Mais que fait cet arbre de Noël dans la maison du président de la synagogue orthodoxe ? 

Wein a été invité à une réunion avec le rédacteur en chef du journal Detroit Free Press. Après s’être présenté, le rédacteur en chef lui a raconté l’histoire suivante.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Sa mère, Mary, avait immigré d’Irlande aux États-Unis en tant que paysanne de 18 ans sans éducation et avait été embauchée comme domestique par une famille juive pratiquante. Le propriétaire était le président de la synagogue orthodoxe du quartier.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

Marie ne savait rien du judaïsme et n’avait probablement jamais rencontré de juif avant de venir en Amérique.

La famille est partie en vacances ce mois de décembre en Amérique, laissant la domestique seule à la maison. Ils étaient censés revenir dans la nuit du 24 décembre, et Mary s’est rendu compte qu’il n’y aurait pas d’arbre de Noël pour les accueillir à leur retour. Cela l’inquiétait beaucoup, alors utilisant l’argent que la famille lui avait laissé, elle est sortie et a acheté non seulement un sapin de Noël, mais aussi toutes sortes de décorations festives à accrocher à l’entrée de la maison.

Publicité 

Lorsque la famille est revenue de ses vacances, elle a vu un arbre de Noël à travers la fenêtre de la salle à manger et le reste de la maison orné de lumières de Noël. Ils se sont rendus compte que c’était bien son adresse et leur maison…

Le chef de famille entra dans la maison en pensant à la façon dont il allait expliquer la présence d’un arbre de Noël et les lumières aux autres membres de la synagogue, puisque la plupart d’entre eux passaient devant sa maison pour se rendre à la synagogue. Pendant ce temps, Mary attendait avec impatience la reaction de la famille quand ils verront la surprise et le bel arbre de Noël.

Après être entré dans la maison, le chef de famille a appelé Mary dans son bureau. Il a dit : « De toute ma vie, personne n’a fait quelque chose d’aussi beau pour moi que ce que vous avez fait. » Alors il a pris un billet de 100 $ – ce qui était une grosse somme à l’époque – et le lui a donné. Ce n’est qu’après cela qu’il a expliqué que les Juifs n’avaient pas d’arbres de Noël.

Quand il a fini de raconter l’histoire, le rédacteur en chef a déclaré au Rav Berel Wein : « Et c’est pourquoi il n’y a jamais eu de commentaire éditorial critique sur Israël dans le Detroit Free Press depuis que je suis devenu rédacteur en chef, et cela continuera aussi longtemps que je serai ici ».

La réaction du rabbin concernant l’erreur de Mary fut de la compassion plutôt que de la colère sans savoir qu’un jour le fils de cette domestique serait le rédacteur en chef d’un grand journal et pourrait donc aider Israël. Au contraire, il a agi de cette façon parce que c’était la bonne chose à faire. C’est ce que signifie réaliser un Kiddouch Hachem, sanctifier le nom de Dieu. C’est un objectif que nous pouvons tous atteindre.

Par : Jonathan Rosenblum | www.aiishlatino.com

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦