La Loi sur l’autorisation de la défense nationale, d’un montant de 717 milliards de dollars, comprend une mesure bipartite visant à honorer un protocole d’entente entre les États-Unis et Israël, octroyant 3,8 milliards de dollars par an à l’État juif.

Le président américain Donald Trump a signé lundi la loi sur l’autorisation de la défense nationale (NDAA), qui prévoit une aide de 550 millions de dollars à Israël. Cela se produit au milieu des tensions entre les États-Unis et Ankara, qui détient actuellement un pasteur américain en otage, pour des raisons politiques.

L’aide de 717 milliards de dollars comprend une mesure bipartisane honorant un mémorandum d’accord conclu depuis dix ans entre l’Amérique et Israël, les États-Unis accordant 3,8 milliards de dollars par an à l’État juif.

La NDAA, intitulée «Loi d’autorisation de la défense nationale de John S. McCain pour 2019», autorise des fonds pour la recherche et le développement de systèmes de défense, y compris le dôme de fer contre les menaces de missiles et de roquettes. En outre, la loi prévoit 50 millions de dollars pour le travail conjoint américano-israélien sur la technologie contre les tunnels, qui est devenu une menace majeure pour la sécurité d’Israël ces dernières années de la part du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le plan militaire annuel bloque également temporairement la livraison des avions par les Etats-Unis en Turquie en réponse à la détention du pasteur américain Andrew Brunson, que le pays accuse d’avoir participé au coup d’Etat de 2016 contre le président Recep Tayyip Erdoğan.

Publicité 

Au début du mois, les États-Unis ont imposé des sanctions à deux hauts responsables du gouvernement turc impliqués dans la détention de Brunson. La Maison Blanche a également imposé des tarifs sur l’aluminium et l’acier à la Turquie, et Trump a déclaré vendredi dernier qu’il avait approuvé un doublement de ces tarifs. Les tarifs et les sanctions ont causé la chute de la monnaie de la Turquie, la livre.

Diliman Abdulkader, directeur du projet kurde à la dotation pour la vérité du Moyen-Orient, a aidé à conseiller les législateurs concernant la disposition de la Turquie dans la NDAA et soutient les mesures américaines actuelles contre la Turquie.

« Le F-35 est un grand pas en avant pour dire à la Turquie que vous n’êtes pas trop gros pour faire faillite », a déclaré Abdulkader à JNS. « Oui, ils sont un allié de l’OTAN, mais les Etats-Unis s’inquiètent également de leurs intérêts en matière de sécurité nationale et, selon la rhétorique d’Erdoğan, il semble menacer non seulement les intérêts de l’OTAN mais aussi les Etats-Unis. »

« Les Etats-Unis doivent s’adapter à la réalité, à savoir que nous n’avons pas à faire à la même Turquie que par le passé. La Turquie sous Erdoğan est agressive et contredit les intérêts américains tant en Europe qu’au Moyen-Orient « , a déclaré Abdulkader. « Par conséquent, nous devons modifier notre politique étrangère en conséquence, ce qui permettra d’isoler et de faire pression sur la Turquie. Nous devons garder à l’esprit tous les problèmes internes et externes de la Turquie, à savoir le fait que le gouvernement turc soit lui-même et non les États-Unis. « 

Concernant les sanctions et les tarifs américains à l’encontre de la Turquie, Abdulkader a déclaré que cette campagne de pression ne pouvait pas se limiter à la garde de Brunson.

« La prise d’otages des Américains par Erdoğan pour obtenir un effet de levier diplomatique est l’une des nombreuses violations qu’il a commises », a-t-il déclaré. « Il existe d’innombrables violations des droits de l’homme par la Turquie qui doivent être considérées comme des menaces turques contre les Américains en Syrie, les Kurdes et, plus récemment, une tentative de perquisition et d’arrestation de responsables américains à la base aérienne d’Incirlik » ville d’Adana, en Turquie.

Aykan Erdemir, qui a siégé au parlement turc de 2011 à 2015 et est membre de la Fondation pour la défense des démocraties, a déclaré à JNS que les problèmes entre l’Amérique et la Turquie vont au-delà des avions à réaction F-35.

La première question sur les relations américano-turques est que, à mesure que la crise bilatérale entre les États-Unis et la Turquie s’approfondit, la crise économique s’aggrave « , a-t-il déclaré. « Dans les prochains mois, la question la plus importante concerne le plan de sauvetage de la Turquie ».

Le Comité sénatorial des relations extérieures a adopté un projet de loi le mois dernier pour bloquer l’accès des Turcs aux institutions financières internationales, telles que le Fonds monétaire international.

Bloquer le transfert des F-35 à la Turquie serait une préoccupation, a déclaré M. Erdemir, mais ce serait « une question de sécurité, et les conséquences ne seraient pas immédiates, alors qu’avec la crise économique et l’accès aux institutions financières internationales, les conséquences serait immédiates parce que nous parlons pour des semaines, sinon des mois. « 

La NDAA aura besoin d’un projet de loi de crédits pour le financer.

Une telle mesure a déjà été adoptée par la Commission sénatoriale des crédits ; Son président, le sénateur Richard Shelby (R-Ala.), a tenté de le faire voter à la chambre avant la fin du mois de septembre.

La Chambre des représentants a adopté son projet de loi de crédits le mois dernier. Tout projet de loi émanant de la chambre haute devra être concilié avec la Chambre lors des négociations du comité de la conférence.

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews

4 COMMENTS

  1. On ne peut que se féliciter de la nouvelle politique étrangère des USA qui, depuis l’avènement de Trump, retrouve à la fois son bon sens et sa morale en récompensant les pays qui partagent les mêmes valeurs solides et démocratiques et en punissant les dictatures abjectes, trahissant toujours leurs engagements.

    Quant au programme d’aide militaire USA-Israël, c’est un échange de bons procédés, puisque 100% de l’aide US sert à acheter du matériel militaire US, qu’Israël fournit en retour de l’Intelligence et des technologies permettant de sauver de nombreuses vies américaines et qu’elle représente des milliers d’emplois dans l’industrie de la défense US.
    L’aide fournit à Israël (3,8 M de dollars) est d’ailleurs toute relative comparée à celle que les USA accorde à d’autres pays, par ex : 27 milliards au Japon, 21 milliards à l’Allemagne, 15 milliards à la Corée du Sud …

    Par ailleurs, l’aide américaine représente à peine 1% du PIB d’Israël, qui se classe devant la France en terme de ratio par habitant (respectivement 37 292 USD pour Israël et 36 854 USD pour la France), loin devant la Turquie (10 787 USD), l’Indonésie (3570 USD), le Pakistan (1468 USD) et l’Iran (4957 USD).

    Bref … voilà ce qui arrive quand on est pas bon en maths et qu’on a à peine de quoi nourrir le petit peuple …

  2. Le problème avec la livraison de F35 américain vient aussi du fait que la Turquie possédera des S400 russes. Après quelques tests il sera facile à l’armée Turque de donner des infos à la Russie, sur les points forts et les points faibles de cet appareil.

  3. Il est normal que les USA demandent des garanties à la Turquie concernant les F35, car ce pays va aussi acquérir les S400 russes, ce qui permettra après test, de dévoiler à la Russie les forces et les faiblesses de cet appareil. Rien d’anormal de voir les USA prendre leurs précautions

    —Israël est encore beaucoup trop dépendante des USA, que ça soit économiquement ou militairement. selon le classement « global fire power 2018 » nous sommes passés à la 16e place, entre l’Indonésie et le Pakistan, des pays comme la Turquie et l’Iran nous dépassant.

  4. Nous sommes (Israël) encore beaucoup beaucoup trop dépendant des USA que ça soit économiquement ou militairement. Sérieusement, sans les USA que pourrions-nous faire… n’oublions pas que selon le classement « global fire power 2018 » nous sommes passés à la 16e place, entre l’Indonésie et le Pakistan, des pays comme la Turquie et l’Iran nous dépassant.

    Concernant les F35 et la Turquie, il est normal que les USA demandent des garanties, car ce pays va acquérir les S400 russes, ce qui permettra après test de dévoiler les forces et les faiblesses du F35 a la Russie. Normal que les USA soient prudent.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.