Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Depuis de nombreuses années, l’Autorité palestinienne (AP) et d’autres parties palestiniennes rapportent quotidiennement que des Palestiniens sont détenus par les autorités israéliennes en Judée-Samarie et à Jérusalem-Est. Ces Palestiniens sont arrêtés soupçonnés d’être impliqués dans des crimes de sécurité anti-israéliens. Il n’y a rien d’inhabituel dans ces arrestations, qui durent depuis des décennies et sont même annoncées publiquement par les autorités israéliennes selon Khaled Abu Toameh.

 

Alors qu’Israël détient des Palestiniens soupçonnés de participer à diverses activités anti-israéliennes, y compris le terrorisme, de nombreux autres Palestiniens sont arrêtés presque quotidiennement par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne en Judée-Samarie et par le Hamas dans la bande de Gaza. Cependant, l’Autorité palestinienne et le Hamas ne rendent généralement pas publiques ces arrestations. Les Palestiniens apprennent les arrestations de l’Autorité palestinienne et du Hamas par le biais de publications sur les réseaux sociaux ou sur des sites d’information non palestiniens.

L’ Autorité palestinienne et le Hamas n’aiment pas parler des Palestiniens qui sont les cibles de leurs forces de sécurité en Judée-Samarie et dans la bande de Gaza. Pourquoi ? Car la plupart de ces Palestiniens sont arrêtés pour leur affiliation politique et leurs opinions, et non pour violation de la loi ou participation à la violence et au terrorisme.

Les organisations de défense des droits humains et les militants palestiniens décrivent la détention de ces Palestiniens comme des «arrestations politiques». Cela signifie que les Palestiniens ne sont détenus par l’Autorité palestinienne et le Hamas que pour des « raisons politiques ».

Un récent rapport de l’Association des institutions des droits de l’homme (HRIA) a révélé qu’au cours des trois derniers mois, les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont intensifié les arrestations politiques en Judée-Samarie. Le groupe a déclaré que les arrestations ont eu lieu malgré l’initiative du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, de tenir de nouvelles élections générales palestiniennes.

« La plupart des détentions politiques survenues au cours des trois derniers mois de 2019 visaient des militants politiques qui ont participé à des activités politiques publiques, y compris des manifestations », a indiqué HRIA dans son rapport.

«De nombreuses arrestations ont eu lieu sans ordonnance d’un tribunal, ce qui constitue une violation flagrante des droits constitutionnels et juridiques. Selon les informations recueillies par les enquêteurs de HRIA, les services de sécurité de l’Autorité palestinienne ont arrêté et convoqué 297 Palestiniens pour interrogatoire au cours des trois derniers mois de 2019 en raison de leur affiliation et de leurs activités politiques. Quarante-six détenus politiques sont toujours détenus sans inculpation dans les prisons de l’Autorité palestinienne. »

L’ERHI a également révélé que de nombreux Palestiniens détenus par les services de sécurité de l’Autorité palestinienne ont fait l’objet de violations de leurs droits. Le groupe a découvert que certains des détenus avaient été traduits devant des tribunaux militaires palestiniens bien qu’ils soient des civils. En outre, de nombreux étudiants universitaires palestiniens ont été arrêtés par les forces de sécurité de l’AP en raison de leurs activités sur le campus, notamment pour exprimer leur opinion sur les médias sociaux et organiser des événements politiques. Plusieurs détenus ont été soumis à la torture, à des violences physiques et à d’autres formes d’humiliation par leurs interrogateurs, a indiqué HRIA.

« HRIA demande au gouvernement palestinien et aux forces de sécurité de Judée-Samarie de suspendre les arrestations politiques et de libérer immédiatement tous les détenus politiques », a ajouté le groupe. « Nous demandons également que toutes les restrictions aux libertés publiques soient levées et que les activités politiques et la liberté d’expression soient autorisées. »

Les militants palestiniens droits de l’homme a révélé qu’au cours de l’année 2019, trois détenus sont morts dans les prisons de l’Autorité palestinienne. Deux des personnes arrêtées ne sont mortes qu’en décembre 2019. Le dernier détenu décédé purgeait une peine de 10 ans pour avoir vendu des terres à des juifs israéliens. Son identité n’a pas été révélée par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne. Un porte-parole de la police de l’AP a seulement déclaré que l’homme décédé avait été arrêté en 2012 et qu’il était décédé deux semaines après avoir été transféré de la prison à un hôpital de Judée-Samarie, ville de Ramallah.

Début décembre, l’Autorité palestinienne a annoncé qu’un détenu de 60 ans est décédé après avoir été transféré à l’hôpital depuis une prison palestinienne de la ville de Jéricho. L’identité de l’homme n’a pas été révélée et on ne sait pas pourquoi il a été détenu par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne en premier lieu.

En avril 2019, un autre Palestinien, Mahmoud Al-Hamalawi, est décédé dans une prison de l’Autorité palestinienne à Ramallah. Sa famille a déclaré qu’il avait été enlevé à son domicile par des hommes armés qui l’ont remis aux forces de sécurité de l’AP. L’AP a ensuite appelé la famille et les a informés qu’Al-Hamalawi, 32 ans, qui avait été gravement torturé par ses ravisseurs, avait été déclaré mort après avoir été transporté à l’hôpital.

Le 11 janvier, les familles des détenus politiques arrêtés par l’Autorité palestinienne ont organisé une manifestation à Ramallah pour exiger la libération de leurs enfants. Les familles ont exhorté les organisations de défense des droits humains à faire pression sur l’Autorité palestinienne pour qu’elle mette fin à sa campagne de répression de la sécurité contre les militants politiques en Judée-Samarie et a déclaré que certains des détenus étaient soumis à la torture dans les prisons. de l’Autorité palestinienne.

Cette protestation, comme les détentions quotidiennes par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, reste ignorée par les médias étrangers et les organisations internationales des droits de l’homme. Il en va de même pour la mort de trois Palestiniens détenus par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne. Les médias étrangers et les organisations de défense des droits de l’homme ne semblent pas s’intéresser aux Palestiniens détenus ou torturés à mort par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne. Après tout, ils n’ont pas été arrêtés par Israël pour des délits liés à la sécurité.

La communauté internationale semble également impassible face à la répression continue du Hamas contre les militants politiques dans la bande de Gaza. Le 12 janvier, les forces de sécurité du Hamas ont arrêté Eyad Nasr, un haut responsable de la faction dirigeante du Fatah dirigée par le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Aucune raison n’a été donnée pour son arrestation

Comme l’Autorité palestinienne, le Hamas a toujours fait preuve d’intolérance envers ses rivaux politiques ou toute personne qui ose critiquer les dirigeants palestiniens de Judée-Samarie et de la bande de Gaza. Récemment, le Hamas a arrêté l’un de ses propres policiers, Hussein Qatoush, après avoir publié une vidéo sur Facebook se plaignant de la crise économique dans la bande de Gaza dirigée par le Hamas. Le Hamas a également acquis une notoriété pour avoir arrêté des comédiens palestiniens qui se moquent des dirigeants arabes ou des États qui soutiennent le Hamas, y compris le Qatar. Deux des comédiens arrêtés par le Hamas en 2019 sont Ali Nissman et Hussam Khalaf.

L’Union européenne ferait pression sur les Palestiniens pour qu’ils organisent des élections présidentielles et parlementaires, qui auraient dû avoir lieu depuis longtemps. Cependant, on ne sait pas comment les Palestiniens organiseront de nouvelles élections à un moment où l’Autorité palestinienne et le Hamas sont occupés en Judée-Samarie et dans la bande de Gaza enfermant leurs opposants politiques.

Les «arrestations politiques» sont une autre indication des violations des droits de l’homme perpétrées par les dirigeants palestiniens contre leur propre peuple. Mais inexplicablement, l’Union européenne ne semble pas s’en inquiéter. Au lieu de faire pression sur l’Autorité palestinienne et le Hamas pour tenir des élections – ce que dans les deux cas aucune des parties ne souhaite, car cela donnerait presque certainement une nouvelle victoire au terroriste du Hamas – il serait préférable que l’Union européenne encourage les dirigeants Les Palestiniens, comme première étape vers la tenue d’élections libres, doivent au moins arrêter et s’abstenir de procéder à des arrestations politiques.

L’omission de tenir les dirigeants palestiniens responsables de ses violations des droits de l’homme jette de sérieux doutes sur le désir de l’Union européenne de tenir de nouvelles élections en Judée-Samarie et dans la bande de Gaza, et sur ses intentions les plus profondes et apparemment mauvaises pour la région dans son ensemble.

 



Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter Infos-Israel.News

Entrez votre émail:

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !