«C’est la vague la plus dure, travailler 6 heures d’affilée sans boire, ni faire pipi», écrit une infirmière du département Corona. Osnat est infirmière au service corona, elle est mariée, âgée de 36 ans, et c’est une femme avec un cœur le plus pur.

C’est le genre de personne qui verra des sans-abris- elle y retourne avec une soupe chaude et une couverture. Un chat blessé sur la route ? Elle arrêtera tout mouvement et l’évacuera. Son cœur est sensible à tout et à chacun. Dans chaque collecte de fonds caritative, elle est parmi les premières à faire un don et non pas parce qu’elle est riche.

Et pourquoi n’est-elle pas riche, demandez-vous ?

Parce qu’Osnat est infirmière. Elle est essentiellement infirmière dans un service de médecine interne – l’endroit le plus décourageant et le plus dur pour quiconque dans le domaine de la santé et j’ai vu cela de près : parce que c’est de là que viennent tous les patients affaiblis, les personnes âgées, les non photogéniques.

Et là, elle donne son âme. Chaque jour. Elle m’a dit un jour : j’essaie de sourire et je pense que même si le vieil homme qui a souffert et a été hospitalisé dans la salle est décédé, au moins le visage qu’il a vu à la fin de sa vie est un visage souriant. Peu importe à quel point je suis stressée, je vais donner une tasse de thé chaude et l’écouter, car c’est la dignité humaine et l’image de D.ieu. Il est important pour moi de le souligner et vous comprendrez bientôt pourquoi.

Il y a deux jours, je lui ai envoyé une question sur WhatsApp, sans rapport avec quoi que ce soit et ce n’est qu’à partir de la réponse que j’ai réalisé que quelque chose n’allait pas.

Qu’est-ce qui se passe Osnath, ai-je demandé. Et elle a répondu, je m’effondre mentalement et physiquement. Parce qu’Osnat a été recrutée dans l’unité Corona et fait partie de ces combattantes à la pointe de cette maladie trompeuse et délirante.

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Alyaexpress-News 

Ougasheli.com 

« Dis moi ce qui se passe ?  » Et elle me répond :  » Je vais arrêté de pleurer et je t’écrirai », répondit-elle. J’étais choqué.

Et c’est ce qu’elle m’a écrit, et je vous demande de bien lire son message. Mettez de côté toutes vos répressions, vos défenses et vos théories bruyantes, et écoutez simplement les paroles d’Osnat. Parce que ce n’est rien de moins que la vie ou la mort.

«Vous savez, au début que toute cette épidémie de corona a commencé, autour de Pessa’h, notre quartier corona a été ouvert pour la première fois. Tout était vraiment délirant, personne ne savait comment cela se passait, il n’y avait pas encore des milliers de personnes infectées et les gens étaient très stricts.

Je me souviens alors que tous les messages de «Corona Sister’s Diary» ont commencé à couler. Toutes sortes de photos sur Facebook de Superman qui salue le personnel médical. Je pensais que c’était stupide et excessif. Parce qu’en fait, les gens avaient peur de se rendre aux urgences, les services internes étaient rares à l’hôpital et même dans le service Corona, nous n’avions pas une charge énorme. Ensuite, le nombre d’hospitalisés a diminué et nous sommes redevenus une salle interne.

Et après ? Depuis, les gens ont commencé à sous-estimer notre travail. Chaque jour, de plus en plus de patients positifs sont découverts et les conséquences sont vraiment catastrophiques. Le personnel est contagieux, il y a moins d’effectifs, charge de travail anormale, c’est un cauchemar.

Dans la vague actuelle, c’est la troisième fois que le département devient un département Corona. Désormais, tous ces bouleversements que cela vous causent et tous ces changements en termes de travail. Séparez les équipes, mélangez, recrutez ici et là et toute l’agitation que cela implique.

C’est la vague la plus horrible depuis le début de l’épidémie du corona. Chaque jour, je pars en équipe, je dois me préparer mentalement. Vous ne savez pas comment le changement commencera et comment il se terminera. Qui vivra et qui mourra. Au sens propre.

Le nombre de patients est insensé. Les gens sont hospitalisés dans le couloir. Et ce ne sont plus seulement les personnes âgées mais aussi les jeunes. Hier encore, j’ai reçu un patient qui est venu pour l’observation en raison d’un essoufflement après le corona et aujourd’hui nous avons déjà pratiqué la RCR sur lui, et encore une deuxième RCR jusqu’à sa mort.

Je me dis, bon sang ! L’homme m’a parlé hier ! Il est entré sur 2 jambes et finalement décédé sans famille à côté de lui. Sans avoir le temps de se séparer. Comme ça – boum, il est mort. J’ai vraiment le sentiment que seuls ceux qui sont à l’intérieur avec moi comprendront de quoi il s’agit. Et quand je dis à l’intérieur, je veux dire un monde complètement différent.

Dans la salle qui est fermée et où chaque porte d’entrée ou de sortie est une double porte, qui pour entrer, vous enlevez tout de vous et entrez dans un autre monde. Dans ma vie, c’est un monde différent. Quand je suis à l’intérieur, pour moi il n’y a pas d’extérieur. Rien ! Ça n’existe plus.

Avec tant d’hospitalisations, je ne sais pas à qui m’adresser en premier. Mes normes ont chuté miraculeusement. Maintenant, pour moi, ce qui compte, c’est que leur oxygène soit normal, qu’ils reçoivent des médicaments et qu’ils mangent. Tout le reste  tombe au bas de la liste des priorités.

Quelqu’un me demande du thé et je réponds plus tard et je quitte la salle rapidement car il y a un appel pour aller voir un autre patient dont l’oxygène est réduit. Une tasse de thé chaude face à un danger de mort. A d’autres moments, j’aurai pu donner un tel traitement, et de tout cœur, mais aujourd’hui, je suis occupée à survivre.

Je suis une infirmière interne. Notre réanimation est de routine. Mais maintenant avec le Corona, tous les quart d’heure de travail, nous devons réanimer. Chaque quart de travail. Un patient peut être complètement sans souffle, en quelques heures de détérioration respiratoire au point de ne plus respirer, alors on sait que les chances de s’en sortir sont nulles.

Nous rentrons à l’intérieur et ne savons pas quand nous partirons. 5 heures consécutives, 6 heures. Avec toute la protection. Pas de pipi, pas de boisson. Avoir fait de la RCR sans arrêt, tous haletants, transpirants et avez vous soif ? Tant pis, ce n’est possible… il faut continuer de travailler. C’est cela la vie des gens qui traînent ici.

Un des patients récemment, un homme d’origine russe, m’a demandé ce qu’était chaque médicament lorsque je lui ai remis le verre de médicament. Je lui ai tout expliqué et pour une raison quelconque, il ne voulait pas et a commencé à me compliquer la tâche. Le médecin s’est déplacé suite à ma demande pour le convaincre de prendre le médicament.

Vers la fin du quart de travail, ce même patient s’est fâché contre moi de ne pas être venu vérifier qu’il allait bien et qu’en est-il de son état. Je lui ai expliqué que j’étais occupée avec des patients plus graves, puis il m’a dit quelque chose qui m’a brisé le cœur. Dans un hébreu si brisé, il m’a expliqué que «son cœur et sa tête lui faisaient mal». J’ai réalisé qu’il m’expliquait en fait qu’il était triste.

Il m’a dit qu’il ne voyait pas les gens, ne voyait que nos yeux. « Je ne sais même pas à quoi tu ressembles ». Alors je lui ai mis une chaise devant la fenêtre qui sépare de l’unité corona pour qu’il puisse voir les visages sans toute cette sacrée protection. Il m’a dit qu’il est un artiste et un sculpteur et qu’il a des œuvres au musée. La communication interpersonnelle normale de la vie quotidienne lui manque terriblement.

Et ce n’est qu’un petit exemple de ce que vivent les patients. Juste assis hospitalisé pour qui sait combien de temps, à regarder le mur. Personne ne viendra les visiter car c’est interdit. Tout ce qu’ils voient, ce sont des gens en blouse et combinaison blanche. Et je n’ai même pas commencé à parler de ceux qui perdent le contrôle. Ceux qui deviennent confus, retirent les transfusions, les cathéters, les sondes, crient et autres choses que par respect je ne vous dis pas.

Et nous sommes vraiment impuissants. Je n’ai pas l’impression d’être pris en considération, j’ai l’impression de survivre. Puis je retourne dans le monde et qu’est-ce que je découvre ?

Que les gens publient sur Facebook des mensonges et disent que les hôpitaux gonflent le nombre d’hospitalisations, que les hôpitaux sont financièrement récompensés pour chaque patient Corona (quoi ? !), que nous nous effrayons délibérément en nous contrôlant nous et toutes sortes d’autres conspirations pour lesquelles je n’ai aucune patience à lire.

Tout le monde est devenu scientifique pour moi. Allons que se passe t’il ? !

Parfois, j’ai envie de leur répondre : venez pour une visite dans cette unité, venez. Voyons si on gonfle ou si ce sont de vrais inventions. Voyez de vos propres yeux s’il s’agit d’une « autre grippe normale » ou d’une maladie rusée et malveillante dont vous ne savez jamais quand elle décidera et par qui elle commencera. Venez ! Ensuite nous parlerons.

Je rentre à la maison brisé. Physiquement c’est évident mais la chose est surtout mentale. Ne pas faire pipi pendant des heures auxquelles nous avons été habitués … et «envelopper» un autre patient et un autre patient et ainsi de suite ? (Destiné à envelopper le corps d’une autre personne décédée d’un corona, et non dans un drap, mais dans un double sac de ZAKA pour éviter une infection secondaire, et oui, c’est horrible comme ça en a l’air et plus encore.)

J’avais un patient de 57 ans ou quelque chose comme ça. Il portait un jean et un t-shirt. J’étais sûre que dans quelques jours il serait libéré.

Mais vendredi soir, il a eu une détérioration respiratoire, nous l’avons connecté à un appareil spécial à oxygène, nous avons également changé sa position. Il se sentait un peu mieux.

Imaginez maintenant la situation suivante : un groupe de médecins, d’anesthésiologistes et d’infirmières, tous en combinaison, où on ne voient que les yeux. Tout le monde se tient autour de vous. Connectés et en regardant l’écran et priant pour que le niveau d’oxygène augmente. Ses yeux supplient. Le médecin l’encourage à continuer à se battre lui disant que les prochaines heures seront difficiles, mais alors l’apogée sera derrière lui et avec l’aide de Dieu, il ira mieux.

Je n’oublierai jamais ses yeux. Il était terrifié ! Il avait peur de la mort dans ses yeux. Point. Pendant un moment, ça s’est un peu amélioré. De temps en temps, j’entrais dans la pièce et vérifiais qu’il allait bien, je lui faisais des signes avec mes mains que tout allait bien, et de mieux en mieux j’essayais d’encourager. Je lui ai dit à son oreille qu’il était courageux et qu’il continuerait de l’être.

Mon cœur ne voulait pas sortir de là. Déjà cette nuit-là, il était déjà descendu à l’unité de soins intensifs. Ses systèmes se sont effondrés un par un et quelques jours plus tard, il est décédé. Cela m’a écrasée… démolie. J’ai appelé sa femme après les shiva car il était important pour moi que vous sachiez que ce vendredi soir avant qu’il ne se rende aux soins intensifs, il était entouré d’un personnel qui s’occupait vraiment de lui et le soignait. Nous avons pleuré ensemble.

Je me suis promis de faire quelque chose pour lui remonter le moral mais je ne l’ai pas encore fait. Qui a le temps. Je rentre à la maison, je dors quatre heures rapidement et je retourne pour une autre journée de bataille avec un ennemi invisible.

En parlant à l’équipe, les gens ont l’impression de sortir d’une zone de guerre. Et seuls ceux qui étaient à l’intérieur comprendront. Tout le monde, tout le monde sans exception se reproche de ne pas en faire assez. Ensuite, vous entendez les gens nous blâmer, le personnel médical, de complots et de cupidité !

Comprenez-vous ce que c’est ? ! Savez-vous qu’il y a des familles dont un membre de la famille est hospitalisé avec nous dans le quartier Corona et elles exigent de moi une preuve qu’il est effectivement positif ? Laissez nous tranquille et travailler, nous n’avons pas le temps de jouer avec toutes ces questions, parce qu’il hurle de douleur et qu’il baisse sa stature, ou qu’il essaie de sauter du lit parce qu’il est dément et n’a aucune idée de ce qu’il fait dans cette piece ou a besoin d’une séance du respirateur avant de s’étouffer dans ses propres sécrétions.

Allez les convaincre que nous n’avons aucune raison sur terre de mettre une personne négative dans un département corona quant tout le monde est positif.

Je n’ai plus de pouvoir. Je n’ai pas de force. Même les personnes âgées ne méritent pas de mourir sans que quelqu’un lui tient la main ? Est-ce ainsi de mourir, une insulte ? Devant un mur ? Sans voir une famille à ses côtés ? Je sors en pleurant tous les jours. Parfois, nous accrochons des photos que la famille envoie devant le patient pour que cela lui fasse du bien.

Et je me demande vraiment si tous ces méprisants (sur les réseaux sociaux) seraient prêts à sacrifier leurs parents et leurs proches qui seraient exilés dans une salle de cauchemar où ils seraient hospitalisés dans la solitude et y finiraient peut-être leur vie sans que personne ne leur tienne la main ? Et je ne veux même pas entendre leur réponse. « 

Voilà… ce sont les parole d’Osnat. Maintenant, je veux voir quelqu’un qui oserait dire qu’elle invente, qu’elle exagère, qu’elle pervertit. Cette jeune femme, qui a déjà eu le Corona et comment elle est retournée dans l’enfer en essayant de nous dire quelque chose à travers le double vitrage dans un cri désespéré. Pour tout cela nous devrions l’écouter.

Il y a beaucoup d’hommes et de femmes que j’aime qui ne croient pas que c’est une épidémie, qui pensent que c’est un complot de la franc-maçonnerie ou la 5G ou Bill Gates ou tous ensemble, qui refusent de se faire vacciner, qui prétendent que nous sommes tous des moutons et que tout est un mensonge.

Eh bien déjà. Je ne me dispute pas avec vous, ça ne sert à rien. Je demande simplement, en suppliant au nom de Dieu et au nom d’Osnat : ne sous-estimez pas ce virus. Prenez soin de vous. Protégez votre environnement. Faites attention. Gardez les distances. Masque. Isolation. Tests.

Il y a une fermeture, cela vous rend fous, vous n’êtes pas d’accord. Chacun pense que c’est une mauvaise décision et qu’elle est frustrante. Mais il n’y a pas le choix. Nous allons survivre à tout cela. Quel est le meilleur, se contaminer et mourir ou vivre ?

Les vaccins sont déjà là, quiconque ne veut pas, ne le fera pas.  G5 ou pas – vous êtes surveillé depuis longtemps et vos informations sont à tous les géants de la communication numérique – appelez cela un smartphone – d’ailleurs.

Mais faites moi une faveur. Vous êtes cher à mon cœur, qui que vous soyez. Soyez plus prudent. Sauver vos vies. Ne sous-estimez pas ce virus. Prenez soin de votre santé et de celle de vos proches, surtout les personnes âgées.

Croyez-la.

Toute l'équipe d'Infos Israel News souhaite aux nombreux malades du corona une guérison complète et rapide. Merci à tout nos lecteurs de lire ce passage pour leur guérison !

tehilim 121

1 Cantique des degrés. Je lève les yeux vers les montagnes, pour voir d’où me viendra le secours. 2 Mon secours vient de l’Eternel, qui a fait le ciel et la terre. 3 Il ne permettra pas que ton pied chancelle, celui qui te garde ne s’endormira pas. 4 Non certes, il ne s’endort ni ne sommeille, celui qui est le gardien d’Israël. 5 C’est l’Eternel qui te garde, l’Eternel qui est à ta droite comme ton ombre tutélaire. 6 De jour le soleil ne t’atteindra pas, ni la lune pendant la nuit. 7 Que l’Eternel te préserve de tout mal, qu’il protège ta vie! 8 Que le Seigneur protège tes allées et venues, désormais et durant l’éternité!

🟦 ANNONCE 🟦