La guerre contre les non-vaccinés

« Un hiver de maladies graves et de décès vous attend, vous, vos familles et les hôpitaux que vous pourrez bientôt saturer. » C’était l’avertissement brutal et dystopique que le président américain Joe Biden a lancé aux « non vaccinés » plus tôt cette semaine.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Alors que les premières séries de confinements, de distanciation sociale et autres restrictions s’appliquaient plus ou moins à tout le monde dans les sociétés dans lesquelles elles ont été introduites (seules les élites pouvant s’en exempter), au cours des derniers mois de 2021, les restrictions les plus strictes ont ciblé les non vaccinés.

Cette année, les gouvernements du monde développé ont publié une série de politiques conçues pour « pousser » les gens à se faire vacciner, comme exiger des passeports de vaccination pour entrer dans les lieux de divertissement.

Publicité 

Dans certains pays, ces pressions se sont rapidement transformées en poussées. En novembre, l’Autriche a été la pionnière du « verrouillage des non vaccinés », rendant illégal pour les non vaccinés de quitter la maison sans une excuse obligatoire de l’État. Une semaine plus tard, l’Autriche était plongée dans un confinement général, même s’il était clair que le gouvernement voulait que tout le monde blâme les non vaccinés.

Le jour même où le confinement a été annoncé, l’Autriche est devenue le premier pays occidental à rendre la vaccination obligatoire par la loi. Ceux qui résistent au-delà de février 2022 s’exposent à des amendes pouvant se transformer en peines de prison. Le nouveau gouvernement allemand a adopté une politique de vaccination obligatoire similaire. Et en Grèce, les personnes non vaccinées seront condamnées à une amende de 100 euros pour chaque mois où elles resteront non vaccinées.

La plupart des pays n’ont pas opté pour le plein obligatoire, mais ont tenté de rendre la vie de plus en plus difficile aux non-vaccinés. Le président Biden a fait de la vaccination une condition d’emploi pour tous les travailleurs et sous-traitants fédéraux, ainsi que pour ceux qui travaillent pour de grandes entreprises privées. Les États américains ont également introduit leurs propres mandats.

Les gouvernements européens ont eu tendance à opter pour une forme de laissez-passer COVID, liant généralement l’entrée à certains endroits à un test COVID négatif, un test d’anticorps COVID ou une preuve de vaccination. Invariablement, le nombre de lieux nécessitant un laissez-passer a augmenté au fil du temps, les autres options d’entrée non vaccinales étant éliminées. Par exemple, en France, vous avez besoin d’un laissez-passer COVID pour entrer dans les restaurants, les bars et la plupart des lieux culturels, et bien que vous puissiez actuellement montrer un test négatif, le gouvernement prévoit de faire des vaccinations la seule option valable au cours de la nouvelle année.

« Et alors », diront sans doute les partisans de l’obligation de se faire vacciner et des laissez-passer. « Ils nous compliquent la vie en refusant de se faire vacciner, pourquoi ne ferions-nous pas la même chose avec eux ? »

Les non-vaccinés sont accusés de propager le virus, de bloquer des lits d’hôpitaux et même de prolonger la pandémie elle-même. Ceci, à son tour, devient la justification de mesures de plus en plus punitives. La diabolisation des non-vaccinés a atteint un point tel que les législateurs et les commentateurs américains ont ouvertement appelé à se voir refuser les soins de santé ou à les payer de leur poche.

Bien sûr, il n’y a rien de génial ou d’intelligent à refuser le vaccin. Ne pas se faire vacciner n’est pas un acte noble de résistance au statut biomédical, comme certains le prétendent. Et il existe de nombreux anti-vaccins dangereux et fous. En 2021, des militants anti-vaccins britanniques ont bloqué les rendez-vous de vaccination. En France, certains ont vandalisé des centres de vaccination. Ces militants méritent mépris et punition pour avoir empêché les autres de se faire vacciner. Ceux qui diffusent des informations erronées sur les vaccins à un large public doivent également être vivement critiqués.

Nous devrions tous nous inquiéter du fait qu’une proportion importante de personnes n’a pas été vaccinée contre un vaccin facilement disponible qui pourrait les empêcher de souffrir d’une maladie grave, de se retrouver à l’hôpital et, dans certains cas, de mourir. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis déclarent que les personnes non vaccinées sont 14 fois plus susceptibles de mourir des complications du COVID que celles qui sont vaccinées. Pourtant, 40 % des Américains ne sont toujours pas vaccinés. Il ne fait aucun doute que beaucoup font partie des groupes vulnérables. Mais la tâche est de persuader ces personnes, pas de les contraindre.

Oui, les gens devraient se faire vacciner. Les vaccins sont vraiment le moyen d’apprivoiser la pandémie. Mais la rage aveugle contre les non-vaccinés n’aide personne. Cela ne persuadera certainement pas ceux qui hésitent simplement à se faire vacciner. Ils ont besoin d’être rassurés sur les effets secondaires minimes du vaccin et sur son efficacité à prévenir les maladies graves. Expliquez-leur comment une plus grande acceptation du vaccin peut ralentir la propagation du virus : que la vaccination peut profiter à leur communauté et à la société dans son ensemble, même si cela ne leur fait pas beaucoup de bien. Mais lorsque des figures d’autorité disent aux indécis que leurs doutes sont idiots ou qu’ils sont des racailles pestiférées, alors ils sont beaucoup moins susceptibles de faire confiance à l’aide offerte.

Et ce qui est pire, l’exclusion et la dépersonnalisation des non-vaccinés devient un prétexte pour prendre des mesures sévères contre la liberté. Et il n’y a pas que les non-vaccinés qui souffrent ici. Si nos libertés civiles sont conditionnées par notre état de santé, cela nous rend tous moins libres. Elle transforme la liberté en une licence, temporairement accordée par l’État, et tout aussi facilement retirée.

La guerre contre les non-vaccinés conduit également à l’abandon de principes durement acquis comme l’autonomie corporelle. L’autonomie corporelle est une liberté tellement fondamentale que même la Chine autoritaire ressent le besoin de proclamer cyniquement que son déploiement de vaccins est basé sur le principe du consentement éclairé (bien que, dans la pratique, la vaccination forcée soit courante, disent les observateurs des droits humains).

Pour que les gens aient la souveraineté sur leur propre corps, ils doivent avoir le droit de faire des choses et de refuser de les faire, même si la majorité considère que c’est mal. C’est le minimum auquel nous devrions nous attendre dans une démocratie libérale.

Malheureusement, comme cela est devenu clair tout au long de la pandémie, les gouvernements ont été guidés par le double mal du sécurisme et de la technocratie. L’idéologie de la sécurité écarte toute préoccupation ou principe qui semble faire obstacle à « notre sécurité ». Et la tendance technocratique réduit ce qui devrait être des citoyens libres et démocratiques à de simples points sur un graphique, des chiffres sur une table à pousser, manipuler ou forcer vers le haut ou vers le bas. Cela signifie que les personnes qui ne se font pas vacciner sont un problème de plus à résoudre avec une nouvelle restriction, plutôt que les personnes qui sont convaincues par un vaccin sûr et efficace.

En 2022, il faut défendre la vaccination volontaire, l’autonomie corporelle et que les libertés ne soient plus conditionnées par notre état de santé. La guerre contre les non-vaccinés est mauvaise pour tout le monde.

Fraser Myers est rédacteur en chef adjoint de spiked et hôte du podcast spiked. Suivez-le sur Twitter : @FraserMyers.



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !
 

🟦 ANNONCE 🟦