Union européenne : « L’utilisation de logiciels espions israéliens contre les journalistes est totalement inacceptable »

L’utilisation de logiciels espions contre des journalistes serait totalement inacceptable, a déclaré lundi un haut responsable de l’Union européenne, à la suite d’informations selon lesquelles des logiciels espions d’une entreprise israélienne auraient été utilisés pour pirater les smartphones de journalistes, de responsables gouvernementaux et de militants des droits de l’homme du monde entier.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’utilisation du logiciel, appelé Pegasus et développé par la société privée israélienne NSO group, a été rapportée dimanche par le Washington Post, The Guardian, Le Monde et d’autres médias qui ont collaboré à une enquête sur une violation de données.

« Ce que nous avons pu lire jusqu’à présent, et cela doit être vérifié, mais si c’est le cas, c’est totalement inacceptable. Contre tout type de règles que nous avons dans l’Union européenne », a déclaré la cheffe de la Commission européenne, Ursula von der, lors d’une visite à Prague.

🟦 ANNONCE 🟦

« La liberté de la presse, est l’une des valeurs fondamentales de l’UE. Il est totalement inacceptable que ce (piratage) ait été le cas ».

Le Washington Post a déclaré que le logiciel espion avait été utilisé pour attaquer les téléphones de deux femmes proches de Jamal Khashoggi, un chroniqueur du Post tué dans un consulat saoudien en Turquie en 2018, avant et après sa mort.

Publicité 

Le Guardian a déclaré que l’enquête suggérait « un abus généralisé et continu » du logiciel de piratage NSO, décrit comme un logiciel malveillant qui infecte les smartphones pour permettre l’extraction de messages, de photos et d’e-mails ; enregistrer les appels ; et activer secrètement les microphones.

L’enquête n’a pas révélé qui a tenté les attaques, ni pourquoi.

NSO a déclaré que son produit est destiné uniquement aux agences de renseignement et d’application de la loi du gouvernement pour lutter contre le terrorisme et la criminalité.

La société a publié une déclaration sur son site Web niant les rapports des 17 partenaires médiatiques dirigés par Forbidden Stories, une organisation de journalisme à but non lucratif basée à Paris.

« Le rapport Forbidden Stories regorge d’hypothèses erronées et de théories non fondées qui soulèvent de sérieuses questions sur la fiabilité et les intérêts des sources. Il semble que des « sources non identifiées » aient fourni des informations qui n’ont aucun fondement actuel et sont loin de la vérité », a déclaré la société dans le communiqué.

« Après avoir vérifié ses affirmations, nous nions fermement les fausses allégations faites dans son rapport », indique le communiqué.

Le Guardian a expliqué que les données contenaient les chiffres de plus de 180 journalistes, dont des reporters, des rédacteurs en chef et des cadres du Financial Times, de CNN, du New York Times, de The Economist, d’Associated Press et de Reuters.

« Nous sommes profondément préoccupés d’apprendre que deux journalistes d’AP, ainsi que des journalistes de nombreuses agences de presse, font partie de ceux qui pourraient avoir été ciblés par le logiciel espion Pegasus », a déclaré la directrice des relations avec les médias d’AP, Lauren Easton.

« Nous avons pris des mesures pour assurer la sécurité des appareils de nos journalistes et nous enquêtons », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de Reuters, Dave Moran, a déclaré : « Les journalistes doivent être autorisés à rapporter les nouvelles dans l’intérêt public sans crainte de harcèlement ou de préjudice, où qu’ils se trouvent. Nous sommes au courant du rapport et enquêtons sur la question. »

Les autres médias n’ont pas pu être contactés dans l’immédiat.

Un conseil, une info, une question ? Contactez nous !

Connaissez vous nos autres sites ? Répondez à ce questionnaire 

Abonnez vous à notre nouvelle Newsletter 

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

 

🟦 ANNONCE 🟦