Revanche sur le terrorisme incendiaire : Les agriculteurs fabriquent de la bière à partir des champs brûlés

La brasserie Alexander utilise du blé qui n’a pas été endommagé pour produire de la bière selon Ynet.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« Tous les agriculteurs attendent la saison des récoltes. Une fois par an, nous pouvons voir le produit de nos efforts. Il n’ y a pas de plus grande déception que de voir tout votre travail disparaître en un instant’´ , explique Reuven Nir, directeur des cultures chez Mefalsim et Kfar Aza, deux kibboutzim dans le sud d’Israël, près de la frontière avec Gaza.

« Seuls les agriculteurs comprennent ce que signifie avoir leurs champs brûlés. C’est une grande perte. Je suis resté ici au bord des larmes « , a déclaré Danny Rahamim, responsable des cultures au Kibbutz de Nahal Oz. « Tout le monde pleure la perte de leurs récoltes. »

🟦 ANNONCE 🟦

La quasi-totalité de la production de blé d’Israël, estimée à 175 000 tonnes par saison, provient des villes proches de la frontière avec Gaza.

La plupart des communautés vivent de l’agriculture et de la culture du blé et d’autres produits. Environ 11 000 hectares de champs de blé sont cultivés dans ces communautés chaque année. Cette année, 7 000 récoltes ont été brûlées à cause des engins incendiaires lancés depuis Gaza.

Publicité 

Le blé qui a survécu aux incendies a été récolté et envoyé à la brasserie. La brasserie Alexander et les propriétaires des champs ont utilisé le blé de la région pour produire une nouvelle bière, générant tous les bénéfices pour les agriculteurs locaux.

« Je ne peux rester indifférent aux scènes déchirantes des champs en flammes. Mon cœur est avec les agriculteurs (…) la bière à la frontière avec Gaza est une excellente bière israélienne qui montre la qualité du blé cultivé par nos chers amis « , a déclaré Ori Sagí, fondateur de la brasserie Alexander.

 

🟦 ANNONCE 🟦