Obama ne décrochera les présidentielles que s’il attaque l’Iran -Par Thérèse Zrihen-Dvir

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

 

Obama n’est nullement un candidat à la présidence des USA, c’est le président des USA qui demande une prorogation, une seconde chance/opportunité de finir un travail largement entamé, comme il n’omet de le déclarer. Mais le puit d’où il a distillé et prolongé l’ambiance charismatique et enflammée des années 2008 s’est imperceptiblement épuisé. Obama de 2012 est loin de ressembler à celui de 2008. Sa verve, éloquence et volubilité demeurent présentes et puissantes… poussant son audacité jusqu’à piller en quelque sorte les principes traditionnels républicains et s’en approprier comme s’il croyait véritablement en eux.

Mais aux yeux du monde, c’est un Obama consumé, terne qui s’accroche encore aux fulgurances d’acier de ses premiers jours. Il réussit néanmoins à extraire son public de sa torpeur par des phrases que seul lui en possède le secret… le cœur toutefois n’y est plus !!!

Son rêve et utopie par contre, n’ont pas dévié d’un millimètre de leur diagramme initial et son intention (subtile) est de les mener à bien en dépit des entorses qu’il rencontre de-ci de-là. Certains affirmeront à juste titre, que durant ses quatre années de présidence, les USA ont connu un déclin des plus impressionnants sinon désastreux, et que le rôle de policier mondial octroyé à l’Amérique, a pris un coup mortel. Rares sont ceux qui pensent encore pouvoir le redresser.

Sa politique extérieure, panachée de soubresauts pathétiques, répétés et vides, ne leurre plus personne. Obama sera le dernier président à initier une guerre contre le monde arabe, surtout pour le bénéfice d’Israël. Un Iran nucléaire ne l’effraie pas, car il se trouve à l’autre extrémité du globe et le danger de voir échouer sur son sol des bombes iraniennes tiendrait plutôt du chimérique. Les USA auront grâce à leur géographie, suffisamment de temps et de moyens pour intercepter toute attaque en provenance de l’Iran, fait que ni celui-ci, ni les USA n’ignorent…  Les diversités de moyens existent toutefois, encore faudrait-il que les iraniens aient la hardiesse de refaire l’erreur japonaise de Pearl Harbour.

Nous ne pouvons en dire autant pour Israël qui est sur le point de mire de l’Iran et que toute fusée balistique armée de nucléaire ou non, en provenance de l’Iran ou pire du Hezbollah au Liban, pourrait être mortelle, puisqu’elle ne lui laissera jamais assez de temps pour l’intercepter.

Enlisé dans son bourbier moyen-oriental, Israël lui importe peu, au contraire il l’étouffe et le déséquilibre. Obama n’exposerait jamais la vie des soldats américains pour épargner celle d’une poignée de juifs irascibles et intraitables. Son discours à l’armée américaine en est la preuve irréfutable : Je n’enverrai un soldat américain au combat que si l’Amérique est directement menacée… or, les iraniens se trouvent assez loin et c’est surtout Israël qu’ils convoitent.

Son leitmotiv de sauvegarder Israël n’est plus qu’un refrain lassant, un slogan pré-électoral qui n’émeut plus personne. Le jeu de cartes d’Obama a été brutalement dévoilé lors de son dernier contact avec les dirigeants iraniens desquels il demandait de ne porter aucune atteinte aux systèmes américains si Israël les attaque.

Erreur Obama ! Si Israël ne penche pas la bascule de l’électeur américain, il lui sert au moins d’échantillon à ce que leur président lui concocte pour les années à venir. Un président qui mène son électeur par le bout du nez, ne peut être offert un deuxième terme, à moins d’être un misanthrope cynique. Obama a fait trop de promesses non tenues, a distribué des rêves insensés à son public dans l’unique but de s’emparer du pouvoir qu’il dilapide en morcelant l’unité américaine, en fragilisant son image et sa force face à un tsunami islamique qui lèche les rives des USA.

Dans sa hâte de porter atteinte à Israël, il a misé sur les Frères Musulmans qui chamboulent tant les intérêts américains au Moyen-Orient, que ceux du petit Israël qui lutte pour sa survie. Il a menacé d’un doigt un Iran belliqueux et haineux, pour le caresser de son autre main derrière les coulisses.

 

L’électeur du cru américain a perdu sa confiance en son président. Les véritables pionniers de cette nation formidable qu’est l’Amérique ne suivront plus la course folle vers le multiculturalisme, vers la dissolution de la nationalité entreprise par Obama. Au contraire, il tentera de se redresser, de s’épousseter pour se confronter à une situation  qu’il sait d’avance trop compliquée mais à laquelle il ne peut s’esquiver.

Quant à Obama, il ne peut compter que sur les voix des démocrates gauchistes, marxistes, suicidaires, et sur toute cette panoplie de nouveaux immigrants auxquels la citoyenneté américaine leur est distribuée en pourboire.

Comme doivent se demander certains sages : SI OBAMA NE POURRA REMPLIR TOUTES SES PROMESSES FAITES DURANT SES PREMIÈRES ÉLECTIONS QUE DANS LES QUATRE PROCHAINES ANNÉES, POURQUOI N’A-T-IL PAS ÉTÉ EN MESURE DE LES CONCRÉTISER DURANT SES QUATRE PREMIÈRES ANNÉES ?

http://theresedvir.com/
http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/