Trois raisons de s’attendre à une éventuelle frappe américo-israélienne contre l’Iran en décembre

Ce n’est un secret pour personne que les tensions entre Washington et Téhéran sont tendues depuis l’inauguration de Trump en 2016, des développements récents indiquent qu’une éventuelle frappe conjointe Israël / États-Unis sur les installations nucléaires iraniennes pourrait être plus proche que nous ne le pensons.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

POURQUOI TRUMP A MIS FIN À ESPER
Le président américain Donald Trump a limogé son secrétaire à la Défense, Mark Esper, plus tôt cette semaine. Et bien que beaucoup pensent que la raison en est qu’Esper était en désaccord avec son patron sur le déploiement de troupes américaines dans les villes lors de violentes manifestations de Black Lives Matter, il aurait pu y avoir une autre raison à cette décision que beaucoup semblent négliger.

Elissa Slotkin, une ancienne responsable de l’administration Obama au département de la Défense, a parlé du licenciement d’Esper en disant: « Il n’y aurait que quelques raisons de licencier un secrétaire à la Défense avec 72 jours restants dans une administration ».

L’une d’elles était que le président veut prendre des mesures qu’il pense que son secrétaire à la Défense refuserait de prendre. Elle a ensuite décrit ce scénario comme «alarmant».

AUTRES DÉSACCORDS QU’ESPER A EU AVEC SON PATRON
À quelles actions pouvait-elle faire référence? En plus de contester Trump sur le déploiement de troupes dans les villes américaines, Esper a également contredit Trump sur l’ Iran et l’assassinat du général de haut rang du CGRI, Qassem Soliemani, en revenant sur certaines des déclarations du commandant en chef. Mais ce n’est pas tout.

Publicité 

Le New York Times a rapporté que «les responsables du département de la Défense ont exprimé en privé des craintes que le président puisse lancer des opérations, ouvertes ou secrètes, contre l’Iran ou d’autres adversaires au cours de ses derniers jours au pouvoir».

SON REMPLAÇANT EST PLUS BELLIQUEUX ENVERS L’IRAN
Trump a ensuite nommé le remplaçant d’Esper, Christopher Miller, directeur du National Counterterrorism Center. Les responsables affirment que Miller était une force motrice dans certaines des politiques de Trump contre l’Iran et son mandataire terroriste, le Hezbollah. Il a également été un catalyseur des efforts antiterroristes en Syrie et en Irak.

D’ANCIENS HAUTS RESPONSABLES DE LA SÉCURITÉ S’EXPRIMENT
Et bien que ces responsables restent anonymes, l’ancien conseiller à la sécurité nationale HR McMaster a déclaré publiquement que « c’est une possibilité » qu’Israël frappera les sites nucléaires iraniens avant que Trump ne quitte ses fonctions.  »

Enfin, le secrétaire d’État Mike Pompeo a prévu une prochaine visite en Israël où il rencontrera le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour discuter des «efforts conjoints pour lutter contre les activités malveillantes de l’Iran». Il doit ensuite rencontrer le prince héritier Mohammed ben Zayed «pour discuter de la coopération en matière de sécurité et des problèmes régionaux». Pompeo est également sur le point de se rendre au Qatar où il discutera des «questions bilatérales et régionales, y compris l’importance de l’unité du Golfe».

LA SEULE CHOSE QUI PEUT UNIR LES ÉTATS DU GOLFE
Et s’il y a quelque chose autour duquel le Golfe peut s’unir, c’est son opposition à l’Iran, comme l’a démontré le sommet annuel du Conseil de coopération du Golfe où les États membres du CCG étaient d’accord que «la plus grande menace pour la région était l’Iran».

La spéculation entourant une frappe imminente sur les installations nucléaires iraniennes pourrait être aggravée par un rapport publié en septembre par l’Institut pour la science et la sécurité internationale, «le temps d’évasion estimé de l’Iran à la fin de septembre 2020 est aussi court que 3,5 mois. fin décembre-début janvier, juste avant le moment de l’investiture du président Trump ou de l’ancien vice-président Biden.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦