Un commanditaire unique derrière les attentats contre les soldats et l’école de Ozar Hathora ?

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Selon le site DEBKAfiles, la sécurité française qui enquête sur la tuerie de Toulouse au sein d’une ecole juive, faisant 4 morts a déclaré que l’assassin ou les suspects n’ont pas encore été trouvés.

Le criminel a disparu en moto aussi mystérieusement qu’il est arrivé devant cette école. Ce que l’on peut déduire aujourd’hui, c’est qu’il est qualifié d’homme sur de lui, un « serial killer », un genre de » terminator » sans émotion et froid dans sa façon d’agir.

Publicité 

Cette théorie est renforcée par l’un des témoins qui rapporte qu’il avait une caméra vidéo autour du cou. Il a peut-être utilisé celle ci pour enregistrer l’attaque contre l’école juive mais aussi permettre à celui qui l’a payé de visualiser le crime.

Les enquêteurs français ne sont pas sûr que le tueur de l’école Ozar Hathora soit responsable de la fusillade à bout portant le 15 Mars, dans la ville voisine de Montauban et de Toulouse qui a causé la mort de trois soldats , dont un a été grièvement blessé.

Même si le même pistolet a été utilisé dans les deux scènes criminelles, il aurait pu être fourni par le commanditaire unique pour les deux tueurs. Les premiers essais balistiques indiquent que des balles différentes peuvent avoir été tirées.

De plus, selon la description des deux tueurs , les témoins affirment qu’ils étaient différents : L’homme qui a tiré sur les soldats ne ressemble pas au tireur de l’école qui était très déterminé et en bonne forme contrairement au premier.

Les mêmes sources françaises ont été surprises d’entendre les suggestions des médias israéliens sur les meurtres haineux qui selon eux peut avoir été perpétrés par des soldats pro-nazis expulsés de l’armée française. Pour la France, elle n’a jamais laissé sous entendre ce point particulier.

L’enquête explore également la théorie selon laquelle les deux attaques ont été en quelque sorte liée à l’élection présidentielle française. Tant le président Nicolas Sarkozy, que son rival socialiste, François Hollande, n’ont pas hésité à lier ces meurtres terroristes à leurs campagnes. Ils n’ont pas hésité à se rendre sur la scène du crime pour répondre à l’horreur – sans doute sincèrement, mais aussi de façon politiquement appropriée.

Jusqu’à que la lumière soit faite sur les motifs de ces meurtres, la France a renforcé la sécurité dans toutes les écoles confessionnelles dans le pays ainsi que les institutions juives au niveau le plus élevé jamais vu en France : le niveau écarlate.

🟦 ANNONCE 🟦