Rav Aluf Binyamin "Benny" Gantz, the 20th Chief of General Staff of the Israel Defense Forces 2011 Source http://www.defenseimagery.mil/imagery.html#a=search&s=Benny%20Gantz&t=0&guid=6c74a1778adaa80246ef9d7f1391fb7805f3d412 Author SSG Teddy Wade

Jeudi, dans le programme Anashim, 12 chaînes ont diffusé des extraits d’une interview de Beni Ganz, enregistrée en 2018, qui apportait une première lumière sur les opinions politiques du nouveau politicien.

Selon l’information de Ha’aretz, Ganz prononcera un discours liminaire sur la plate-forme politique de son parti, Hosen le Yisrael, la semaine prochaine, ce jeudi prochain. Dans une interview publiée aujourd’hui, l’ancien chef de cabinet a répondu au sujet de l’erreur qu’il a faite lors de l’opération « Tsouk Etan » et s’est déclaré alarmé par la « fragmentation et la radicalisation » grandissantes de la société israélienne.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les opposants politiques du Likoud aiment rappeler que le chef d’état-major Beni Gantz a exhorté les habitants des régions frontalières du sud du pays à rentrer chez eux après la guerre et que peu de temps après ce discours, des roquettes se sont abattues sur les villes et les villages israéliens et un enfant a été tué, et deux soldats sont toujours entre les mains du Hamas car Gantz n’a donné aucun ordre pour aller les chercher et terminer jusqu’au bout cette opération qui a fait 70 morts coté israélien.

Dans une interview accordée à la chaîne 12, Ganz a admis avoir commis une erreur avec l’heure et le lieu de son discours, « voulant renforcer l’esprit des habitants du Sud ».

Le général à la retraite a annoncé que certains blocs de juifs de Judée Samarie resteraient «à jamais» en Israël et a cité quatre exemples

: Gush Etzion, Elkana, Ofra et Ariel. Les deux derniers sont loin de la « ligne verte », profondément dans le territoire palestinien, et le politicien « de gauche » (comme le Premier ministre Netanyahu appelle Ganz) ne les déclarerait pas comme une partie intégrante d’Israël. Cependant, Ganz a souligné que la question était de savoir comment convenir que ces territoires « éternels » restaient sous la souveraineté israélienne – et a déclaré que les négociations en vue d’un règlement politique devraient être menées de manière constante, aussi complexe soit-elle.

Exprimant son inquiétude face à la « fragmentation et à la radicalisation » de la société israélienne, l’ancien chef de cabinet s’est ensuite empressé de dissiper les soupçons de « gauchisme ». Ganz a déclaré ne pas s’inquiéter de la division entre la droite et la gauche, mais de l’attitude « générale » des gens les uns envers les autres « et s’est déclaré confiant sur le fait que cette scission n’empêcherait pas les Israéliens de se rallier face à la menace extérieure, comme cela a toujours été le cas.

Les sondages des dernières semaines promettent au parti des 14 mandats d’anciens généraux adjoints, en dépit du flou de l’orientation politique de Ganz. Le général à la retraite fait de son mieux pour ne pas perdre ce crédit de confiance aveugle avant les élections.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !