Gravissime à Tel Aviv : La police entre dans une synagogue Shabath pour « nuisances sonores »

La synagogue Yeshuaat Israël au sud de Tel-Aviv a reçu un « fidèle  » de plus à la veille du shabbat, qui n’est pas venu pour prier car c’est en fait un policier qui fut convoqué suite à des plaintes de résidents.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le policier est entré et a exigé que les fidèles lui montrent des cartes d’identité. Cet événement a été médiatisé sur Channel 7 avec Doron Cohen, le rédacteur en chef du quotidien Ma’ariv, qui a été choqué et a publié un court article ce qui a déplu à l’intolérance des habitants du quartier qui ont fait appel à la police…

« Mon père était l’un des constructeurs de cette synagogue », explique Cohen. Le service de prières du père de Doron Cohen a eu lieu le Shabbat et il est donc également venu prier dans la synagogue en question. « La synagogue fait sonner pendant deux minutes une chanson à l’entrée du sabbat, mais les nouveaux résidents du quartier hurlent pour faire taire la sonnerie de la synagogue », explique Cohen. Et ce n’est pas la première fois malheureusement.

Il a ajoute qu’à « chaque fois qu’ils viennent au tribunal, ils arrivent avec d’autres raisons, une fois c’est un bruit, une fois ce sont les haut-parleurs sur le toit qui sont des déchets à évacuer.

« Si cette synagogue lançait des chansons et des musiques dès six heures du matin, je pourrais les comprendre, mais il y a un principe de proportionnalité. C’est une chanson de deux minutes par semaine, annonçant le début du sabbat… Ce sont des gens très éclairés, très libéraux, très pluralistes mais ils ne veulent pas l’accepter… « 

Publicité 

Cohen continue sur ce qui s’est passé samedi dernier quand après avoir entendu une chanson de Sabbath la police est arrivée : « Une voiture est arrivée, un policier est entré dans la synagogue avec un stylo et du papier, a essayé d’enregistrer les noms de personnes, nous étions choqués, il a demandé la Teouda Zeout des fidèles. « 

Cohen dit qu’il a lui-même grandi dans le quartier et a récemment publié un livre sur le quartier de Shapira, où il a appelé la communauté locale « Les absents « , et a délibérément écrit de cette manière, impliquant qu’ils ne sont pas exprimés dans les médias et la société. »

« Il faut donner à cette communauté l’expression minimale qu’ils demandent. Dans l’ensemble c’est une chanson de deux minutes. Il est temps que les gens qui se disent libéraux et pluralistes dans la vie de tous les jours ne le soient pas seulement sur Twitter », ajoute Cohen qui raconte lui-même qu’il y a quelques années, il a voulu acheter un appartement à Nahalat Yitzhak et après avoir vu que l’appartement lui convenait, il a demandé au propriétaire de lui rendre visite une fois de plus. Il est arrivé dans la soirée et a constaté qu’il y avait une synagogue dans la partie inférieure du bâtiment, suivie de bruits. Il a donc décidé d’annuler l’accord, mais il a ajouté que s’il avait acheté la maison, il n’aurait pas pensé à faire appel à la municipalité ou à la police pour faire taire la synagogue.

« Ces dernières années, des projets de logements ont été construits autour de l’endroit où vivent les Shasniks et les Juifs ultra-orthodoxes. Quelqu’un s’est-il déjà plaint à la municipalité que les sonneries les dérangent ? » Une nouvelle communauté à Shapiro est arrivé à cet endroit et a été un succès dans l’immobilier et ils ne respectent pas la population traditionnelle vivant dans le quartier, et je pense que chaque personne un peu éclairée devrait se lever contre elle ».

« Il y a des gens qui s’identifient vraiment avec les fidèles, mais il y a quelques habitués et agitateurs sans nom, qui font appel à la police et la municipalité, » selon Cohen.

« Si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux, je ne croirais pas ce qui s’est passé vendredi soir, à la synagogue Shapira (j’étais là-bas, un mémorial de mon Père), quand est venu un flic au milieu de la prière, a sorti un cahier et un stylo et demandé aux fidèles leur teuda Zeout. Pourquoi ? parce qu’il y a eu une chanson de deux minutes annonçant le début du shabbat . Est-ce leur esprit d’Illuminati ou l’antisémitisme ? Cet événement ne s’est pas déroulé en Allemagne ? « écrit-il sur Twitter, en terminant . « Voyez à quel point cela vous agace et vous comprendrez à quel point c’est agaçant pour les autres. »

L’événement fait également référence aux gauchistes nombreux dans cette ville car le cas de ce policier dans une synagogue est un événement bien au-delà d’un conflit local avec les fidèles à la synagogue : « Les chansons de la synagogue n’ont jamais été un filet de controverse religieuse, mais une partie de la lutte contre le caractère juif et la disparition des quartiers Juifs du sud de Tel-Aviv ».

« Vendredi dernier, nous avons reçu des informations que la municipalité a demandé à la police municipale de ne pas y aller. Il se trouve que la joie était prématurée. La police est arrivée juste avec le shabbat et se rendit à la synagogue. Il est intéressant de noter que lorsque nous étions là-bas des dizaines de personnes attendaient dans la rue. »

La police israélienne a déclaré en réponse que « A la suite de nombreuses plaintes reçues par la police et le centre de la ville de Tel Aviv au sujet de l’intensité forte de bruit émanant des haut-parleurs qui dérange les voisins, les policiers et les inspecteurs de l’Hôtel de ville se sont rendus sur les lieux. Après plusieurs tentatives pour savoir qui était responsable de la synagogue, les nuisances sonores ont été interrompues. Il convient de noter que les infractions nuisances sonores peuvent gêner les citoyens et nous continuerons à prévenir et à les faire respecter conformément à la loi ».

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦