Le gouvernement israélien a approuvé une prolongation de 10 jours du verrouillage complet du pays. Au lieu de jeudi prochain, la période de confinement se poursuivra jusqu’au 31 janvier. La décision a été prise à l’unanimité.

Il a également été décidé d’introduire des tests obligatoires avant les vols d’avions à destination d’Israël. Tous les passagers devront présenter un résultat de test de coronavirus négatif avant l’embarquement. L’aéroport Ben Gourion continuera de fonctionner. La proposition de fermer les portes aériennes du pays n’a pas été adoptée à cause de l’opposition des ministres .

Le ministère de la Santé a insisté pour prolonger le blocus de deux semaines, mais le Premier ministre Netanyahu a suggéré de le limiter à 10 jours. Avant même la réunion, le ministre de la Défense et de la Justice Beni Gantz a déclaré que Kahol-Lavan soutiendrait la prolongation du blocus de 7 à 10 jours, mais à trois conditions: il y aura un contrôle plus strict du respect des conditions du blocus dans les villes avec une forte incidence et des amendes plus élevées, et la vaccination des lycéens. Il a également exigé des tests obligatoires avant de monter à bord d’un avion à destination d’Israël.

Le directeur général du ministère de la Santé, Hezi Levy, ne s’est pas opposé à la vaccination des jeunes hommes et femmes de «Tikhony» et a déclaré que la question serait examinée par une commission sur les priorités de vaccination ce jeudi.

La durée de la surveillance électronique des personnes infectées par le Shabak a été prolongée jusqu’au 10 février. L’organisation de défense des droits de l’homme a exprimé son indignation face à l’extension de la surveillance. Elle a évoqué les récentes critiques de la Cour suprême. «Ce n’est que dimanche que les juges du BAGATS ont sévèrement critiqué la surveillance du Shabak.

Publicité 

Le gouvernement est incapable de cesser d’utiliser cet outil, ou du moins de le réduire, malgré le fait que son efficacité est très faible », ont déclaré des militants des droits de l’homme et appelé la Commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset à ne pas approuver cette clause du décret gouvernemental.

Entre temps, les gens meurent de plus en plus dans les hôpitaux israéliens.

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE