Une victoire sur la désinformation par Guitel Ben-Ishay

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

 

La genèse

Publicité 

Le 14 mai dernier, le site d’information Alyaexpress.News [intlink id= »6722″ type= »post »]découvre sur le site du journal français [/intlink]L’Express une photographie destinée à illustrer le traitement réservé aux prisonniers palestiniens aux mains des soldats israéliens. Cette photographie leur a été communiquée par l’AFP et a été prise par Mahmoud Zayya.

On y voit un homme, sourire aux lèvres, entouré de soldats qui pointent chacun une arme sur lui… Le tableau est déjà surprenant : un homme qui sourit dans de telles conditions ! Puis une observation très rapide permet de constater que les soldats ne sont pas des soldats israéliens. En réalité, il s’agit d’une mise en scène réalisée au Liban pour manifester contre le sort supposé que les Israéliens réservent aux prisonniers palestiniens.

Bref, comme le titre Alyaexpress.News : »[intlink id= »6987″ type= »post »]Encore une photo palestinienne tout à fait authentique [/intlink]!!! »

Le site internet du P’tit Hebdo, Lph Info, (leptithebdo.net) relaie alors l’information et Avraham Azoulay poste sur Facebook la photo accompagnée d’un commentaire on ne peut plus clair : « L’AFP et l’Express sont complètement irresponsables de publier sans aucune vérification une photo d’un certain Mahmoud Zayya! ».

 Les esprits s’échauffent

Un pavé vient d’être jeté dans la mare ! Après le post d’Avraham Azoulay, des dizaines de personnes réagissent et publient des commentaires, certains surpris, d’autres désabusés.

Michael Blum, correspondant de l’AFP, prend alors aussi sur Facebook la défense de cet organe de presse : « La Mena continue ses délires paranos accusant l’AFP pour la publication dans l’Express d’une photo de mise en scène réalisée au Liban. L’Express a en effet changé la légende de la photo, mais quel rapport avec l’AFP ? Pourquoi ne pas vérifier comme tout journaliste est censé le faire ? ».

Puis il poursuit : « L’Express retire la photo suite à ma protestation, la photo de l’AFP était claire et bien légendée ».

Voilà déjà une petite victoire : effectivement, la photo a disparu du site de l’Express. « Si l’AFP a fait retirer la photo à l’EXPRESS…Je dis bravo ! À notre action immédiate et courageuse face aux mensonges trop vite répandus qui entraînent la haine d’Israël, gratuitement. Bravo à l’AFP, d’avoir agi en conséquence, et si vite. Quand c’est juste, il faut savoir le dire. Si Michael Blum a réussi à la faire retirer, kol hakavod », écrit le directeur du P’tit Hebdo.

 Demande d’excuses

Mais Avraham Azoulay ne se contente pas de ce retrait symbolique. Le 17 mai, il appelle ses lecteurs, ses partenaires médias, tels JSSNews ou Alyaexpress, à exiger de l’Express qu’il formule des excuses : « Nous demandons des excuses au journal l’Express pour avoir diffusé de la propagande anti-israélienne, en faisant passer les soldats de Tsahal pour des bouchers du Hamas ! L’Express doit s’excuser et enquêter sur cette faute professionnelle digne d’un journal amateur ! ». Dans les heures qui suivent, il obtient le soutien d’une centaine de personnes et des medias francophones. Le lendemain 18 mai, c’est France Culture, par l’intermédiaire de Brice Couturier qui prend le relais : »Quand L’Express publie comme un document authentique, une « mise en scène » « mimée » pour des besoins de propagande ».

Le même jour, c’est plus de 3000 mails qui sont reçus par le journal l’Express pour obtenir ces excuses officielles.

 L’Express s’excuse

Quarante-huit heures après la demande d’excuses et sous la pression du P’tit Hebdo, ses lecteurs et ses partenaires, l’Express publie une lettre d’excuses sous le titre ambivalent : « [intlink id= »7164″ type= »post »]Non, nous ne sommes pas antisémites[/intlink] ». En voici les premières lignes :

 »Nous avons commis une terrible erreur, un texte malencontreux sur l’une de nos photos du jour du 18 avril dernier (à gauche), mal traduit de la légende, tout ce qu’il y a de plus circonstanciée, elle, que nous avait fournie l’AFP*: sur la « reconstitution », dans un camp de réfugiés au Liban, de l’arrestation par de faux militaires israéliens d’un Palestinien, nous avons omis d’indiquer qu’il s’agissait d’une mise en scène, que ces « soldats » jouaient un rôle et que tout ça relevait de la pure et simple propagande.

C’est une faute – qu’atténuent à peine la précipitation et la mauvaise relecture qui l’ont provoquée.

C’en serait une dans tous les cas, ça l’est plus encore dans celui-là : laisser planer la moindre ambiguïté sur un sujet aussi sensible, quand on sait que les images peuvent être utilisées comme des armes de guerre, donner du crédit à un stratagème aussi grossier, qui peut contribuer à alimenter l’exaspération antisioniste là où elle s’enflamme sans besoin de combustible, n’appelle aucun excuse. Nous avons déconné, gravement. J’ai déconné, gravement : je suis responsable du site de L’Express, et donc du dérapage.

À ce titre, je fais amende honorable, la queue basse, auprès des internautes qui ont été abusés, de tous ceux que cette supercherie a pu blesser et de l’AFP, qui n’est EN AUCUN CAS comptable de nos propres bêtises. »

C’est une première : un grand organe de presse français présente ses excuses « grâce à vous, grâce à notre vigilance et à notre combat pour la justice », comme le souligne Avraham Azoulay.

 Mais l’Express a-t-il compris la leçon ?

Dimanche 20 mai, JSSNews publie un article : « Les timides excuses de l’Express », de même le site europe-israel.org titre : « Le mea culpa de l’Express, qui s’excuse, mais qui n’a rien compris ! ». Et il est vrai que c’est la conclusion que nous pourrions donner à toute cette affaire. En effet, le titre et la deuxième partie de la lettre d’excuses sont très ambigus et laissent planer le doute sur les réelles intentions de ce journal français et sur le respect qu’il témoigne envers ses lecteurs juifs et israéliens.

Par ailleurs, comme on le sait, »le mal est fait ». Malheureusement cette photo continue de circuler sur Internet avec les conséquences que l’on suppose. À titre d’exemple, le site du »collectif Cheikh Yassine » l’a reprise, certes avec la bonne légende, mais tout de même, cela en dit long…

Le combat contre la désinformation qui nous cause tellement de tort doit continuer. Cette victoire n’est qu’une étape

Source : Le Ptit Hebdo.com

🟦 ANNONCE 🟦