La vieillesse est l’un des faits inévitables et inexorables de la vie. Peu importe combien on peut y échapper, elle finit toujours par nous rattraper. Lorsque finalement nous nous rendons compte que notre déclin est amorcé, nous pouvons commencer à envisager notre propre mortalité et à être inspirés pour mettre en place les tâches qui, à notre avis, doivent être accomplies avant notre disparition.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Notre Parasha nous apprend qu’Avraham a décidé que le moment était venu de veiller à ce qu’un accord approprié soit trouvé pour Yitztak alors qu’Avraham se disait  «âgé, venant (ou avancé) quelques jours plus tard». C’est une tournure de phrase plutôt curieuse qui nous oblige à essayer de comprendre ce que veut nous dire exactement Avraham.

La durée de la vie d’une personne peut être divisée en jour, chacun entièrement unique et doté de ses propres potentiels de croissance et de réussite. Ce que l’on fait avec ce temps dépend bien sûr uniquement de chaque individu. Un jour peut être un accomplissement spirituel qui crée une récompense infinie qui sera la nôtre pour toute l’éternité. Ce jour ne peut jamais être perdu et nous devons le prendre comme preuve de ce fragment de notre vie correctement vécu et de la source de la récompense qui nous est due.

Mais si cela est gaspillé, nous rejetons cette opportunité incomparable et n’avons plus rien à montrer pour le temps passé sur cette terre. Et quand nous quittons finalement ce monde et passons au monde à venir, nous découvrirons quels jours nous avons encore avec nous et lesquels ont disparu dans le néant à cause de notre dilapidation de cette chance incroyable qui nous a été offerte : le temps. Avraham a utilisé chaque moment de chaque jour au maximum de ses capacités et, par conséquent, dit Ohr Gedalyohu, ces jours sont restés avec lui et il pouvait dire qu’il « venait » avec ces jours complets et parfaits.

Il est fort peu probable que l’un de nous puisse prétendre être totalement innocent de ce crime de la perte de temps. Que ce soit des minutes, des heures, des jours ou des mois, je suis persuadé que nous pourrons tous regarder en arrière. Pour la plupart d’entre nous, il s’agit d’une partie inextricable de la vie, mais en être conscient et ses dommages inestimables constituent au moins la première étape pour les minimiser. Si nous considérons la perte éternelle de temps que nous passons engagés dans des incohérences, cela peut être un moyen d’assurer une vie bien dépensée. Mais peut-être une approche plus positive consisterait-elle plutôt à envisager le gain incroyable que nous pouvons cultiver en utilisant nos journées de manière appropriée et en exploitant chaque instant. Chaque fois que nous faisons cela, nous créons des bijoux d’une valeur infinie qui ne peuvent jamais nous être enlevés. Nous forgeons des éternités qui transcendent tout ce que ce monde peut offrir. Cette connaissance seule devrait suffire à nous inciter à faire en sorte que chaque jour compte, à rendre chaque instant précieux et à vivre une vie sans regret et pleine de sens.

* Que chaque moment de Shabbat nous inspire à chaque instant de la semaine *

Source en anglais : Miller’s Musings

Pour l’élévation de l’Ame de Louise Yoheved Bat Noira Chochana et Adina Gilda Bat Louise Yoheved

Une remarque à faire sur cet article ? Notre site existe grâce à une équipe de bénévoles, voulez vous en faire partie ? ❣️

❣️ SOUTENEZ INFOS-ISRAEL.NEWS ❣️

1 COMMENT

  1. Cette notion de « récompense » est ridicule.
    C’est « qui je suis » dans l’Etre au moment de la mort de mon corps, autrement dit la « station » spirituelle qui est mienne, qui détermine la voie post-mortem de qui je suis, et non ce que j’ai fait pendant ma vie terrestre.

Laisser votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.