des armes nucléaires tactiques et certaines voix pro-Moscou ont suggéré que la Russie pourrait utiliser ces systèmes. Ramzan Kadyrov, le chef de la Tchétchénie, a suggéré que Moscou devrait envisager d’utiliser une arme nucléaire à faible rendement ou tactique en Ukraine.

Combien d’armes nucléaires la Russie a-t-elle en sa possession ?
Un rapport du FAS en 2022 indiquait que la Russie possédait 5 977 armes nucléaires . Parmi ceux-ci, la Russie en compte 1 588 qui sont classés comme « déployés » tandis que les autres sont en réserve ou à la retraite. Cela signifie que la Russie a accès à quelque 1 500 anciens stocks d’armes nucléaires et à 2 889 autres qui sont « retirés ».

Dans l’ensemble, le stock d’armes de la Russie a considérablement diminué par rapport à une estimation de quelque 40 000 qu’elle aurait possédée dans les années 1980. Depuis 2000, l’arsenal a encore diminué, passant d’environ 10 000 de ces missiles destructeurs du monde à un peu plus de la moitié de ce montant.

L’étude la plus récente sur l’arsenal nucléaire russe , également menée par FAS en février 2022, nous donne un aperçu de ces armes à la veille de la guerre en Ukraine.

Un officier russe prend une photo d'un bombardier TU-95, ou Bear, sur une base aérienne militaire à Engels, à environ 900 km (559 miles) au sud de Moscou.  (crédit : REUTERS/SERGEI KARPUKHIN)

Quelles armes nucléaires la Russie possède-t-elle dans son arsenal ?
La Russie dispose de 812 missiles balistiques terrestres équipés d’ogives nucléaires. 512 autres de ces missiles sont placés sur des sous-marins et peuvent être lancés depuis l’eau. On pense qu’il y a 200 missiles supplémentaires dans les bases de bombardiers lourds. Le reste des armes nucléaires possédées par la Russie sont entreposées, dont 977 ogives stratégiques, ainsi que 1 912 ogives non stratégiques.

Quelle est la puissance des armes nucléaires russes ?
Les bombes sont mesurées en kilotonnes de TNT, les bombes plus petites pesant en moyenne 1 kilotonne (ou mille tonnes de TNT).

Les armes plus grosses pèseront plus de 100 kilotonnes et, pour les armes stratégiques, jusqu’à 1 000 kilotonnes. La bombe larguée sur Hiroshima en 1945 était de 15 kilotonnes. La plus grosse bombe nucléaire russe, la Tsar Bomba, a été testée en 1961 et on pense qu’elle pesait environ 50 mégatonnes, soit la même taille que 50 millions de tonnes de TNT.

Un missile balistique à capacité nucléaire à moyenne portée SS-4 de l'ère soviétique désactivé est exposé à la forteresse de La Cabana à La Havane le 15 octobre 2012. (Crédit : REUTERS/DESMOND BOYLAN)

Quels systèmes la Russie utilise-t-elle pour ses armes nucléaires ?
L’un des systèmes utilisés par la Russie est le SS-18 (également appelé le « Satan »), un missile massif d’un poids de 191 000 kg. Il contient plusieurs véhicules de rentrée qui peuvent être ciblés, ce qui lui permet de transporter plusieurs missiles.

Il a un propulseur liquide à deux étages et selon le type, il peut aller jusqu’à 16 000 km. Cependant, la plupart de ces missiles plus anciens ont été retirés et les versions récentes ont soit une grosse ogive, soit plusieurs ogives. Un nouveau missile appelé SS-X-30 (également connu sous le nom de Sarmat) est en cours de développement et est censé remplacer ces missiles.

Le Sarmat, ou RS-28, est l’une des six armes stratégiques russes que Poutine préconise depuis une décennie. Il comprend également un MIRV ou plusieurs véhicules de rentrée pour transporter plusieurs ogives.

Un autre système, le SS-27, est en service depuis 1997 dans divers modèles et a été déployé en 2010. Il s’agit d’un ICBM à combustible solide et peut parcourir 11 000 km, avec une ogive jusqu’à 1 200 kg. Le missile a d’abord été placé dans des silos SS-19 et ceux-ci ont été déployés pendant une décennie jusqu’à ce que le missile soit également placé sur de gros camions pouvant fonctionner comme des transporteurs mobiles. La Russie a cherché à fabriquer 350 de ces missiles, mais a ensuite commencé à travailler sur un missile appelé SS-24. Selon le site Web Missile Threat « Suite à la mise en œuvre de New START, la Russie possédait 15 Topol-Ms mobiles sur route et 50 basés sur des silos5. Selon un rapport américain de 2013, il y avait environ 80 missiles opérationnels.

Missiles nucléaires sous-marins
Pour la flotte sous-marine russe de missiles à capacité nucléaire, il y a l’ancien missile connu sous son nom de rapport OTAN SS-N-23 Skiff et le plus moderne R-29RMU2 Sineva. Ces missiles pouvaient initialement parcourir environ 8 300 km et transporter une ogive de 2 800 kg et transporter jusqu’à quatre ogives multiples. Selon Missile Threats, « le missile utilise un moteur à propergol liquide à trois étages et mesure 14,9 m de long, avec une largeur maximale de 1,9 mètre ». Ceux-ci ont été développés en 1973 et testés dans les années 1980. La Russie possédait autrefois plus de 100 de ces missiles et a commencé à prolonger leur durée de vie en créant un programme appelé « Sineva ». Les rapports indiquent que la Russie en possède des dizaines.

Une image fixe d'une vidéo, publiée par le ministère russe de la Défense, montre ce qu'il a dit être un sous-marin à propulsion nucléaire russe naviguant pendant les exercices militaires Umka-2022 dans la mer de Chukchi, dans cette image fixe tirée d'une vidéo publiée le 16 septembre 2022. (crédit : MINISTÈRE DE LA DÉFENSE RUSSE/HANDOUT VIA REUTERS)

Missiles nucléaires aéroportés
Dans les airs, la Russie a le TU-95 Bear, un gros bombardier intercontinental développé dans les années 1950, bien qu’il ait depuis été mis à jour à plusieurs reprises. Selon le site Internet Global Security, « le Kh-55 est au service de la Russie depuis 1984 en tant que missile de croisière à lancement aérien à armement nucléaire. Le missile porte une tête nucléaire de 200 kt. Le Kh-55 est le pendant soviétique du missile de croisière américain AGM-86 ALCM. Les missiles de croisière Kh-55 sont déployés avec les bombardiers stratégiques TU-95 MS et TU-160. Chaque bombardier TU-95MS peut transporter jusqu’à six missiles X-55, situés sur une installation de tambour de lancement de type catapulte dans le compartiment à bombes de l’avion. En plus du lanceur rotatif interne, le Bear peut transporter plus de Kh-55 à l’extérieur, mais dans des conditions de vol en surcharge.

Le Tupolev TU-160, en service depuis la fin des années 1980, est le bombardier nucléaire russe le plus moderne et est équipé pour transporter le missile nucléaire à courte portée Kh-15. Selon le site Web ukrainien NV, « les bombardiers stratégiques TU-95 et TU-160 ont été développés en URSS au début des années 1950 et au début des années 1980, respectivement. Ces jets sont parmi les plus puissants et les plus grands au monde. Entre autres choses, ils peuvent transporter des armes nucléaires.

Le site Web indique que «la masse maximale au décollage du Tu-160 est de 275 tonnes et la masse maximale de sa charge utile de combat est de 45 tonnes. Le bombardier peut atteindre une hauteur de 16 km, développer une vitesse allant jusqu’à 2 230 km/h et voler jusqu’à 14 000 km sans faire le plein.

La Russie pourrait également utiliser des armes nucléaires tactiques plus petites. Il s’agirait d’armes avec une portée plus courte, et elles peuvent être de plus petites quantités de souffle, comme une kilotonne ou des dizaines de kilotonnes.

Missiles nucléaires lancés au sol
La Russie possède également un missile appelé SSC-8, un missile de croisière lancé au sol (GLCM). Selon le site Internet Missile Threat, « en janvier 2014, les États-Unis ont informé leurs alliés de l’OTAN d’un missile russe qui violait les réglementations sur la portée et les lanceurs du Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI).

Dans un rapport de conformité officiel de juillet 2014, les États-Unis ont conclu que la « Fédération de Russie violait ses obligations en vertu du traité INF de ne pas posséder, produire ou tester en vol un GLCM d’une portée de 500 à 5 500 km, ou de posséder ou produire des lanceurs de tels missiles. Bien que le missile n’ait pas été nommé à l’époque, les analystes reconnaissent aujourd’hui que le SSC-8 est le missile non conforme mentionné dans le rapport.

Des composants du système de missiles de croisière SSC-8/9M729 sont exposés lors d'une conférence de presse, organisée par les ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères, au Patriot Expocentre près de Moscou, en Russie, le 23 janvier 2019. (Crédit : REUTERS/MAXIM SHEMETOV)
On pense que la Russie en possède 20. Le rapport du FAS, qui renvoie à un article du Bulletin of Atomic Scientists, indique que « ce chiffre suppose cinq bataillons SSC-8, chacun avec quatre lanceurs, pour un total de 80 missiles. On suppose qu’il y a au moins un rechargement pour au moins 160 missiles. On pense que la plupart sont conventionnelles, avec 4 à 5 ogives nucléaires par bataillon pour un total d’environ 20. »

Les armes nucléaires de la Russie pourraient ne plus être utilisables
Dans un récent article de CNN, Hamish de Bretton-Gordon, ancien officier de l’armée britannique et ancien commandant des forces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) du Royaume-Uni et de l’OTAN, a évoqué cette question des capacités nucléaires de la Russie. Interrogé sur les armes nucléaires tactiques, il a déclaré que les ogives et les missiles russes « sont probablement dans un état raisonnable, mais les véhicules sur lesquels ils sont montés sont, je crois et j’en ai une bonne autorité, en mauvais état. A en juger par l’état du reste de la Russie L’équipement de l’armée exposé en Ukraine, c’est une hypothèse juste.

Il a noté que « je crois que les armes nucléaires tactiques de Poutine sont inutilisables. Même si leurs véhicules fonctionnent, dès qu’ils allumeront leurs moteurs pour se déplacer, ils seront récupérés par les services de renseignement américains et de l’OTAN. Cela signifie que l’option nucléaire tactique de la Russie pourrait être plus faible que ce que le dirigeant tchétchène a indiqué dans ses récents commentaires.

Alors que les responsables occidentaux pensent que Poutine essaie de dissuader l’Occident, un article d’ABC news a noté que « même une arme nucléaire à faible rendement utilisée sur le champ de bataille, en plus de tuer des troupes dans les environs immédiats, contaminerait toujours une vaste zone et exposerait un grand nombre de personnes ». des civils en Ukraine densément peuplée et dans les pays voisins aux risques radiologiques. En fait, la Russie et son allié la Biélorussie seraient confrontés au risque de contamination le plus élevé en raison des vents dominants. »

Informez vous en temps réel !

Rejoignez nous sur Telegram en cliquant sur ce lien :

https://t.me/infoisraelnews

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !