La Cour internationale de Justice de La Haye (CMI) s’est réunie ce vendredi pour une deuxième audience sur la demande de l’Afrique du Sud de délivrer des ordres supplémentaires contre Israël, y compris un ordre d’arrêter les combats à Gaza dans le contexte de l’opération de Tsahal à Rafah. Après que le procureur ait présenté hier ses arguments, la délégation israélienne conduite par le conseiller juridique adjoint du gouvernement, le Dr Gil-Ad Noam, a présenté ses arguments en faveur de la légitime défense dans la bande de Gaza. Alors que le représentant de la délégation israélienne finissait de parler, des chants anti-israéliens, notamment « menteurs » et « Palestine libre », ont été entendus dans les tribunes. Le débat à La Haye a été retransmis en direct sur Ynet.

 “Cette affaire suggère une distorsion de la réalité dans les efforts de l’Afrique du Sud pour amener Israël devant ce tribunal en exploitant ce traité sacré”, a déclaré le demandeur israélien au début de son discours. “L’Afrique du Sud présente un tableau complètement opposé aux faits et aux circonstances. La vérité doit être dite, les mots doivent être à la hauteur de leur sens. Appeler quelque chose de ‘génocide’ à plusieurs reprises n’en fait pas un génocide. Répéter un mensonge ne signifie pas un génocide. c’est vrai.”
Le Dr Noam a ajouté : « Israël est engagé dans une guerre qu’il n’a pas voulu et qu’il n’a pas déclenchée. » Israël est attaqué et doit se défendre ainsi que ses citoyens. Le massacre a commencé le 7 octobre avec des milliers de civils brutalement massacrés, violés et mutilés. 250 hommes, femmes et enfants ont été kidnappés à Gaza. Le Hamas a continué d’attaquer Israël en lançant des roquettes sur les centres-villes, promettant de répéter encore et encore les horreurs du 7 octobre. Depuis lors, plus de 10 000 roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël dans le but de tuer autant d’Israéliens que possible. Des dégâts d’une ampleur sans précédent ont été causés aux maisons des civils, environ 60 000 habitants du sud du pays ont été déplacés de leurs maisons.
 Suite à ses remarques, le demandeur israélien a évoqué les circonstances de l’opération de Tsahal dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, “L’Afrique du Sud a modifié sa demande d’ordre de cesser les combats dans l’ensemble de la bande – et pas seulement à Rafah” dit le Dr Noam.
“Rafiah est un centre d’activités terroristes, c’est un bastion fort pour les terroristes du Hamas avec plusieurs bataillons. La ville dispose d’un réseau de tunnels souterrains comprenant des centres de contrôle et des équipements militaires. Près de 700 tunnels ont été détectés rien qu’à Rafah – dont 50 tunnels vers l’Egypte. “
Il a ajouté : « Depuis le début de la guerre, plus de 400 roquettes ont été tirées depuis Rafah, dont 120 au cours des deux dernières semaines seulement. 600 sites de lancement ont été identifiés dans la région de Rafah, dont beaucoup sont cachés à proximité d’infrastructures civiles, étant détenus à Rafah par leurs ravisseurs, les forces israéliennes ont réussi à libérer deux otages. L’Afrique du Sud décrit Rafah comme le dernier refuge des civils à Gaza, tandis que de nombreux civils ont fui vers Rafah. La ville de Rafah sert d’avant-poste militaire puissant. Le Hamas, qui constitue une menace importante pour Israël et ses citoyens.
“L’Afrique du Sud a prévenu que si Rafah tombe, Gaza aussi. Encore une fois, la réalité est exactement le contraire. Ce n’est qu’en renversant le Hamas à Rafah que les Palestiniens seront libérés des mains d’un régime meurtrier et que la voie vers la paix et la prospérité pourra enfin être ouverte. Tout pays se trouvant dans une situation aussi complexe ferait de même. Israël s’engage à exercer son droit de se défendre conformément à la loi. »

Documentation de l'activité des forces de Tsahal dans la bande de Gaza

Forces de Tsahal à Rafah
( Photo : porte-parole de Tsahal )
Le Dr Noam a ajouté : « Israël est conscient du grand nombre de citoyens concentrés à Rafah. Elle est également consciente des efforts du Hamas pour utiliser des civils comme boucliers humains, c’est pourquoi leurs bataillons sont là, c’est pourquoi les personnes enlevées sont là. Nous ne voulons pas nuire à ces citoyens, comme le souhaite le Hamas. C’est pourquoi Israël prend des mesures pour contenir cette situation complexe. C’est pourquoi il n’y a pas eu d’opération de grande envergure à Rafah mais des opérations limitées comprenant des efforts d’évacuation et des activités humanitaires. Est-il possible d’imaginer une situation dans laquelle un pays ne prendrait pas d’action militaire pour protéger ses citoyens sous le feu des tirs ? Pouvez-vous imaginer un tribunal dire à un État que la loi l’empêche de se défendre contre une attaque ?
“Quand j’étais ici en janvier, les otages étaient retenus captifs pendant 100 jours. Cela me semblait alors inimaginable. Et aujourd’hui, les otages sont retenus captifs depuis plus de sept mois. Plus de 130 femmes, enfants et hommes, y compris des malades et des personnes âgées, sont détenus à Gaza depuis 224 jours dans des conditions inhumaines. Parmi eux, Hersh Goldberg, 23 ans, qui a été kidnappé lors du festival de musique le 24 avril, le Hamas a publié une vidéo de lui avec une main coupée qui a été explosé par un terroriste du Hamas. Des parents ont été surpris en train de regarder une vidéo de leurs enfants attaqués par une foule sanguinaire à Gaza. Ce tribunal a demandé la libération immédiate des personnes enlevées, mais cela n’a pas eu lieu. C’est le droit et le devoir d’Israël de les protéger ainsi que tous les Israéliens. “

Hersh Goldberg Pologne

Hersh Goldberg-Pologne
Le demandeur israélien a accusé l’Afrique du Sud de collaborer avec le Hamas. Selon le Dr Noam, « le Hamas, avec lequel Israël est en conflit, n’est pas partie prenante à cette discussion. Israël est impliqué dans un conflit militaire avec une organisation terroriste djihadiste qui nuit non seulement à Israël mais aussi aux Palestiniens. En exploitant la « Convention sur le génocide », l’Afrique du Sud cherche une fois de plus à obtenir des ordres qui ne lieraient qu’Israël et non le Hamas. Le résultat absurde est qu’Israël se verra refuser le droit de se défendre et que le Hamas sera libre de continuer à commettre ses horribles crimes.
“C’est mon devoir de dire qu’il y a une guerre tragique, mais qu’il n’y a pas de génocide. C’est précisément contre cela que le juge Aharon Barak (qui est l’un des juges de la Cour internationale de Justice. AA) a mis en garde. Il a écrit que « le tribunal a accepté l’invitation de l’Afrique du Sud à devenir l’administrateur d’un conflit armé et exploite le traité ». Il s’agit d’un dangereux précédent, surtout lorsque l’une des parties n’est pas partie au traité. L’Afrique du Sud a une motivation qui appelle Israël à quitter Rafah et Gaza, elle le fait pour conserver un avantage militaire à son partenaire – le Hamas – qu’elle ne veut pas voir vaincu. »
Le demandeur israélien a présenté aux juges entre les tribunaux les actions entreprises dans le but d’apporter une aide humanitaire à Gaza et a déclaré en conclusion de son discours : « Un pays qui a l’intention de commettre un génocide ne mènera pas les actions qu’Israël a faites et n’aurait pas retardé la manœuvre et ainsi renoncé aux avantages opérationnels. Elle n’aurait pas investi pour accroître l’aide. La guerre a coûté cher, mais ce n’était pas un « génocide ».
“L’Afrique du Sud demande au tribunal d’ordonner la fin de la guerre, mais le tribunal ne l’a pas fait. Le tribunal est conscient que s’il le faisait, 132 personnes enlevées resteraient dans les tunnels et le Hamas pourrait poursuivre ses attaques contre Israël et ses citoyens. Cela transformera la Convention sur le génocide en une épée et non en un bouclier, et privera Israël de son droit de se défendre. »
Tamar Kaplan Turgeman, conseiller juridique par intérim du ministère des Affaires étrangères, a déclaré lors de l’audience : « Israël est toujours attaqué. Nous comptons de plus en plus de morts et soignons des milliers d’autres blessés. Pas moins de 132 enfants, femmes et hommes sont toujours pas revu à leur domicile depuis plus de sept mois. Les graves conséquences du massacre sur notre peuple et nos communautés ne doivent pas être oubliées par la communauté internationale.
“Je voudrais nommer les femmes qui sont encore kidnappées à Gaza. Amit Sosna, qui a été retenue captive pendant 55 jours, a témoigné qu’elle avait été abusée sexuellement, forcée de se coucher et forcée par ses ravisseurs sous la menace d’une arme à commettre des actes sexuels. Le Hamas refuse de libérer les femmes et les autres otages. Le Hamas a rejeté une série de propositions de cessez-le-feu et continue de préférer la mort et la destruction comme stratégie. L’Afrique du Sud a lancé de fausses accusations, et nous n’avons pas entendu le mot « Hamas ». Au lieu de cela, nous nous sommes assis et avons entendu des accusations et des propos haineux, ce qui était difficile à croire que nous étions devant un tribunal. »
Alors que l’Afrique du Sud envoyait une batterie de juristes, de professeurs et d’experts à la discussion, Israël n’était représenté que par deux juristes. Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz a déclaré après l’audience : « Je félicite notre équipe juridique qui nous a représentés avec honneur et fierté devant la Cour internationale de Justice de La Haye contre le spectacle de l’hypocrisie de l’Afrique du Sud. Comme nos représentants l’ont dit à l’équipe juridique d’Afrique du Sud qui servir de bras légal aux meurtriers du Hamas – pour répéter mille mensonges Une fois que cela se réalisera, aucune force ne niera à Israël le droit de légitime défense. Nous continuerons à nous battre sur les plans juridique, politique et militaire – jusqu’à ce que les 132 personnes enlevées soient rendues à leurs proches.”
Afrique du Sud : « Nous voulons arrêter le génocide qu’Israël commet à Gaza »
Vosi Madonsela, ambassadeur d’Afrique du Sud aux Pays-Bas et représentant du parquet au nom de son pays, a accusé Israël de génocide à Gaza lors de l’audience d’hier. “Nous sommes obligés de revenir ici à cause de la destruction du peuple palestinien, avec plus de 35 000 Palestiniens tués, et de la transformation de Gaza en une ville en ruines”, a déclaré Madonsela. “L’Afrique du Sud veut mettre fin au génocide qu’Israël commet à Gaza. Israël intensifie ses attaques contre les Palestiniens à Gaza et viole ainsi les ordonnances de ce tribunal et les résolutions du Conseil de sécurité. La communauté internationale ne prend pas suffisamment de mesures pour garantir l’application du droit international. L’immunité qu’ils ont accordée à Israël a provoqué le meurtre de cette nation, ce qui a provoqué un choc complet dans la communauté internationale.
Le représentant de l’Afrique du Sud a également déclaré : « Ce génocide a lieu dans le contexte de la Nakba en cours, qui marque son 76ème anniversaire. Israël expulse les Palestiniens et les remplace par des colons, et administre un régime d’apartheid et d’occupation. Les Palestiniens sont à nouveau obligés de fuir pour sauver leur vie, ce qui est une répétition de la Nakba et de sa continuité. L’Afrique ne pouvait pas croire que Gaza était presque complètement rayée de la carte. Chaque famille, chaque quartier, chaque classe d’école serait tuée ou déplacée. “
Le professeur Van Loo, un autre représentant du procureur, a déclaré lors de l’audience d’hier : « Nous sommes ici parce que le peuple palestinien est confronté à un génocide et vos ordres précédents ne l’ont pas protégé. Les actions d’Israël sont dirigées contre le peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie. La demande de l’Afrique du Sud se concentre sur Rafah en raison du danger immédiat de mort et de souffrance à grande échelle – parce que la demande a été faite, il est devenu clair que les actions d’Israël à Rafah font partie de l’objectif final dans lequel Gaza mérite une solidarité humaine. C’est la dernière étape vers la destruction de Gaza et du peuple palestinien, mais c’est le peuple palestinien tout entier qui a besoin de protection contre le génocide – et le tribunal peut aider.”
Il a ajouté : « Israël répétera sa revendication de légitime défense, mais il ne répond pas à trois points : 1. Le droit de légitime défense ne donne pas l’autorisation de recourir à une violence illimitée. Un tel droit ne permet pas la violence aveugle et la violence collective, la faim contre un peuple tout entier.
2 – Rien ne peut justifier un génocide.
3 – La Cour a statué en 2004 qu’il n’y a pas de droit à la légitime défense par la déclaration d’Israël. 
Le professeur Mike Duplessi, un autre représentant de l’Afrique du Sud, a déclaré lors du débat d’hier qu’« il n’y a aucun endroit à Gaza qui soit sûr et personne à Gaza n’est en sécurité. Israël a exigé que les habitants quittent le sud, vers Rafah, et pendant des mois Israël ” Duplessi a même cité le ministre des Finances Bezalel Smotrich, qui a déclaré lors d’un événement à la Mimouna à Ofakim il y a environ deux semaines qu’« il n’y a pas de travail à moitié cuit. Rafah, Deir al-Balah, Nuseirat – annihilation totale. » Exterminez le fils d’Amalek sous le ciel” – il n’y a pas de place sous le ciel.”
Selon lui, « une attaque contre les hôpitaux de Rafah, comme l’attaque contre d’autres hôpitaux à Gaza, mettra fin au système de santé à Gaza. Israël arrête volontairement l’aide humanitaire. Israël était tenu de prendre toutes les mesures nécessaires pour coopérer pleinement avec l’ONU pour répondre à tous les besoins humanitaires, notamment en augmentant l’aide humanitaire et en laissant ouverts les points de passage. Israël a également reçu l’ordre de veiller à ce que l’armée n’empêche en aucune manière l’introduction d’une aide humanitaire d’urgence.
Pourquoi cette commande est-elle si critique ? Parce que les deux postes frontaliers fermés par Israël sont le principal point de passage pour l’entrée de l’aide ainsi que pour la sortie et l’entrée du personnel humanitaire et médical. Le blocus de ces points de passage a coupé Gaza du monde extérieur et a entravé l’arrivée de l’aide à Gaza. Si Rafah tombe, tout Gaza aussi.”
 
A la fin de la discussion d’hier, la délégation sud-africaine a déclaré : “Israël doit immédiatement cesser ses activités militaires dans la bande de Gaza et se retirer sans condition de tout son territoire”. En outre, elle a exigé que “toutes les mesures soient prises pour garantir l’entrée à Gaza des parties impliquées dans l’aide humanitaire à la population, permettre aux enquêteurs et aux journalistes de documenter les conditions dans la bande et de soumettre un rapport ouvert au tribunal dans les délais d’ une semaine sur toutes les mesures prises.”
En Israël, on a débattu de l’opportunité de présenter les arguments uniquement par écrit, mais il a finalement été décidé que la délégation présenterait ses arguments oralement. Selon des estimations en Israël, le tribunal prendra la décision d’accéder ou non à la demande de l’Afrique du Sud d’ici quelques jours, en raison de l’urgence de la demande. Il s’agit de la cinquième demande d’ordonnances supplémentaires de l’Afrique du Sud, tandis qu’Israël estime qu’il y a une chance que le tribunal accède cette fois à sa demande et émette un ordre de cessez-le-feu – alors que l’opinion générale est qu’Israël ne se conformera pas à cet ordre.
En février, la Cour internationale de Justice de La Haye a rejeté la demande de l’Afrique du Sud d’imposer des mesures temporaires supplémentaires contre Israël qui empêcheraient toute action à Rafah. Le tribunal avait alors noté que “la situation grave exige la mise en œuvre immédiate et effective des mesures provisoires déjà accordées. Elle ne nécessite pas de mesures provisoires supplémentaires”. Le Tribunal de La Haye a également ajouté qu’« Israël doit remplir pleinement ses obligations conformément à la Convention sur le génocide et assurer la sûreté et la sécurité des Palestiniens dans la bande de Gaza ».
Un mois auparavant, la Cour internationale de Justice de La Haye avait publié six ordonnances imposées à Israël , l’appelant, entre autres, à autoriser l’augmentation de l’aide humanitaire à la bande de Gaza, à prévenir l’incitation au génocide et à punir ceux qui appellent à un génocide.  Une autre ordonnance stipule qu’Israël soumettra au tribunal dans un délai d’un mois un rapport de suivi sur la mise en œuvre des ordonnances. Avant cela, le tribunal a statué qu’il avait l’autorité pour discuter de la question de savoir si un génocide avait été commis à Gaza, et a noté qu’il y avait une certaine justice dans la demande de l’Afrique du Sud de protéger les citoyens de Gaza.
Articles en soldes Magnetic Car Body Stickers : Prix original: ILS 10.67 Prix actuel : ILS 7.47 Cliquer & Acheter: https://s.click.aliexpress.com/e/_mOZ4Jf Recherchez le code sur AliExpress : ALCKXMM5

Connaissez vous notre compte Instagram avec des vidéos et images en l'honneur de notre beau pays Israel ?

Pas encore ?

Venez nous rejoindre sur INSTAGRAM : https://www.instagram.com/infosisraelnews/

Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/