Sarah et Hannah échappées du crématorium à Birkenau: « Mieux vaut recevoir une balle dans le dos que brûler dans les fours »

Lorsque Sarah Bickel s’est dirigée vers les chambres à gaz avec sa fille Hannah âgée de 6 ans, elle a vite compris qu’elles allaient à la mort.

La mère et l’enfant ont réussi à s’échapper à travers un trou dans la clôture. Pendant des années, elles se sont cachées, et quand elles sont arrivées en Israël, elles ont raconté dans un livre leur vécu réel pendant la guerre, mais le livre de Hannah n’a finalement pas été publié…

🟦 ANNONCE 🟦

Sarah Bickel et sa fille Hannah, âgée seulement de six ans durant la Seconde Guerre mondiale, ont réussi à échapper à la mort plusieurs fois. Avant même d’entrer dans les fours crématoires, Sarah tenait les mains de sa fille et la sauva  dans un rare acte d’héroïsme en se tenant debout sur les marches qui devaient les conduire à leur mort.

Sarah et Hannah sont nées en Tchécoslovaquie et en avril 1944, la police hongroise est entrée par effraction, dans la maison où elles vivaient, pendant la nuit et les ont emmenées.

Le 17 mai de cette même année, elles ont été embarquées en train pour le camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau. «Après avoir mangé et bu, ma mère, alors âgée de six ans, a vu un casque rempli d’eau de pluie et a commencé à boire», explique le fils de Hannah, Micky Rosenstein.

« Un soldat nazi qui a vu cela l’a giflée et lui a crié dessus en allemand ». Ensuite, la femme et l’enfant sont passées  par une sélection et ont été dirigées vers les chambres à gaz. « Les Allemands leur ont dit qu’elles allaient prendre une douche. Elles se sont dirigées  vers les fours crématoires, qui étaient le quatrième des bâtiments relativement nouveaux construits non loin de la clôture. »

Quand on leur demanda de se déshabiller avec beaucoup d’autres Juifs qui avaient été amenés, Sarah remarqua la fumée des cheminées des crématoires et se rendit compte qu’elle et sa fille allaient mourir. Sarah prit alors Hannah par la main et dit à sa sœur, qui avait été embarquée au camp avec elle, qu’elle «emmenait sa fille faire pipi». Dans son témoignage, Sarah a dit: « je préférais recevoir une balle dans le dos,  par les nazis, plutôt que brûler avec ma fille dans les fours ».

Sarah a soulevé Hannah et l’a emmenée vers les arbres, où elle a réussi à s’échapper à travers la clôture. Quand elle est partie, sa nièce a demandé à être prise, alors que Sarah lui avait demandé de se taire. Depuis ce jour, elle se sent coupable de ne pas avoir pu sauver sa sœur et ses enfants.

« Nous avons vérifié par la suite, à Yad Vashem. Il n’y a aucune histoire d’évasion des escaliers du crématoire, c’était probablement un trou dans la clôture et elles sont juste  sorties de Birkenau », a déclaré Mickey.

« Le moment de l’évasion est une combinaison de courage, de refus de mourir d’une certaine manière et d’une décision troublée, à Birkenau, où deux millions de Juifs ont été brûlés. Personne n’ a rien fait ».

C’est alors que commença la cavale de la mère avec sa fille vers un village à des centaines de kilomètres de Birkenau, et toujours sous la domination nazie. Dans la mesure, où elles ont été transportées et dirigées  directement aux chambres à gaz, aucun numéro n’avait été marqué sur leurs bras, ce qui les a aidé dans leur fuite.

« Elles se cachaient dans la journée et s’enfuyaient la nuit.  Ma mère (Hannah) a été rasée dans le camp, et ma grand-mère a compris qu’elle serait en mesure de la dissimuler.  Elle lui a dit,  »A partir de maintenant, tu t’appelleras Egon, tu es un garçon stupide. Ils ne doivent pas entendre ta voix, tu ne parles qu’avec moi quand nous sommes seuls. La jupe qu’elle portait se transforma en pantalon », a déclaré le petit-fils.

Quelques années après leur évasion, elles sont revenues à l’endroit où elles ont été emmenés.  Sarah a raconté leur histoire. Le témoignage est arrivé dans un musée en Turquie et a été découvert par un employé de l’Institut Moreshet, qui a commencé à chercher Sarah dans les années 1970.

«Ma mère est arrivée en Avril 1949 à Haïfa. Le greffier qui l’a reçu, lui a demandé de choisir un nom hébreu. La jeune fille se tenait devant lui et  lui a dit que son nom était Hannah» raconte-t-il.

À son arrivée en Israël, Hannah s’installa au kibboutz Evron puis a déménagé à Safed et Afula, où elle a épousé un immigrant de Cuba dont la famille avait péri dans l’Holocauste », a-t-il dit, ajoutant qu’il était mort un an et demi après d’un problème cardiaque.

Pendant des années, Sarah n’a pas voulu parler de ce qui s’était passé pendant la guerre. Elle disait à sa fille que « ce qui était là était là ». « Durant cette année, où elles ont dû fuir, Dieu seul sait ce qu’elles ont vécu et enduré ».  Quand ma grand-mère était en vie, avec ma mère, elles en parlaient très peu. Ma grand-mère est morte en 1976,  a déclaré Mickey. Par la suite,  ma mère a commencé à en parler et à écrire et puis il y avait aussi le témoignage de la Turquie. Nous connaissions l’histoire, mais pas les détails. Quand les petits-enfants ont commencé à effectuer des voyages en Pologne, ma mère a commencé à parler. Son histoire a été publiée et elle a allumé une torche à Yad Mordechai. « 

« Dans la dernière année de sa vie, quand nous avons fêté ses 80 ans, elle a voulu écrire son histoire ». « Nous avons fait venir un journaliste qui s’est assis avec elle pendant des jours et a écrit son histoire.  Ensuite, ma grand-mère est morte, comme si, qu’elle avait attendu tout ce temps, pour nous laisser son témoignage pour les générations futures.

Aujourd’hui, une cérémonie aura lieu au kibboutz Yad Mordechai, sous la direction de la présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, du ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, et du ministre des Finances Moshe Kahlon.

Voir les photos ICI 

 



Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.



SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)

   

🟦 ANNONCE 🟦