France : l’imam qui a justifié le meurtre de Juifs a été acquitté du chef d’accusation d’incitation

Mohamed Tatai, le recteur de la Grande Mosquée de Toulouse, n’avait aucune envie d’inciter à la haine dans son sermon de 2017, a jugé mardi le tribunal correctionnel de Toulouse. Le sermon a eu lieu quelques jours après l’annonce que les États-Unis reconnaîtraient Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les dirigeants de la communauté juive, qui ont rompu leurs relations avec Tatai et sa mosquée après la découverte de son sermon, ont protesté contre la condamnation. Tatai dirige un groupe de dialogue interreligieux appelé Circle for Civil Dialogue.

Franck Teboul, président de la section toulousaine du groupe de coordination CRIF des communautés juives de France, a déclaré que cela rappelait une décision récente en France de ne pas poursuivre le meurtrier d’une femme juive parisienne lors de l’assassinat de Sarah Halimi en 2017 avec des injures antisémites tout en criant au sujet d’Allah. Un tribunal a statué que Kabili Traoré était trop sous l’effet de la marijuana pour le tenir responsable de ses actes.

🟦 ANNONCE 🟦

« Même lorsque vous tuez un juif, ils ne vous condamnent pas mais vous considèrent comme un fou », a déclaré Teboul à France Bleu. « Alors vous dites à des milliers de personnes dans une mosquée de tuer les Juifs et vous vous cachez derrière un texte vieux de plusieurs siècles pour éviter la condamnation. »

Les dirigeants de la communauté musulmane ont salué l’acquittement du tribunal.

Publicité 

Abdallah Zekri, président de l’Observatoire de lutte contre l’islamophobie et leader communautaire nommé par la Grande Mosquée de Paris, a déclaré que le verdict « va à l’encontre des fondamentalistes radicaux qui s’attendaient à ce que Tatai soit condamné à dire à ses partisans : ‘Regardez comment ils traitent un musulman modéré,’ comme cité par France Bleu.

Zekri a défendu Tatai, affirmant qu' »il a toujours entretenu de bonnes relations avec les communautés juives et catholiques ».

Tatai, qui n’a pas démissionné de ses fonctions communautaires, a reçu un certain soutien de membres éminents de la communauté musulmane.

Dans le sermon qui a été filmé, il a déclaré que le prophète Mahomet nous a parlé de la bataille finale et décisive : ‘Le Jour du Jugement ne viendra pas tant que les musulmans n’auront pas combattu les Juifs. Les Juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres, et les pierres et les arbres diront : Musulman, serviteur d’Allah, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens le tuer – sauf l’arbre de Gharqad, qui est un des arbres des Juifs.’

Il a également prédit la disparition d’Israël et a déclaré que les funérailles du président israélien Shimon Peres en 2016 étaient en fait les funérailles d’Israël.

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman, a protesté contre la controverse sur le sermon Tatai plutôt que sur le sermon lui-même.

Agissant en tant que porte-parole de Tatai, Boubaker a déclaré que Tatasi « s’excuse auprès de quiconque a été accidentellement offensé en sortant le sermon de son contexte ». Aucun des deux imams n’a expliqué quel est, à leur avis, le contexte correct.

 

🟦 ANNONCE 🟦