Lors de la vaccination du personnel médical de l’hôpital Ziv de Safed, des vaccinations ont également été données à ceux qui avaient déjà eu le coronavirus (par le fait qu’ils travaillent en milieu hospitalier), et les résultats ont été très intéressants et encourageants.

Les chercheurs de Safed ont mesuré la réponse immunitaire du corps à la première dose de vaccin Pfizer chez 514 employés hospitaliers âgés de 19 à 77 ans. Comme prévu, 21 jours après la première vaccination, le taux d’anticorps spécifiques au coronavirus n’a pas augmenté chez tout le monde – des anticorps ont été détectés dans le sang de 475 personnes sur 514 vaccinées, et la sévérité de la réponse immunitaire diminuait avec l’âge.

Chez ces 17 employés de l’hôpital qui avaient dans le passé une infection à coronavirus, la réponse immunitaire à la première dose du vaccin était dix fois plus prononcée que chez ceux qui n’étaient pas malades et leur corps connaissait déjà le pathogène et réagissait beaucoup plus puissamment à la stimulation.

Mais le résultat le plus intéressant fut celui ci : Il s’est avéré que la force de la réponse immunitaire à la vaccination était la même chez ceux qui avaient été malades récemment et avaient des anticorps contre le coronavirus avant même la vaccination, et chez ceux qui avaient été malades au printemps, chez qui les anticorps n’étaient plus détectés dans le sang.

Cela nous permet de conclure que l’immunité au coronavirus persiste même après la disparition des anticorps dirigés contre celui-ci dans le sang.

Publicité 

Les médecins savent que le nombre d’anticorps après la maladie diminue progressivement et disparaît en quelques mois. Cette circonstance inquiète grandement les épidémiologistes – si six mois après l’infection, les tests sanguins ne montrent plus de traces d’immunité au coronavirus, il n’y a aucun moyen de comprendre à quel point la protection contre la re-maladie du COVID-19 est forte.

L’étude Safed prouve pour la première fois que le système immunitaire continue de «se souvenir» de l’ennemi même après la disparition d’immunoglobulines spécifiques du sang, et repousse puissamment une nouvelle «infesction». Cela signifie que le taux d’anticorps dans le sang n’est pas le seul indicateur de la protection immunitaire, même en leur absence, une personne peut être protégée d’une deuxième cas d’attraper le coronavirus.

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE