Ayelet Shaked : « Netanyahu doit partir, mais il doit être patient ».

Dans l’édition du soir de Hadashot 12, un enregistrement des révélations politiques d’Aylet Shaked, numéro deux du parti Yamina, a été publié. Un jour avant l’expiration du mandat de Netanyahu, l’enregistrement des déclarations de Shaked dans les coulisses a été reçu par Amit Segal, connu pour sa proximité avec la famille Netanyahu.

Après les élections, Shaked a évité de parler en public, bien que des rumeurs sur sa position dans les pourparlers de coalition aient régulièrement été divulguées aux médias. Dans un enregistrement publié par Amit Segal, Shaked explique franchement à ses camarades de parti toute la stratégie politique de Yamina.

Shaked dit que Bennett avait besoin de négociations avec le «camp du changement» pour faire pression sur Netanyahu : «Juste parce qu’il (Netanyahu – ndlr) sait que Bennett a un repli, il est prêt à lui donner un an et demi. Sinon, cela ne serait pas arrivé dans la vie, il aurait mené l’affaire à la cinquième élection. « 

Ayelet rapporte que «Saar et Lieberman voient en fait Netanyahu comme une menace pour l’État», elle et Bennett ne le pensent pas – même si, selon Shaked, «Netanyahu doit partir». Elle répète cette phrase à plusieurs reprises, admettant qu’à cet égard, Sarre a parfaitement raison.

Publicité 

Shaked exprime son plein accord avec le fait que Netanyahu « ne pense qu’à son propre tribunal », qu’il se fiche du reste, que toutes ses décisions et actions sont motivées uniquement par le désir d’échapper à une condamnation. Elle dit que le couple Netanyahu « aspire au pouvoir et à la force, comme les dictateurs, ne peuvent pas partir ».

Et néanmoins, Shaked préfère entrer dans le gouvernement de Netanyahu et «endurer» encore deux ans et demi, plutôt que d’entrer dans une coalition avec Lapid pour débarrasser l’État d’Israël d’un politicien «paranoïaque» et «ne pensant qu’à son propre jugement» avec une soif de pouvoir dictatoriale.

Shaked ne pense pas à sauver l’État – elle s’inquiète pour son propre avenir politique. De ce point de vue, il est préférable d’ «être patient», et Shaked dit qu’elle a essayé plusieurs fois de convaincre Gideon Saar de cela, avec qui elle a rencontré «tous les deux jours» et a eu des conversations interminables.

Selon Shaked, Yamina paie déjà trop cher les négociations avec le «bloc des changements», affaiblissant sa position dans «l’électorat» – mais si Bennett parvient à obtenir un mandat du bon bloc et à mettre sur pied un bon gouvernement, des négociations avec la «gauche» seront finalement pardonnées.

«Si Naftali obtient un mandat de la droite, il n’ira pas avec la gauche», promet Shaked. Selon elle, ayant reçu le mandat de former un gouvernement, Bennett continuera d’essayer de constituer un bloc purement religieux de droite – mais si cela ne fonctionne pas, il optera pour un «gouvernement d’unité» avec la gauche et les centristes.

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews