Le nombre de personnes rejetées comme n’étant pas juives à des fins de mariage en Israël semble avoir plus que doublé au cours des sept dernières années, selon les données des tribunaux rabbiniques du pays.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

En 2010, le nombre de Juifs qui se sont mariés en Israël et qui ont ensuite été révoqués, ce qui les a empêchés de se marier, était de 103, soit 3,1% de tous les Israéliens qui se sont inscrits pour se marier cette année-là. En 2017, environ 231 de ceux qui se sont inscrits pour se marier ont vu leur statut juif révoqué, ou 6,7% de ceux qui se sont inscrits pour se marier. En 2016, le nombre de ceux qui s’étaient inscrits pour se marier et dont le statut de Juif avait été révoqué était de 248, mais il représentait 6,1% de ceux qui s’étaient inscrits pour se marier.

Au cours des mêmes années, le nombre de personnes sur une liste d’Israéliens dont le statut juif est « en attente de clarification » est passé de 90 en 2010 à 175 en 2017.

Jusqu’à 20 pour cent des couples israéliens sont tenus de subir des vérifications des antécédents, la plupart d’entre eux russophones qui ont immigré en vertu de la loi du retour, ce qui permet à toute personne ayant un grand-parent juif de devenir un citoyen.

Quelque 6 727 noms figurent sur la liste des personnes jugées incapables de se marier en tant que Juif en Israël.

Les chiffres apparaissent dans un rapport préparé par le Centre de recherche et d’information de la Knesset avant une réunion tenue mardi par le Comité de l’immigration, de l’intégration et des affaires de la diaspora. L’audition de mardi portait sur le grand nombre d’Israéliens jugés non juifs aux fins de mariage par le grand rabbinat.

Avant leur mariage, les couples juifs doivent présenter des preuves aux tribunaux rabbiniques attestant de leur judéité. Une telle preuve inclut généralement les ketubahs des parents, ou certificats de mariage juifs, et dans le cas des immigrants, une lettre de leur ancien rabbin de la communauté attestant de leur judéité.

Les tribunaux rabbiniques depuis 2016 ont ajouté des personnes à la liste des juifs douteux sans demander leur certification de leur judéité quand, par exemple, un autre parent ne parvient pas à clarifier leur statut juif.

Itim, un organisme sans but lucratif qui guide les Israéliens à travers la bureaucratie religieuse, a interjeté l’appel devant la Cour suprême l’année dernière, affirmant que les tribunaux rabbiniques ne sont pas habilités à enquêter sur le statut juif d’une personne.

« La conduite des tribunaux rabbiniques à cet égard va d’abord à l’encontre de la loi juive », a déclaré le rabbin Seth Farber, le fondateur de l’Itim, dans un communiqué. « Selon la loi juive, quand une personne vient et dit qu’elle est juive, il faut le croire. En outre, si une clarification est nécessaire, il est de coutume de faire tout son possible pour approuver le statut juif de la personne, et non le contraire. Le rabbinat a élevé la barre à un niveau où la plupart des gens qui sont juifs ne seraient pas en mesure de le prouver. De plus, ils invalident rétroactivement la judéité, ce qui est sans précédent dans l’histoire juive. Les tribunaux rabbiniques agissent aujourd’hui, malheureusement, sans morale ou norme de base.  »

L’administration des tribunaux rabbiniques a déclaré au site d’information Walla en hébreu que les données présentées au comité étaient «manipulées».

« Selon les données des tribunaux rabbiniques, une majorité écrasante de 97% des candidats à la clarification juive reçoivent une décision confirmant leur judéité, et seulement 3%, malgré les efforts du Département de la recherche juive pour les aider, ne sont pas confirmés, apparemment parce que dans ces cas ils ne sont pas vraiment juifs « , a déclaré Walla citant le tribunal.

Une remarque à faire sur cet article ? Notre site existe grâce à une équipe de bénévoles, voulez vous en faire partie ? ❣️

❣️ SOUTENEZ INFOS-ISRAEL.NEWS ❣️

 

1 COMMENT

  1. Je ne comprends pas grand chose à cette loi mais je pense qu’un juif ou une juive qui se marie avec un musulman doit aller vivre , sinon à GAZA , en JORDANIE !!! En France , nos jeunes qui se marient avec une musulmane doivent se convertir sous la pression de la famille , c’est inadmissible !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.