Le chef d’Ă©tat-major, Aviv Kochavi, a affirmĂ© aujourd’hui (mardi) qu’un retour Ă  l’accord nuclĂ©aire de 2015 avec l’Iran, ou la signature d’un accord similaire, est « une mauvaise chose pour Israel « .

« Je veux dĂ©crire la situation stratĂ©gique et opĂ©rationnelle, prĂ©senter la rĂ©ponse opĂ©rationnelle de Tsahal, me concentrer sur la maniĂšre dont il est juste et appropriĂ© d’utiliser la force militaire sur un champ de bataille peuplĂ© en milieu urbain, comme l’Iran. Tsahal opĂšre dans au moins cinq rĂ©gions et fait face Ă  six dĂ©fis: la Syrie, le Liban, Gaza, le commandement central iranien et plus encore. Les dimensions dans lesquelles elles opĂšrent sont – l’air, la mer et la terre. »

Kochavi a commentĂ© les rĂ©centes attaques d’IsraĂ«l: << En dĂ©cembre, nous avons attaquĂ© une force de grande envergure dans un pays appelĂ© l’État A, nous avons attaquĂ© un site de production et des armes lĂ -bas. Le lendemain, le systĂšme Kippat Barzel a interceptĂ© deux roquettes en chemin. « Dans le sud, nous avons attaquĂ© trois cibles dans la bande de Gaza, dont l’une est une cible de production trĂšs importante qui leur a enlevĂ© des capacitĂ©s importantes. »

« L’Iran d’aujourd’hui n’est pas l’Iran de 2015″, a ajoutĂ© le chef d’Ă©tat-major. Il est soumis Ă  une pression extrĂȘmement forte – Ă©conomique, inflation, ressentiment et troubles de la population. Ces pressions doivent se poursuivre dans tous les sens, quoi qu’il arrive.  »

« Il doit y avoir une action dĂ©cisive pour mettre fin Ă  la bombe nuclĂ©aire . J’ai demandĂ© Ă  Tsahal de prĂ©parer un certain nombre de plans opĂ©rationnels en plus des plans existants, et nous travaillons sur ces plans. Celui qui dĂ©cide de les mettre en Ɠuvre est bien sĂ»r l’Ă©chelon politique, c’est sur la table, Ă©tudiĂ©e et prĂȘt Ă  l’action  »

Publicité 

Le chef d’Ă©tat-major Kochavi a rĂ©pĂ©tĂ© Ă  plusieurs reprises que Tsahal opĂšre dans six rĂ©gions, y compris l’Iran et d’autres endroits.

« Nous n’identifions actuellement aucun de nos ennemis qui ont l’intention, veulent ou envisagent de lancer une guerre ou une opĂ©ration de grande ampleur contre IsraĂ«l. »

Il a ajoutĂ©: « Ce fut l’une des annĂ©es les plus sĂ»res et tout ne se fait pas tout seul – il s’agit de bons renseignements, d’une dĂ©fense efficace des frontiĂšres et de capacitĂ©s d’attaque. Cependant, cela peut aussi changer, l’ennemi peut connaĂźtre un succĂšs ou un autre. »

Le Chef d’Ă©tat-major Kochavi rajoute qu’une maison sur cinq au Liban est un dĂ©pĂŽt de missiles, en rappelant qu’une roquette attachĂ©e Ă  une maison est une cible militaire. Il est impĂ©ratif d’adapter le droit international Ă  la maniĂšre dont nous devons et avons le droit de lutter. La maison qui a explosĂ© samedi dernier dans le nord de la bande de Gaza Ă©tait chargĂ©e d’armes »

 » Tsahal fait de gros efforts pour augmenter sa banque cible. Le rythme de localisation, de marquage et de fixation des objectifs a considĂ©rablement augmentĂ©, afin de parvenir Ă  une dĂ©cision le jour de l’opĂ©ration. Nous sommes en mesure de faire face Ă  tous les dĂ©fis et Ă  tous les rythmes de tirs et de combat qui nous seront demandĂ©s. Dans la prochaine guerre, beaucoup de missiles tomberont en Israel, et ce ne sera pas facile ».

«Les ennemis se perçoivent comme des intrus du renseignement par nous. IsraĂ«l est perçu comme menant une activitĂ© de haut niveau dans tout le Moyen-Orient. La coopĂ©ration stratĂ©gique (avec les États-Unis) est exceptionnelle et a atteint un niveau d’intimitĂ© trĂšs Ă©levĂ©. Il existe Ă©galement des accords et une coordination opĂ©rationnelle avec la Russie. »

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE