Pas seulement NSO : la police engage un jeune hacker Elishai Teboul, pour entrer par effraction sur les téléphones de suspects

Les caméras de sécurité d’une entreprise de la zone centrale ont documenté une infraction pénale grave commise par une personnalité publique de premier plan. Les enquêteurs de la police ont pu mettre la main sur les photos présumées coupables. Un acte d’accusation a été déposé. Jusqu’à présent, cela ressemble à une enquête policière de routine et réussie. Sauf qu’il n’a pas été exécuté par des policiers. Celui qui s’est emparé à distance des caméras de sécurité était un hacker israélien, du nom d’Elishai Teboul. Teboul est un citoyen ordinaire, pas un policier, et n’a aucune formation dans le domaine. Cela n’a pas empêché la police de lui demander d’entrer par effraction dans ces caméras, et pas seulement lui.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Ce n’est pas un cas isolé, et Teboul n’est pas le seul hacker. Une enquête calcaliste révèle que la cyber-division de la police, la branche de collecte de renseignements technologiques de la Division des enquêtes et du renseignement, a embauché au moins trois pirates informatiques externes ces dernières années, qui ont travaillé comme sous-traitants moyennant des frais, pour aider à recueillir des renseignements et résoudre des affaires pénales.

Ce sont des citoyens qui ont été exposés à des informations top secrètes sans classification de sécurité, sans signature d’engagement de Shos (partenaires secrets) et sans examens polygraphiques périodiques pour éviter l’utilisation abusive des informations qui lui ont été divulguées. Ils ont reçus des données personnelles de citoyens qu’ils ont eux-mêmes obtenues pour la police, ou qui ne servent pas d’ « agents doubles ».

Le travail de certains des pirates informatiques, a appris Calcalist, a souvent été effectué de manière illégale. Par exemple, en piratant des réseaux WiFi fermés, en téléchargeant des vidéos à partir de caméras de vidéosurveillance, en piratant et parcourant des fichiers d’assurance, en piratant également des téléphones où la police n’a pas pu installer le logiciel Pegasus de NSO, et plus encore. Les actions ont été menées sans contrôle judiciaire et leurs produits ont été déguisés sous des certificats de confidentialité, généralement sous la forme d’une « source ponctuelle ». Les pirates ont été payés pour des factures de « consultation ».

La police a localisé Teboul qui était en difficulté financière, et en a depuis fait son sous-traitant. Elle l’a fait même si, lorsqu’il a commencé à travailler, il a été plongé au milieu d’un enchevêtrement juridique lié à son utilisation illégale présumée de ses connaissances dans le monde numérique. En 2015, la société japonaise Sony a déposé une plainte de 100 000 NIS contre Teboul devant le tribunal de district de Jérusalem.

Selon le procès, Teboul a créé un site Web appelé PS3PRIZE (« hacking » pour PS3 – abréviation de Sony PlayStation 3), et sur le site, il a proposé de vendre un moyen de pirater le logiciel de codage PlayStation : « hacking for all types of Sony  » pour 70 NIS, qui peut être téléchargé à partir du réseau Jeux Internet gratuits de PlayStation ou d’autres consoles. En tant que forfait, selon le procès, le site proposait également un forfait « cambriolage + jeu cadeau » pour 150 NIS. Les enquêteurs privés de Sony ont localisé Teboul et recueilli des preuves de ses actions.

« Comme je n’avais pas d’argent pour survivre pendant que j’étais dans l’armée », a admis Teboul dans un affidavit au tribunal, « j’ai dû chercher des sources de revenus qui me permettraient de survivre, et j’ai donc commencé à pirater à la demande des gens pour appareils Sony PlayStation afin qu’ils puissent copier des logiciels Web. »

Teboul a joint une lettre de l’officier de la ville de Jérusalem, qui a témoigné que pendant son service militaire, il avait été défini comme un soldat solitaire. Une impression d’un compte bancaire qu’il a ajouté a montré que le solde de son compte courant n’était que de milliers de shekels à l’époque. Le juge Yigal Marzel a décidé de facturer 15 000 shekels à Teboul en compensation à Sony et à ses avocats.

La personne qui a engagé Teboul pour aider la police moyennant des frais était l’ancien chef du département de la technologie de la division Cygint, le surintendant adjoint Yosef Kahlon. Et la police l’a chargé de beaucoup de travail. Au cours de certains mois, a appris Calcalist, le paiement mensuel à Teboul, en fonction des heures de travail, a également atteint environ 50 000 NIS par mois.

Mais la police n’a fait aucun effort pour vérifier comment Teboul avait obtenu les informations sensibles du renseignement. Il a même eu accès aux bureaux de la Brigade Signet à Jérusalem et a été exposé à des informations top secrètes, même s’il s’agit d’un citoyen qui n’a pas été formé comme officier de police.

Les personnes exposées au travail du pirate ont noté que Teboul avait apporté de grandes réalisations en termes de renseignement à la police et aidé à résoudre une affaire compliquée. Entre autres choses, il a traqué des éléments d’organisations criminelles pour les prendre « sur le vif » lorsqu’ils commettent des crimes, et a retrouvé des témoins de l’État.

Une autre affaire qu’il a réussi à résoudre a été de localiser un homme qui a ouvert de faux profils sur les réseaux sociaux et persuadé de jeunes femmes de lui envoyer des vidéos nues. Toutes ces actions ont été faites avec la connaissance de la police.

La police israélienne a répondu : « Les allégations faites dans votre demande sont contraires à la vérité. La police israélienne agit conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés par la loi et comme l’exigent les ordonnances des tribunaux, dans le cadre des procédures et des règles établies par les autorités compétentes. les autorités.

« L’activité policière dans ce domaine est sous la surveillance et le contrôle continus du procureur général et d’autres entités juridiques non organisationnelles.
« Naturellement, la police n’entend pas se référer aux outils qu’elle utilise. Cependant, nous continuerons à agir résolument avec tous les moyens à notre disposition, dans l’espace physique et réseau, afin de lutter contre la criminalité en général et le crime organisé en particulier pour protéger la sécurité publique et la propriété. »

 



Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.



SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)

   

🟦 ANNONCE 🟦