Les médecins préparent les Israéliens à poursuivre le blocus pendant une période de temps inconnue et à dire aux journalistes que le virus du corona a changé et pas pour le mieux.

L’hôpital de Nahariya rapporte à Hadashot 12 que les hospitalisations sont devenues plus longues. Si avant une personne pouvait sortir de l’hopital au bout d’une semaine, aujourd’hui, un patient reste à l’hôpital pendant deux semaines, et certains de ces mêmes patients présentent une détérioration soudaine, des lésions pulmonaires et une défaillance de tous les systèmes du corps.

Parfois, les patients quittent l’hôpital, et ils sont à nouveau admis à l’hôpital déjà en état d’insuffisance respiratoire et placés sous respirateurs.

Dans l’hopital « Hillel Yafa », ils disent que les patients ont peur de l’hospitalisation et traînent jusqu’au bout, tandis qu’une fièvre persistante et un essoufflement sont des indications directes et d’urgence pour aller à l’hôpital. Le nombre de patients gravement malades a augmenté.

C’est la même chose avec l’hopital Hadassah de Jérusalem, avec des patients qui rajeunissent de plus en plus.

Publicité 

Dans une interview avec Ynet, le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Sheba, le professeur Gali Rahav, a évoqué la propagation croissante du coronavirus chez les enfants. Elle est contre l’ouverture d’écoles et de jardins d’enfants si les données sur l’incidence des jeunes enfants montrent une augmentation des cas de virus.

Elle est optimiste quant à la vaccination, car peu de personnes sont tombées malades du coronavirus après la deuxième dose, mais les fabricants de vaccins n’ont pas promis d’efficacité à 100%.

Invoquant des surcharges hospitalières, le ministère de la Santé et le gouvernement vont désormais envisager de prolonger le blocus au-delà de la fin janvier.

En conclusion, ne tombez pas malade, car il n’y aura peut être pas de place pour vous dans un hopital…

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE