Jeudi, le Lancet a publié des résultats encourageants d’un essai clinique de phase II pour le vaccin Oxford. Le lendemain, le bureau de Netanyahu et le ministère de la Santé ont annoncé qu’Israël conclurait un accord avec AstraZeneca pour acheter 10 millions de doses du vaccin.

L’accord n’a pas encore été signé, mais le communiqué de presse officiel indique que le vaccin en quantité suffisante pour immuniser 5 millions de personnes arrivera en Israël au premier semestre 2021.

Il s’agit du plus gros contrat d’achat de vaccins préliminaire signé par le gouvernement. Jusqu’à présent, le gouvernement a obtenu une garantie de 6 millions de doses de Moderna, et si Pfizer décide de nous vendre ses 8 millions de doses, Israël restera loin derrière les pays riches qui ont fourni à leurs citoyens plusieurs vaccins à l’avance. Ce fait a été noté l’autre jour par les médias israéliens comparant les données d’Israël au volume des commandes d’autres pays, publiées par le magazine The Economist.

Le vaccin Oxford en est à sa troisième phase d’essais cliniques. Le rapport sur les résultats de la deuxième phase des essais met en évidence l’efficacité potentielle du vaccin chez les personnes âgées : des tests ont montré que la réponse immunitaire au vaccin « Oxford » est indépendante de l’âge du patient, et chez les personnes de plus de 70 ans n’était pas plus faible que chez les personnes plus jeunes.

Cependant, le rapport faisait état d’une incidence élevée d’effets secondaires légers après l’administration du vaccin. Des douleurs au site d’injection, des frissons fébriles, des muscles et des maux de tête ont été notés après la vaccination chez 88% des personnes de moins de 55 ans, 73% des sujets âgés de 56 à 69 ans et 63% des volontaires plus âgés de 70 ans et plus. Treize participants aux essais ont eu de graves complications, mais tous ces cas n’étaient pas liés à l’utilisation du vaccin.

Publicité 

Le vaccin Oxford est basé sur une technologie mieux connue et éprouvée que les vaccins innovants Pfizer et Moderna. Il s’agit d’un vaccin dit vecteur contenant un adénovirus chimpanzé inactivé et non réplicatif, dans lequel la protéine de pointe (protéine de bouclier) du coronavirus est incorporée. Dans les premières phases des essais cliniques, le vaccin AstraZeneca, comme les vaccins vecteurs précédemment utilisés, a montré une bonne capacité à provoquer une réponse immunitaire à deux niveaux (cellules B et T). Le Spoutnik-5 russe appartient au même groupe de vaccins vecteurs.

L’efficacité de sa protection contre l’infection au COVID-19 dans la vie réelle sera connue à la fin de la troisième phase des essais cliniques.

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.