La phobie de la climatisation en Europe : Pourquoi les Européens vivent la canicule meurtrière sans climatisation ?

Il fait extrêmement chaud en Europe, bien plus qu’en Israel et même au Sahara ! Celui qui passera les prochaines semaines dans une destination de vacances près d’une source d’eau gagnera ses vacances dans ce continent. D’autres devront attendre que la vague passe, devront continuer à se plaindre. En Israel comment aux Etats Unis beaucoup sont à nouveau choqués par le manque de climatiseurs en Europe, et s’interrogent sur cet étrange peuple du vieux monde, contrairement à Israël, un pays habitué (un peu trop aussi !) aux climatiseurs.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

L’Europe s’appuie beaucoup sur les données d’Eurostat, et déconseille la clim trop gourmande en électricité et émettrice de gaz à effet de serre, la climatisation est néfaste pour le climat selon eux. Et pourtant comment ignorer toutes ces victimes au nom des gazs à effet de serre ?

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a rappelé la semaine dernière que les climatiseurs ne devaient pas être utilisés en deçà de 26 °C. Mais il s’agit d’une simple recommandation, provenant d’un article du Code de l’énergie introduit en 2007. Au niveau de France Nature Environnement, « on souhaite depuis longtemps que cela s’inscrive dans la loi, par un décret d’obligation », défend Michel Dubromer. C’est déjà le cas en Italie, avec un seuil à 25 °C en dessous duquel l’usage de la climatisation est interdit.

L’enjeu est surtout d’intervenir en amont : au moment de la construction de bâtiments neufs. La RE2020, nouvelle réglementation issue de la loi Elan (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) de 2018, oblige à la construction d’habitats passifs. Ceux-ci n’ont « pas besoin d’être climatisés en été ni chauffés en hiver », rappelle Michel Dubromer. Or, « la France est merveilleusement en retard là- dessus ». La RE2020 vient tout juste d’entrer en vigueur, en janvier. « Les consommateurs et associations environnementalistes étaient extrêmement enthousiastes, mais les promoteurs immobiliers ont freiné pour reporter sa mise en place », raconte le responsable, qui a fait partie d’un conseil consultatif sur le sujet auprès du ministère. « On ne sentait aucune volonté gouvernementale pour l’appliquer. »

Un arbre = cinq climatiseurs

Pour les particuliers en Europe , il existe plusieurs gestes à réaliser pour limiter le recours à la climatisation : fermer les volets en journée, aérer pendant la nuit… « Il y a la sobriété chez soi, l’adaptation de notre mode de vie. Mais on ne peut pas empêcher les gens d’acheter des climatiseurs. Ce qu’on peut leur dire, c’est d’éviter de se précipiter sur des appareils peu performants ; et leur expliquer quelles alternatives il peut y avoir », soutient Isabelle Gasquet.

Et pourtant, l’Europe est en feu dans une terrible vague de chaleur . Ignorer la crise climatique a entraîné des températures similaires récentes : 47 degrés au Portugal, 45 en Espagne, 41 en France. A Londres, selon les prévisions, une température de 40 degrés est attendue. Les autorités espagnoles et portugaises ont déjà dénombré des centaines de victimes, et les autorités britanniques craignent des centaines de morts.

Les vagues de chaleur sont assimilées à des tueurs silencieux et mortels. Il ne s’agit pas seulement de décès dus à la déshydratation ou à un coup de chaleur, mais aussi de décès dus à un accident vasculaire cérébral, à de graves lésions rénales et à l’exacerbation de maladies chroniques telles que l’insuffisance cardiaque. L’augmentation rapide des températures altère la capacité du corps à réguler sa chaleur. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 166 000 personnes sont mortes à cause de températures extrêmes entre 1998 et 2017.

Les autorités du sud de l’Europe ont du mal à maîtriser les énormes incendies en Espagne, en Grèce, en France et au Portugal, et le nombre de morts dû à la chaleur extrême continue d’augmenter.

En Espagne, des hélicoptères ont fait pleuvoir de l’eau sur les flammes à des températures supérieures à 40 degrés Celsius dans une zone montagneuse qui rend les efforts de lutte contre les incendies difficiles. Des habitants choqués ont regardé les hautes flammes et l’épaisse fumée au-dessus de la vallée de Gerta. « Le changement climatique affecte tout le monde », a déclaré Miguel Angel Tamio.

Plus d’un millier de personnes sont mortes jusqu’à présent en raison de la vague de chaleur en cours au Portugal et en Espagne. La température dans les régions d’Espagne a atteint 45,7 degrés Celsius. L’agence météorologique espagnole a émis des avertissements de chaleur dans tout le pays, y compris dans le nord. Selon l’agence, la canicule pourrait se terminer aujourd’hui (lundi), mais les températures resteront tout de même « extrêmement élevées ».

Au Portugal, environ un millier de pompiers tentent de sauver 13 incendies de forêt dans le centre et le nord. Le ministère de la Santé a annoncé que la semaine dernière, 659 personnes sont décédées à cause de la canicule, la plupart étant des adultes.

Des incendies ont fait rage dans plusieurs régions du centre et du nord de l’Espagne. William et Alan Macardi du Royaume-Uni ont fui vers un centre sportif local après avoir été contraints de fuir leur domicile samedi en raison d’incendies. « C’était très rapide (…) au début, nous ne pensions pas que c’était grave. Je pensais que le feu était sous contrôle et j’ai été surpris de le voir s’approcher de nous », a déclaré William, 68 ans, à Reuters.

En France, les incendies se sont propagés sur 100 000 dounams dans le sud-ouest du pays et plus de 14 000 personnes ont été évacuées de leur domicile. 1 200 pompiers luttent contre l’incendie, ont indiqué les autorités. La France a lancé une alerte rouge, la plus élevée, appelant les habitants à « être vigilants ». En Italie, de plus petits incendies ont fait rage ces derniers jours et les prévisions indiquent que les températures resteront également supérieures à 40 dans certaines régions dans les prochains jours.

Dans la vidéo : incendies en France et en Espagne et avertissement de chaleur inhabituelle au Royaume-Uni (Photo : Reuters)

Dans toute l’Angleterre, les écoles ont été fermées

Au Royaume-Uni, les températures devraient atteindre 41 degrés Celsius, un record absolu. L’Agence météorologique nationale britannique a émis une alerte rouge « chaleur extrême » pour la première fois de l’histoire.

On s’attend à ce que Londres soit aujourd’hui l’un des endroits les plus chauds au monde – plus que le Sahara occidental, la Jamaïque dans les Caraïbes, Malaga en Espagne et Athènes en Grèce. Le temps chaud devrait se poursuivre jusqu’à demain avant de se refroidir mercredi.

L’alerte rouge signifie qu’il y aura « un impact généralisé sur les personnes et les infrastructures, avec des changements importants dans les lieux de travail et les routines quotidiennes ». Certaines écoles fermeront aujourd’hui ou termineront la journée scolaire plus tôt que d’habitude. Network Rail a averti que les gens ne devraient voyager que si « c’est absolument nécessaire », et certaines annulations de lignes ont déjà été annoncées, ainsi que des restrictions sur la vitesse des trains.

Parallèlement à l’alerte rouge du Bureau météorologique, le ministère britannique de la Santé a émis un avertissement de quatrième niveau, signifiant « état d’urgence ». Le ministre de la Santé, Steve Berkeley, a déclaré que les services d’ambulance seraient étendus et que les centres d’urgence seraient renforcés.

Le London Ambulance Service a déclaré avoir enregistré 7 000 appels par jour depuis le début de la vague de chaleur – contre une moyenne de 5 500 par jour. Les plages à travers le pays étaient occupées pendant le week-end. Les compagnies des eaux du sud et de l’est de l’Angleterre ont signalé une augmentation de la demande qui a entraîné une dépression et des perturbations de l’approvisionnement en eau.

Les experts exhortent les gens à boire beaucoup d’eau et à tirer les rideaux pour que la lumière du soleil n’entre pas. « Dans ce pays, nous traitons une vague de chaleur comme une situation où vous pouvez jouer au soleil », a déclaré Penny Andersby, directrice du Bureau météorologique. « Ce n’est pas le temps dont nous parlons aujourd’hui. »

🟦 ANNONCE 🟦