Des scientifiques israéliens ont signalé une percée dans le diagnostic et le traitement du cancer

Un groupe de scientifiques de l’Université de Tel Aviv a découvert un nouveau marqueur d’agressivité des tumeurs malignes, permettant non seulement un diagnostic plus rapide et plus précis, mais également le choix d’un traitement optimal pour chaque patient.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La découverte faite dans le laboratoire du professeur Yossi Shila, a été rapportée dans le journal Cell. Les scientifiques ont découvert la protéine UBQLN4, dont le contenu dans une tumeur maligne augmente fortement au stade du développement de la maladie lorsque la tumeur acquiert la capacité de croissance agressive avec l’apparition de métastases.

La concentration d’UBQLN4 dans les tissus tumoraux peut constituer un indicateur clinique important pour la sélection d’un traitement approprié : les chercheurs ont découvert que les tumeurs riches en cette protéine réagissaient moins bien à la radio et à de nombreux types de chimiothérapie, mais répondaient bien à d’autres types de traitement médicamenteux.

Expliquant l’essence de la découverte au grand public par le biais du service de presse de l’Université de Tel Aviv, le professeur Sheela a déclaré que son laboratoire effectuait depuis plus de vingt ans des études sur la défense du « soldat » génome, un système complexe qui protège les cellules des dommages génétiques sous l’influence de diverses influences environnementales.

La protéine UBQLN4 est l’une des centaines de «réservistes» de cette armée, dont le «commandant en chef» est la protéine ATM. Cependant, comme les scientifiques l’ont découvert, l’augmentation de la production d’UBQLN4 accélère le développement des tumeurs malignes et les rend résistantes à de nombreux types de traitements anticancéreux. Cependant, les tumeurs avec une teneur plus élevée en UBQLN4 sont plus susceptibles à d’autres types de traitement.

Publicité 

Grâce à l’émergence de méthodes de détection des tumeurs malignes aux premiers stades de leur développement, les oncologues ont récemment découvert qu’une grande partie des tumeurs se développaient si lentement qu’elles ne constituaient pas une menace pour la vie du patient et n’avaient donc pas besoin de traitement.

Les experts ont commencé à parler de sur-diagnostic du cancer et ont réalisé qu’une partie importante des «guéris avec succès» dus au diagnostic précoce des patients, n’avaient pas du tout besoin de traitement et passaient inutilement par des procédures difficiles. Dans cette situation, l’émergence d’un nouveau marqueur qui indique de manière fiable le danger d’une tumeur peut constituer une avancée importante en oncologie.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦