L’Iran empêche les inspecteurs de l’AIEA d’entrer sur le site nucléaire de Karaj

En juin, un incident de sabotage a eu lieu sur le site de Centrifuge à Karag et l’Iran a accusé Israël. Début septembre, il a été signalé qu’il manquait des images d’une caméra installée par l’AIEA sur le site. Il a également été signalé que l’Iran devrait réagir à un incident survenu plus tôt dans la journée concernant l’interdiction d’entrée des inspecteurs.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’AIEA confirme officiellement. L’Iran n’a pas respecté l’accord n’a pas permis l’accès de l’agence aux centrifugeuses  « AIEA Directeur général Rafael Grossi a déclaré en réponse que » la décision de l’Iran est contraire à ce qui a été convenu dans la déclaration commune le 12 Septembre ».

L’annonce de l’Agence internationale de l’énergie atomique a également indiqué que d’autres sites à travers l’Iran, où les Gardiens de la révolution avaient approuvé le plein accès aux inspecteurs de l’agence, « à l’exception du site Centrifuge à Karag » ont été refusés.

🟦 ANNONCE 🟦

Le ministre de la Défense Bnei Gantz s’est exprimé plus tôt ce mois-ci lors d’une conférence de l’Institut pour la politique antiterroriste : « L’Iran a créé un « terrorisme émissaire » sous les auspices d’armées « terroristes » organisées, qui l’aident à atteindre ses objectifs économiques, politiques et militaires. L’un des outils importants que l’Iran a développés pour les aider :  « Couriers » est le système d’UAV qui peut parcourir des milliers de kilomètres et des centaines d’entre eux sont déployés au Yémen, en Irak, en Syrie et au Liban. Toujours dans la bande de Gaza, l’Iran essaie de transférer des connaissances qui permettront la production de drones.

Plus tôt ce mois-ci, le New York Times a rapporté que des experts exposés à de nouvelles données incluses dans le rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique estiment que l’Iran n’est qu’à un mois de disposer de suffisamment de matériel pour assembler une ogive nucléaire. En conséquence, l’Iran pourrait franchir un seuil qui pourrait faire pression sur les États-Unis et leurs alliés pour qu’ils améliorent les termes de l’accord nucléaire de 2015.

Publicité 

Selon le rapport, l’Iran n’était pas aussi proche de l’armement nucléaire qu’il l’est aujourd’hui jusqu’à l’accord nucléaire signé en 2015. L’accord a obligé l’Iran à exporter 97 % de son pétrole hors du pays pour des raisons économiques. Les États-Unis ont affirmé en 2015 qu’il faudrait au moins un an à l’Iran pour réaliser une « percée » en route vers une bombe nucléaire.

Le rapport montre également que l’approche de l’Iran d’un seuil de bombe nucléaire pourrait être un levier pour les États-Unis et les pays du monde entier pour revenir à l’accord nucléaire – afin de l’empêcher d’atteindre la même tête nucléaire.

 

🟦 ANNONCE 🟦