EL AL : environ 500 agents de bord seront licenciés, les avantages pour les équipages aériens seront réduits

Le comité de gérance et les équipages aériens – le premier comité des quatre comités d’employés de l’entreprise El Al ont signé jeudi un premier accord de travail avec la direction. Calcalist a appris qu’il comprend des licenciements d’environ 500 agents de bord et une réduction des conditions de l’équipage.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les participants aux négociations étaient le président de la Histadrut Arnon Bar-David, le président du Syndicat des travailleurs des transports, Avi Edri, le président du comité des délégués syndicaux Moshe Sharvit et les représentants de la direction d’El Al et dirigés par la directrice adjointe des ressources humaines. Dans le cadre du plan de relance du Trésor, le nouveau contrat de travail avec les stewards permettra à l’entreprise, qui ne connaît des difficultés que du fait de l’épidémie corona, de réaliser 30 millions de dollars d’économies annuelles pour la garantie de l’État, qui n’a pas encore été accordée depuis plus de cinq ans.

L’accord concerne le secteur de l’intendance, qui emploie environ 1 400 personnes, dont seulement 400 sont permanents, dont environ 140 seront licenciés. De plus, environ 350 des 1 000 agents de bord temporaires seront licenciés. La réduction du nombre d’agents de bord est également possible si l’on s’attend à ce que la reprise du secteur mondial de l’aviation soit lente et ne commence qu’en août-septembre, avec un certain nombre de vols limités par rapport à la période pré-Corona. Il a également été convenu de réduire les conditions de service du personnel telles que ECHL et l’hébergement à l’hôtel. Le personnel restera dans des hôtels avec un prix relativement faible et réduira le nombre de nuits entre l’heure d’arrivée et l’heure de retour.

Le PDG d’El Al, Gonen Ussishkin, a déclaré que « je suis convaincu que grâce aux accords qui seront signés avec les employés supplémentaires d’El Al, la compagnie pourra continuer à se redresser et continuera d’être un employeur de premier plan dans l’économie israélienne. »

Le défi majeur auquel El Al est confronté est de signer avec le comité de pilotage qui a ouvertement plaidé contre les actionnaires de contrôle d’El Al et le conseil d’administration au cours des derniers jours et soutenu ouvertement les contours de la trésorerie, ce qui inclut la possibilité d’une nationalisation effective de l’entreprise. Les négociations des pilotes avec la direction sont bloquées parce que les pilotes ont exigé que l’entreprise reçoive des options d’achat d’actions contre les dérogations pour lesquelles ils étaient préparés en matière de salaires et d’avantages sociaux – une demande non satisfaite.

Publicité 

En outre, le comité des travailleurs de l’entretien, qui est l’un des comités solides dirigés par Sharon Ben Yitzhak, qui était jusqu’à récemment à la tête du comité des travailleurs d’El Al, n’a pas encore atteint un accord avec la direction. La Commission administrative académique n’a pas encore signé d’accord.

Il convient de noter qu’à ce jour, aucun accord El Al n’a été conclu avec le Trésor concernant les aides d’État. Le conseil d’administration d’El Al devra choisir entre deux alternatives : l’une, un prêt de garantie de l’État de 400 millions de dollars et une injection ou émission d’actions de 150 millions de NIS par le propriétaire et un prêt avec la possibilité que le Trésor achète les actions dans le cadre de l’offre et du transfert de contrôle.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦