L’étude qui mettra fin à l’absurdité de traiter différemment les soldats combattant et non combattants avec des traumatismes

Les soldats non combattants souffrent de trouble de stress post-traumatique (TSPT) à la suite d’événements survenus au cours de leur service militaire, de la même manière que les soldats combattants. C’est selon une étude du « Mativ Institute – le Centre israélien de psychotraumatisme » dirigée par le Dr Anna Harwood-Gross, directrice de l’unité de recherche de l’institut, et le Dr Danny Brom.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

L’étude, qui a examiné la différence de symptômes entre les soldats combattants et les soldats qui ont servi dans des positions de première ligne, a trouvé une nette différence entre les soldats qui ont été exposés à des événements de guerre et ceux qui ne l’ont pas été – quel que soit le degré de « combat » du rôle qu’ ils ont joué.

Dans le cadre de l’étude, une enquête a été menée à laquelle 1 053 vétérans ont participé, au cours de laquelle les chercheurs ont tenté de comprendre la prévalence du trouble de stress post-traumatique (TSPT) et des symptômes qui y sont liés dans la population des soldats ayant servi dans l’armée.

La question principale de l’étude était de savoir s’il existe une différence dans les symptômes du SSPT entre les soldats combattants et les soldats qui n’ont pas servi dans des unités de combat. Ainsi, par exemple, il est apparu que bien qu’il y ait une différence entre les soldats qui ont servi dans des unités combattantes et les vétérans des unités non combattantes, la différence la plus significative était entre les personnes qui ont été exposées à des événements de guerre pendant leur service et celles qui ne l’ont pas été.

Division de la réhabilitation du ministère de la Défense, photo : Gideon Markovich

Dans ce contexte, les soldats qui ont été exposés à des événements de guerre, quel que soit leur rôle, ont déclaré avoir des symptômes plus élevés de SSPT et d’anxiété, ainsi que des symptômes physiques tels que faiblesse et nausée. De plus, les sujets ont rapporté une tendance à être physiquement violents envers les autres alors qu’ils ne l’étaient pas avant d’être enrôlés dans l’armée.

« Il y a des postes dans l’armée où les soldats sont exposés à des événements difficiles. La guerre se passe à côté d’eux, même s’ils ne sont pas des combattants dans leur service. L’étude a montré que si vous êtes exposé à des événements de guerre en tant que militaire, vous aussi ont une chance de souffrir de SSPT et, de plus, 3 fois plus susceptibles de se sentir plus violents après votre service qu’avant », explique le Dr Harwood-Gross.

Un sentiment de honte

Le chercheur ajoute qu’il existe des postes à haut risque de subir un traumatisme secondaire tels que les officiers d’urgence. D’autres soldats peuvent subir une « blessure morale », un traumatisme causé lorsqu’ils sont exposés à des actes ou commettent des actes qui ne sont pas conformes à leur système de valeurs personnelles ou à leur image de soi.

Elle explique que de nombreux soldats souffrent d’obstacles qui les empêchent de recevoir des soins. Il y a le sentiment de honte des soldats qui se demandent comment il est possible qu’ils ne soient pas combattants et souffrent de traumatismes, ou qui estiment qu’il n’est peut-être pas légitime de demander de l’aide. De plus, il y a les obstacles bureaucratiques qui font qu’il est difficile pour les non-combattants de demander de l’aide.

« Les conclusions de la recherche sont que la réponse aux soldats démobilisés qui ont vécu des événements de guerre devrait être élargie, et les traitements de santé mentale et le système de soutien fournis par l’armée et le ministère de la Défense devraient être rendus accessibles à tous les soldats et femmes soldats. , pas seulement des combattants ! Le traitement doit répondre à chaque soldat, homme ou femme, qui a été exposé à des expériences de type combat ou pas au cours de son service », souligne le Dr Danny Brom, directeur et fondateur de l’institut.
Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !