C’est la grande expérience commune du peuple juif. Nous remplissons les salles, les synagogues et les maisons avec impatience. Certains sont venus simplement parce qu’ils sont juifs ou mariés à des juifs; C’est ce que nous faisons pendant les grandes vacances. Certains sont venus pour la camaraderie; ça fait du bien d’être avec d’autres gens. Certains sont venus en famille, d’autres avec des amis et des communautés, pour une rencontre fréquente ou occasionnel. Certains sont venus vider leur cœur de prière, se connecter avec les traditions et les valeurs, et avec le Maître du Monde.

Les préparatifs des Jours Saints ont été reflétés dans la presse juive et même laïque; beaucoup d’attentes et de souhaits ont été partagés. Il y a eu beaucoup de discussions sur ce que les rabbins devraient ou ne devraient pas dire pendant les fêtes. Les rabbins ont passé de nombreuses semaines à développer des idées, à apprendre ensemble et à perfectionner leur art des sermons et de la prière pour ces fêtes . En résumé, apres ce jour de Kippour, sommes nous heureux ou inquiets ?

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Et bien, nous sommes en fait les deux . Mais nous étions aussi ensemble. Ensemble, nous avons ri et pleuré, réfléchi et prié en utilisant les mots du machzor (livre de prières de Kippour) ou non. Et nous avons mangé ensuite un bon repas pour casser le jeûne , nourrissant notre corps aussi bien que notre âme, qui vont bien sûr ensemble! Le grand rassemblement nous a reliés à quelque chose de plus grand que nous.

Ce soir, certains d’entre nous construirons notre soukkah pour la fête imminente de Soukkot , 3 jours après Yom Kippour, prolongeant ces expériences de joie, dans la communauté  juive. Nous sommes peut-être épuisés, mais nous suivons la vague spirituelle jusqu’à Simchat Torah , dans 12 jours.

Mais la plupart d’entre nous retrouverons leur routine, peut-être soulagés que ce soit fini. Les fêtes ont été une île dans notre vie laïque, même si, espérons-le, édifiante et significative. Quoi qu’il en soit, on retombe dans la boîte dite «juive» ou «religion» que nous ouvrons uniquement lorsque cela est nécessaire.

Pourtant, le besoin de nourriture spirituelle et le besoin d’appartenir demeurent. Les questions des grands jours saints, « Qui suis-je ?, Où suis-je? » habitent tout le temps dans notre âme. Comment ces besoins peuvent-ils être satisfaits de manière significative, satisfaisante, accessible et accommodante ?

C’est une conversation qui mérite d’être poursuivie. Il y a beaucoup de bonnes réponses à ces questions, et le moment est venu de les partager ensemble. La tradition juive est une voie pour une vie spirituelle significative; un trésor qui enrichit ceux qui le tiennent. Si c’est hors de portée, allons-y ensemble. C’est les bonnes choses – le jour après la fête, quand, rempli de possibilité, le redémarrage de nos âmes recommence.

Gmar et Hatima Tova !

Toute l’équipe d’Infos Israel News.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !