La fête de Souccot a été béni avec de nombreuses belles lois et coutumes: la récitation de Hallel, les Ushpizin (accueillant nos ancêtres en tant qu’invités honorés), la lecture du livre de Kohelet [ Ecclésiaste ] et, bien sûr, la bénédiction et le geste de saluer les Arba’ah Minim – les quatre espèces . Cependant, il va sans dire que le plus fondamental dans la mitzvah est celle de demeurer dans un Souccah .

Mais pourquoi sommes-nous assis dans la Souccah ?

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La Torah elle-même donne deux raisons, l’une agricole et l’autre historique.

Action de grâce pour la récolte
Les raisons agricoles sont décrites dans deux endroits de la Torah.

Exode 23:16 : « … et la fête de la récolte à la fin de l’année, lorsque vous réunissez les résultats de votre travail sur le terrain. »
Deut. 16: 13 , 15: “Après le ramassage de votre aire de battage et de votre cuve, vous organiserez la fête pendant sept jours… vous organiserez une fête… à l’endroit que le Seigneur choisira, car le Seigneur, votre Dieu le voudra bénis avec toutes tes récoltes et toutes tes entreprises, et tu n’auras que de la joie. »

Ainsi, selon ces versets, Souccot est une fête d’action de grâce pour la moisson.

Lien historique aux ancêtres, et Dieu

La raison historique se trouve dans le livre de Lévitique (23: 42-43) :

» Tu habiteras dans des cabanes sept jours; tous les citoyens en Israël vivront dans des cabanes. Pour que les générations futures sachent que j’ai fait vivre le peuple israélite dans des baraques lorsque je les ai fait sortir du pays d’Égypte… »

Ainsi, selon le Lévitique, nous siégeons dans la soucca afin de conserver un lien historique avec nos ancêtres et nous souvenir de tout ce que Dieu a fait pour nous lorsque nous avons quitté l’Égypte.

Ce sont les simples raisons données par la Torah pour observer cette fête, mais les Juifs ne sont jamais satisfaits de la simple raison de quoi que ce soit ! Quelques versets de la Bible ont souvent été expliqués par des philosophes et des rabbins juifs. Souccot ne fait pas exception.

Se souvenir du «mauvais vieux temps»

Philo était un philosophe hellénistique et juif qui vivait à Alexandrie au premier siècle de notre ère. Dans ses nombreux ouvrages écrits en grec, il donna des interprétations allégoriques d’histoires et de commandements dans la Bible. Dans son livre De Specialibus Legibus , uur les lois spéciales (2: 204, 206-211), il ajoute un certain nombre de raisons à celles mentionnées ci-dessus.

Il écrit:

Une autre raison est peut-être que cela devrait nous rappeler les longues errances de nos ancêtres dans les profondeurs du désert, où, à chaque halte-arrêt, ils ont passé plusieurs années sous des tentes. Et en effet il est bien dans la richesse de se souvenir de votre pauvreté, de distinguer votre insignifiance, dans les hautes fonctions de votre position de roturier, dans la paix vos dangers de guerre, sur terre les tempêtes sur mer, dans les villes, la vie de solitude. Car il n’y a pas de plus grand plaisir que dans une grande prospérité de rappeler d’anciens malheurs.

Mais en plus de procurer du plaisir, c’est une aide considérable dans la pratique de la vertu. Pour ceux qui ont eu le bien et le mal devant leurs yeux, qui ont rejeté le mal et qui jouissent du bien, tombent nécessairement dans un état d’esprit reconnaissant et sont poussés à la piété par la peur d’un changement negatif, et sont donc aussi dans la gratitude pour leurs bénédictions actuelles, ils honorent Dieu de chants et de paroles de louange, le supplient avec des supplications, leur demandant de ne jamais répéter l’expérience de tels maux.

Philo dit deux choses: il dit que c’est un plaisir pour une personne prospère de se souvenir du «mauvais vieux temps». Mais il va encore plus loin; il dit qu’être assis dans la souccah nous rappelle à quel point nous sommes venus et nous amène à louer et à remercier Dieu pour toute la gentillesse qu’il nous a accordée.


Une leçon d’humilité

Le Rashbam, R. Shemuel Ben Meir, a vécu en France au 12ème siècle. Il était l’un des brillants petits-fils de Rashi et est connu pour ses Talmud et commentaires bibliques. Dans son commentaire sur le verset de Lévitique cité ci-dessus (23:43), il donne encore une autre raison de s’asseoir dans la souccah :

Pourquoi est-ce que je vous commande de faire cela ?… Ne dites pas dans votre cœur: «Mon propre pouvoir et la force de ma main ont gagné cette richesse pour moi. Rappelez-vous que c’est le Seigneur votre Dieu qui vous donne le pouvoir d’obtenir des richesses » ( Deutéronome 8: 17-18 ) . Par conséquent, les gens quittent les maisons pleines de bonnes maisons à la saison des récoltes et habitent à Souccot pour rappeler qu’ils n’avaient aucune propriété dans le désert ni aucune maison à habiter. C’est pourquoi Dieu a désigné Souccot à la saison des récoltes, de sorte que le cœur d’une personne ne devienne pas hautain à cause de maisons remplies de tout ce qui est bon, de peur qu’ils ne disent: « Nos mains ont fait toute cette richesse pour nous. »

En francais simple, le Rashbam dit: La Souccah est une leçon d’humilité; il s’agit d’empêcher une tête haute. Dieu nous a commandé de nous asseoir dans la soukkah précisément à la saison des récoltes, lorsque nous nous félicitons de la réussite de notre récolte et de nos fantastiques demeures. L’humble Souccah nous rappelle que tout ce que vous mangez et tout ce que vous possédez vient de Dieu.

Le Rambam [Maïmonide ], incidemment, combine les raisons données par Philo et le Rashbam. Dans son Guide to the Perplexed (3:43), il déclare qu’être assis dans la souccah enseigne aux juifs «à se souvenir de ses jours sombres en son temps de prospérité. Il sera ainsi amené à remercier Dieu à plusieurs reprises et à mener une vie modeste et humble. ”Ainsi, selon Maïmonide, la soukka est censée induire à la fois un sentiment de gratitude et un sentiment d’humilité.

Augmenter notre foi

Rabbin Yitzhak Aboab a vécu en Espagne au 15ème siècle. Dans son livre classique sur l’éthique juive, Menorat Hamaor , il donne encore une autre explication pour s’asseoir dans la soukka (Ner 3, Kelal 4, Partie 6, Chapitre 1, éd. Mossad Harav Kuk, p. 315):

Quand les Sages ont dit dans le Traité de Souccah (fol. 2a): ‘Sortez de vos habitations permanentes et vivez dans une habitation temporaire’, ils ont voulu dire que le commandement d’habiter dans la Souccah nous enseigne qu’un homme ne doit pas faire confiance à lui dans la taille ou la force ou les commodités de sa maison, même si elle est remplie du meilleur de tout; il ne devrait pas non plus compter sur l’aide d’un homme, même s’il est le maître du pays. Mais qu’il mette sa confiance en celui dont la parole appelle l’univers à être, car lui seul est puissant et fidèle, et il ne rétracte pas ce qu’il a promis.

Cette explication est la plus subtile de toutes celles que nous avons vues jusqu’à présent. R. Yitzhak Aboab pense que le point essentiel de la vie dans la souccah pendant sept jours est d’accroître notre foi en Dieu. Lorsque nous vivons dans une maison solide, nous sommes protégés des éléments; la pluie et le froid et la chaleur ne nous font pas de mal. En conséquence, nous commençons à avoir confiance en nos maisons et non en Dieu.

De même, nous avons tendance à accorder toute notre confiance aux hommes, en particulier aux dirigeants influents. En vivant dans une soucca fragile pendant sept jours, une fois de plus exposé aux éléments, nous réalisons que nous devons finalement faire confiance à Dieu qui gouverne nos maisons, les éléments et tous les dirigeants humains.

Paix universelle

Le rabbin Samson Raphael Hirsch était le dirigeant de la néo-orthodoxie en Allemagne au 19ème siècle. Dans son livre Horeb , il dit que la Souccah est un symbole de paix et de fraternité universelles, comme nous le récitons le service du soir de Chabbat et des fêtes: “ Oufross aleinu sukkat shelomekha “ – “ répandons sur nous votre souccah de paix.”

Le terme soukah est utilisé dans cette prière pour symboliser la paix et la fraternité, qui ne sera pas fondée sur des intérêts économiques et politiques, mais sur une croyance commune en un seul Dieu ( Horeb, p. 126, cité par le rabbin Isaac Klein, Guide de la religion juive). Pratique , page 159).

Se souvenir des moins fortunés

La dernière raison pour siéger dans la soukkah est la mienne, même si je suis sûr que quelqu’un l’a déjà dit. Assis dans une soucca fragile, exposé au soleil et au vent (et parfois à la pluie et à la neige!), nous nous souvenons de ceux qui ont moins de chance que nous. Précisément au moment des récoltes, lorsque nous remercions Dieu pour la prime qu’il nous a donnée, nous devons nous rappeler de la partager avec les pauvres et les affamés.

Et si vous me demandiez quelle était la vraie raison d’habiter dans la souccah pendant sept jours, je répondrais immédiatement par la phrase talmudique ( Eruvin 13b ) «Ces deux mots sont ceux du Dieu vivant ces explications peuvent nous parler, mais « lo hamidrash hu ha’ikar ela ha’ma’se » – «plus important que d’exposer la Torah, c’est l’observer» ( Av. 1:17 ) . Lorsqu’il est assis dans la souccah, chaque juif trouvera son propre motif religieux, national ou personnel pour observer cette belle mitsva.

Réimprimé avec la permission de l’ Institut Schechter à Jérusalem en version anglaise.

Pour l’élévation des Âmes des trois soeurs Louise Yoheved, Odette et Sarah Bat Noira Chochana et Adina Gilda Bat Louise Yoheved.

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !