L’ancien secrétaire général adjoint de l’AIEA, le Dr. Olli Heinonen, affirme que l’Iran est au «seuil nucléaire» et disperse le brouillard sur son programme nucléaire.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Une information qui confirme bien les dires du premier ministre Netanyaou, lors de son passage à l’ONU et son discours avec schéma.

Pour le Dr Heinonen :

« L’Iran a la capacité de fabriquer une bombe nucléaire dans quelques mois »

M. Olli Heinonen, secrétaire général adjoint de l’Agence internationale de l’énergie atomique jusqu’à il y a deux ans, a déclaré dans une entrevue sur Walla que «l’Iran est un état au seuil du nucléaire». Le Physicien nucléaire finlandais, a également servi en tant que chef de la surveillance et de la vérification de l’agence. Dans ce rôle pendant une décennie, il a visité des dizaines de fois les installations nucléaires iraniennes et a conversé des centaines d’heures avec de hauts responsables, y compris avec le président Mahmoud Ahmadinejad.

Heinonen prétend que «l’Iran contrôle la plupart des éléments du domaine nucléaire et possède les connaissances, la technologie, l’équipement et les matériaux ainsi que la capacité de produire, et d’ici quelques mois, la première installation nucléaire sera prête. »

Il a ajouté que la décision dépend de la volonté des dirigeants de la République islamique. L’AIEA est considérée comme un ennemi de l’Iran. Par conséquent, les Iraniens ont essayé à plusieurs reprises de fausser la réalité sur le terrain.

Les iraniens ont accusé le Dr. d’être en contact avec Israël et les États-Unis, ce qui a entraîné des tensions avec son patron, le Secrétaire général de l’AIEA à l’époque, l’égyptien, Muhammad al – ElBaradei, qui a tenté de limiter la politique pour une conciliation envers l’Iran. Depuis sa retraite, M. Heinonen a travaillé comme chercheur principal au Centre Belfer à l’Université Harvard aux États-Unis.

Ses connaissances sur le programme nucléaire de l’Iran sont grandes. Des journalistes, des analystes et des responsables du gouvernement vont souvent le consulter. Pour comprendre sur quelles bases, le Dr Heinonen pose son évaluation concernant l’état du seuil nucléaire iranien, il faut comprendre les bases de données techniques du programme nucléaire du régime des mollahs.

Aujourd’hui, l’Iran possède 12 000 centrifugeuses, deux installations d’enrichissement d’uranium. – Natanz, et une autre à l’Université Purdue, près de la ville sainte de Qom où les Iraniens ont fabriqué leur première centrifugeuse, un modèle dépassé depuis 40 ans.

Ils ont enrichi les huit dernières années, près de sept tonnes d’uranium faiblement enrichi à 3,5% et les deux dernières années, pour 90 kg d’uranium à hauteur de 20%.  Pour atteindre un enrichissement de l’uranium à un niveau de 93%,  il faut savoir que tous les 3.5 kg d’uranium à 3,5%, il est possible de produire un kilogramme d’uranium à 20% et pour 10 kilogrammes d’uranium à 20%, vous pouvez faire un kilogramme d’uranium à 93%, le reste s’évapore et se perd dans le processus de production.

Tel que défini selon l’Agence internationale de l’énergie atomique, 25 kilogrammes d’uranium à 93%  sont considérées comme «quantité significative»  pour réaliser  une bombe nucléaire. Selon ces calculs sont nécessaires à l’Iran 250 kilogrammes d’uranium enrichi à 20% pour produire des matières fissiles pour fabriquer une bombe.

L’Iran a maintenant 90 kg d’uranium enrichi à 20% .Dr Heinonen estime que même si cette affirmation est correcte, il ignore vraiment la réalité de la capacité et de la technologie à l’Iran mais selon son opinion, ils ont assez de centrifugeuses. L’Iran a la capacité de  produire chaque mois, quelque 30 kg d’uranium enrichi à 20%. A ce rythme, l’Iran peut enrichir dans un délai de quatre mois la quantité nécessaire pour atteindre ses objectifs:

« Cela signifie qu’en Janvier ou Février 2013 au plus tard, l’Iran aura le matériau de base nécessaire à l’obtention de matières fissiles (l’énergie dans le cœur d’un réacteur nucléaire) pour une bombe.

Si le gouvernement décide d’enrichir de l’uranium à un niveau de 93%, ils vont interdire aux inspecteurs de l’AIEA de visiter les installations nucléaires, en particulier celles qui enrichissent l’uranium.

Une telle mesure signifie une seule chose:

Les chercheurs de l’Institut pour la sécurité et la politique internationale (ISIS) à Washington, dirigé par le Dr David Albright ont calculé que le rapport publié cette semaine sur l’Iran permettra à celle-ci,de prendre entre deux et quatre mois pour enrichir de l’uranium à « évasion » de 20% à 93%, soit en mai 2013 .

Selon le scénario optimal d’Israël, l’Iran pourrait obtenir un matériau fissile nécessaire pour une bombe nucléaire, mais ce scénario n’est pas si simple, l’Iran a des difficultés techniques qui se produisent dans toute les installations industrielles et certaines peuvent être le résultat d’une intervention, faite par Israël et l’Occident, comme ce qui leur est arrivé ces dernières années, selon des rapports étrangers.

Le niveau d’enrichissement n’est qu’une étape dans la production d’armes nucléaires, ensuite il y a la conception et la formation, le processus d’ingénierie essentiellement appelé «groupe d’armes »(armement).

Le Dr Heinonen dit, qu’il ne sait pas si les capacités de l’Iran sont assez avancées dans ce domaine. Les expériences et les essais effectués par les Iraniens durant cette dernière décennie, montre une certaine expérience.Il faudrait probablement quelques mois, ce qui conduit à la fin  2013.

Un autre point important,  l’Iran travaille simultanément sur deux autres étapes, celle de construire l’ogive qui pourrait être monté sur un missile. Bien que l’Iran dispose d’une flotte d’avions de combat capables de supporter ce type de bombe, Téhéran est conscient que ses avions sont très vieux. Par conséquent, ils ont besoin de développer leur capacité à construire une bombe pour le missile Shahab, capable de couvrir Israël, l’Arabie Saoudite, la Turquie et presque tout le Moyen-Orient.

Le développement d’ogive nucléaire est possible, selon les estimations des experts, dans un an et demi à deux ans. Ce qui signifie que l’Iran peut tenir compte de la première bombe atomique sur le lancement de missiles à la fin de 2014 ou au début 2015.

C’est exactement l’estimation faite il y a deux ans par l’ancien chef du Mossad, Meir Dagan et de la CIA américaine. Mais l’histoire est encore plus complexe. La plupart des experts pensent que l’Iran cherche à produire de l’uranium enrichi à 20% et ensuite produire de l’uranium de qualité militaire, assez pour quatre ou cinq bombes. Elle a été assez d’uranium enrichi à 3,5%, qui devra faire produire une autre tonne de 20%.

Dr Heinonen souligne que la question du temps pour fabriquer plusieurs bombes nucléaires dépend du type d’intervention qui sera décidé contre l’Iran. L’Iran est très proche de l’obtention d’une bombe.

 » Mon sentiment personnel, c’est que l’Iran est sur le point de se positionner comme un acteur sérieux dans l’arène régionale et internationale. »

Jusqu’à présent, l’Iran évolue et son statut en 2000, n’est plus celui d’aujourd’hui. « Le Dr Heinonen pense que tant que l’uranium enrichi est contrôlé, il est encore possible d’évaluer les intentions de l’Iran  »

Source en hébreu : news.walla.co.il

Traduit par Alyaexpress-News.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !