Un logiciel espion israélien trouvé dans les téléphones des ministres français

Des traces de logiciels espions Pegasus ont été retrouvées dans les téléphones portables de cinq ministres français, selon l’édition en ligne Mediapart, citant ses sources. Selon la publication, un contrôle technique des téléphones effectué dans le cadre d’une enquête officielle a trouvé des marques laissées par un « ver » de fabrication israélienne.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon Mediapart, les mêmes marqueurs ont été retrouvés sur les téléphones d’au moins un membre du service diplomatique de l’administration présidentielle.

La société israélienne NSO Group, le fabricant du logiciel Pegasus, le vend à l’étranger avec l’autorisation du ministère de la Défense et est constamment critiqué – le logiciel israélien est utilisé par les régimes autoritaires pour espionner les opposants et les journalistes. La société affirme fournir des logiciels exclusivement à des fins légales dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité.

🟦 ANNONCE 🟦

Une enquête en France a commencé en juillet après que les médias mondiaux ont reçu une liste de 50 000 numéros de téléphone de Forbidden Stories et d’Amnesty International que les clients gouvernementaux de la société israélienne avaient l’intention de suivre. La liste comprend non seulement des dizaines d’éditeurs et de journalistes des principaux médias mondiaux, mais aussi des politiciens européens de haut rang.

Le journal Le Monde a rapporté que les services secrets marocains écoutaient les conversations du président français Macron en utilisant le programme d’espionnage Pegasus, développé et vendu par la société israélienne NSO. La liste des numéros que les services secrets marocains ont « saisis » comprenait également le numéro de téléphone du Premier ministre Edouard Philippe et de 14 autres membres du cabinet.

Publicité 

Les clients gouvernementaux du groupe NSO d’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de Bahreïn, d’Azerbaïdjan, du Maroc, d’Inde, du Mexique, du Rwanda et d’autres pays ont exprimé leur intérêt à espionner les journalistes.

 

🟦 ANNONCE 🟦