Un rapport affirme que plusieurs témoins étaient au courant de l’agression de Peres mais sont restés silencieux

De nouvelles informations sur le témoignage de l’ancienne secrétaire anonyme qui, samedi soir, a accusé l’ancien président et premier ministre israélien Shimon Peres de l’avoir agressée sexuellement, ont été publiées aujourd’hui par la Douzième chaîne.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La secrétaire a allégué que Peres « l’avait bloqué dans le coin, l’espace entre la porte et le mur, de sorte que si quelqu’un marchait dans le couloir, il ne pouvait pas voir ce qui se passait dans la pièce ».

De plus, a rapporté la Douzième chaîne, le cercle de ceux qui étaient au courant du comportement présumé de Peres était beaucoup plus large que prévu. Les personnes qui travaillaient avec Peres à l’époque ont admis, à huis clos, qu’elles étaient au courant des incidents.

Plusieurs de ceux qui savaient à l’époque regrettent maintenant de se taire, selon la journaliste Rina Mazliah, qui a révélé pour la première fois un premier témoignage samedi soir.

La raison pour laquelle les gens ont choisi de garder le silence, a ajouté Mazliah, était, et est toujours, en partie à cause d’intérêts politiques et en partie à cause d’intérêts économiques.

Publicité 

« Il m’a attirée contre lui et a mis sa main sous ma chemise », a déclaré la femme anonyme. » J’ai dit ‘attends, attends’ et il m’a poussé contre le mur. Je l’ai poussé et je me suis enfuie. J’ai un terrible souvenir de lui. « 

Cette accusation fait suite à celles de l’ancienne députée Colette Avital, qui a allégué la semaine dernière que Peres l’avait agressée sexuellement dans les années 1980.

Avital a affirmé que Peres l’avait plaquée contre une porte et avait tenté de l’embrasser alors qu’il était Premier ministre en 1984.

Elle a également déclaré qu’à une autre occasion, il l’avait invitée dans sa chambre d’hôtel pour le petit-déjeuner alors qu’ils étaient en mission diplomatique à Paris et a essayé de la pousser sur le lit lorsqu’elle est entrée dans la chambre.

Dans une interview, on a demandé à Avital pourquoi il avait finalement révélé ce que Peres avait fait.

« J’ai beaucoup galéré avec la décision, mais au final, j’étais convaincue que si je me suis battue pour les femmes contre les agressions sexuelles toutes ces années, et certaines femmes le savent déjà, ce serait très mal si je ne révélais pas la vérité. C’est ce qui m’a convaincu », a-t-il déclaré.

La semaine dernière à Shabbatarbut, il a expliqué comment le « pourquoi maintenant ? » La question ne relève pas de la curiosité mais d’un lieu accusateur et douteux. Il a ajouté qu’il continuait à travailler avec lui parce qu’il le respectait lui et son travail, et qu’ « elle ne voulait pas insulter la mémoire de Peres et certainement pas sa famille ».

Avital a déclaré qu’elle avait signalé l’incident à Paris au conseiller de Peres, Yossi Beilin, mais interrogé par Ynet à ce sujet, Beilin a déclaré : « Je ne me souviens pas d’un tel incident, et Peres ne m’a certainement pas informé d’un tel comportement. J’ai été très surpris par cette révélation, et je ne suis pas en mesure de nier quoi que ce soit parce que je ne m’en souviens tout simplement pas. « 

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦